L’ancien « Candide » du groupe New Hotel, près de Bastille, vient de rouvrir ses portes, après une longue rénovation sous un nouveau nom : Le Voltaire.

Il aura fallu 18 mois de travaux à la famille Antoun, à la tête du groupe New Hotel, pour donner une nouvelle vie au Candide, rue Pétion, dans le 11e arrondissement de Paris, entre Bastille et République. Rebaptisé Le Voltaire, il est le résultat de la première vraie collaboration entre les deux filles du fondateur, Camille et Caroline Antoun. La première à la conception, la seconde à l’exploitation.

Caroline et Camille Antoun.
Caroline et Camille Antoun. Hervé Goluza

« J’imagine les hôtels, ma sœur les remplit », résume Camille Antoun. Un passage de relais naturel, après qu’elles ont travaillé chacune de leur côté pour de grands groupes hôteliers, ou pour l’industrie du luxe. Caroline poursuit : « Notre père est toujours présent, mais il a eu l’intelligence de nous laisser la main, et chacun arrive à trouver sa place. »

Le patriarche qui, lui, est resté à Marseille, avait certainement besoin d’un œil neuf pour le chantier qui attend New Hotel. Le groupe souhaite en effet donner un coup de jeune à toute sa collection, et Le Voltaire n’est qu’un début. Les New Hotel Vieux-Port, dans la Cité phocéenne, et New Hotel Opera, à Paris, ouvriront respectivement leurs portes à l’automne 2019 et en janvier 2020, après plusieurs mois de travaux qui débuteront l’an prochain. Des rénovations, mais pas seulement. « Nous envisageons, pourquoi pas, d’acheter à l’avenir de nouveaux immeubles », précise Caroline Antoun.

Le Voltaire : design et service

Six étages et 47 chambres, grande porte en bois d’un vert tendance pour l’entrée et un lobby finement décoré avec du mobilier vintage posé sur un sol en terrazzo, Le Voltaire joue le jeu du boutique-hôtel dans l’air du temps.

L’entrée et le lobby donnent le ton de l’ensemble : l’hôtel est bien ancré dans son quartier !
L’entrée et le lobby donnent le ton de l’ensemble : l’hôtel est bien ancré dans son quartier ! Hervé Goluza

Et, parce que c’est incontournable aujourd’hui, il est inspiré par son quartier. « Cette partie du 11e arrondissement de Paris est historiquement liée à l’artisanat, au travail du bois et du métal, rappelle Camille Antoun, il était nécessaire de lui rendre hommage dans notre manière d’aménager l’hôtel. » Ainsi, outre l’imposante porte d’entrée, des verrières viennent donner du cachet aux chambres. Les deux sœurs ont également eu la « chance » de découvrir au moment de se débarrasser du placo des murs de pierre et des poutres apparentes.

Les chambres se déclinent en quatre couleurs : rouge marsala, jaune curry, bleu glacier ou vert véronèse.
Les chambres se déclinent en quatre couleurs : rouge marsala, jaune curry, bleu glacier ou vert véronèse. Hervé Goluza

L’artisanat toujours, au moment de choisir leurs collaborateurs. « On ne recherchait pas forcément les designers les plus célèbre, pour rester cohérent nous avons sélectionné des artisans, des maçons aux designers, que nous connaissions déjà, des structures familiales. » Ainsi, Marion Duclos Mailaender, Kostia et Pierre-Louis Gerlier, tous installés à Paris, ont, en plus de la curation et du « chinage » de mobilier rétro, conçu des pièces inédites et sur-mesure pour Le Voltaire. Ils ont également créé des city-guides de leurs adresses favorites dans le quartier, à destination des clients de l’hôtel, façon Airbnb. Une proximité entre les créateurs et les « invités » qui se fond dans une tendance persistante de la nouvelle hôtellerie.

Dans chaque chambre, le mobilier sur-mesure se mêle aux objets chinés par les designers.
Dans chaque chambre, le mobilier sur-mesure se mêle aux objets chinés par les designers. Hervé Goluza

Pourtant, Camille Antoun y tient, Le Voltaire, et tous les futurs établissements du groupe New Hotel, se refusent à suivre les « diktats de l’hospitalité new wave ». Elle donne, pour étayer son propos, l’exemple d’une expérience intrigante vécue à Barcelone : « j’étais dans un super hôtel, avec des tapis de yoga et de la vodka dans les chambres, mais sans brosse pour les toilettes ». Le service, pourtant essentiel, se retrouvé relégué au second plan, derrière des fioritures.

Quand elle se retrouve aux manettes de l’un des hôtels du groupe familial pour la première fois, elle décide alors, avec sa sœur, de revenir aux classiques et d’offrir aux clients les services qui font qu’un hôtel reste un hôtel… En les améliorant. Le meilleur exemple ? Si Le Voltaire n’abrite ni restaurants étoilés ni bar à cocktails, il offre à ses clients un « réfectoire » pratique et généreux où il peut prendre son petit-déjeuner jusqu’à midi.

La cuisine, où Le Voltaire sert le petit-déjeuner jusqu’à midi, et sa terrasse végétalisée.
La cuisine, où Le Voltaire sert le petit-déjeuner jusqu’à midi, et sa terrasse végétalisée. Hervé Goluza

Un back to basics salutaire et cohérent avec l’esprit de famille qui règne dans ce nouveau New Hotel, dont la ligne directrice devrait être dupliquée aux prochaines ouvertures.

New Hotel Le Voltaire
3, rue Pétion (Paris 11).
Tél. +33 1 43 79 02 33
www.new-hotel.com


The good concept store A découvrir dans le concept store