DR
The Good High-Tech

The Good Match : MAKERPhone vs Palm, la bataille de la déconnexion

The Good Life passe au crible deux téléphones de « substitution », le MAKERphone croate et le Palm américain, aux caractéristiques et objectifs très différents mais dont la finalité est la même : reprendre le contrôle sur son smartphone.

• MAKERphone :

Albert Gajšak n’a que 18 ans quand il fonde, en 2017, la start-up CircuitMess. Ce jeune croate lance alors, quelques semaines plus tard, sa première campagne sur Kickstarter avec le MAKERbuino, un jeu électronique vintage à monter soi-même. Ses kits complets se vendent comme des petits pains, et son objectif initial de 10 000 $ est pulvérisé puisqu’il reçoit 100 000 $ de 1 500 « backers ». Depuis, les ventes continuent de grimper, preuve qu’il ne s’agissait pas d’un one shot chanceux.

Le MAKERphone est déjà le deuxième produit lancé par la start-up CircuitMess, fondée en 2017.
Le MAKERphone est déjà le deuxième produit lancé par la start-up CircuitMess, fondée en 2017. DR

CircuitMess remet ça. Début octobre, la start-up présentait son MAKERphone, suivant le même principe. Un smartphone « Do It Yourself », vendu en kit avec ou sans outils (94 ou 119 $) ou déjà assemblé (99 $). Là encore, le succès est total, en moins de 10 jours Albert et son équipe ont récolté près de 100 000 $, et la campagne ne fait que commencer. Elle durera jusqu’au 20 novembre, et les livraisons sont prévues pour mars 2019.

Le MakerPhone est vendu en kit, avec ou sans outils, ou déjà monté, pour les moins bricoleurs…
Le MakerPhone est vendu en kit, avec ou sans outils, ou déjà monté, pour les moins bricoleurs… DR

L’objectif ? Démontrer à ses clients que derrière les monstres de technologie qui garnissent nos poches de vestes et de jeans se cachent des « vrais gens ». Le MAKERphone, une fois monté, peut passer et recevoir des appels, lire de la musique, se connecter au Wi-Fi… Comme un vrai smartphone, sans le côté intrusif. CircuitMess apprend également aux utilisateurs à coder et programmer des applications et jeux. Une bonne façon de reprendre la main, aux sens propre et figuré, sur l’utilisation de son téléphone !

Il est possible de programmer des applications et jeux pour le MakerPhone via Scratch, Python et Arduino.
Il est possible de programmer des applications et jeux pour le MakerPhone via Scratch, Python et Arduino. DR

 

Good / Not Good

MAKERphone.

Good :
• Ludique
• Personnalisable
• Rétro
• Le prix

Not Good :
• La taille
• Les limites d’un si petit écran
• Pas d’appareil photo (pour le moment)

La campagne Kickstarter


• Palm :

Qui l’eût cru ? Le Palm est de retour ! Tombé en désuétude avec l’arrivée des smartphones, le produit phare de l’entreprise américaine, depuis rachetée par le Chinois TCL, revient sur le devant de la scène, en s’associant à son ancien bourreau.

La promesse intiale du Palm est la même qu’en 1996 : tenir dans la paume de la main. C’est possible grâce à un petit écran HD de 3.3 pouces.
La promesse intiale du Palm est la même qu’en 1996 : tenir dans la paume de la main. C’est possible grâce à un petit écran HD de 3.3 pouces. DR

Le Palm version 2018 est en fait un téléphone de substitution pour choisir de se déconnecter, sans le faire à 100 %. En effet, ce minuscule « smartphone » pas plus grand qu’une carte de crédit, dont la puce est reliée à celle du téléphone principal de son utilisateur, permet grâce à son Life Mode de ne retrouver ses notifications qu’au moment où l’on allume l’écran. Plus léger, plus petit, plus discret.

Rachetée en 2015 par le Chinois TCL, Palm a mis les moyens pour lancer son nouveau produit, se payant, par exemple, un ambassadeur de choix : Stephen Curry, superstar du basket.
Rachetée en 2015 par le Chinois TCL, Palm a mis les moyens pour lancer son nouveau produit, se payant, par exemple, un ambassadeur de choix : Stephen Curry, superstar du basket. DR

Il est équipé de deux appareils photo, de 12 MP à l’arrière et 8 MP à l’avant, et on peut y installer toutes les applications du Google Play Store. Sa petite batterie devient, paradoxalement, un avantage, puisqu’elle encourage l’utilisateur à ne pas perdre son temps sur des applications gourmandes, souvent les plus chronophages. A utiliser comme une montre connectée.

La firme basée dans la Silicon Valley propose, plutôt qu’un smartphone comme c’était prévu à l’origine, un téléphone d’appoint. Une stratégie payante ?
La firme basée dans la Silicon Valley propose, plutôt qu’un smartphone comme c’était prévu à l’origine, un téléphone d’appoint. Une stratégie payante ? DR

Good / Not Good

Palm.

Good :
• La taille
• Le catalogue d’applications
• Le design et l’écran HD
• Une déconnexion moins radicale

Not Good :
• Sa disponibilité (uniquement chez Verizon aux Etats-Unis, pour le moment)
• Encore un objet connecté…
• Quid de la compatibilité iPhone ?

www.palm.com


 

 

 

Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store