Prendre le temps du voyage. C’est le mot d’ordre de cette itinérance réalisée en BMW i3s entre Arles et Paris en 5 jours. Soit un peu plus de 1150 km en voiture électrique avec les contraintes imposées.

Depuis 2010, BMW est partenaire des Rencontres Photos d’Arles. L’occasion de « subtiliser » l’une des i3s officielles pour tester sa capacité à sortir de la ville et devenir un véhicule de loisir presque comme un autre. Histoire de ne pas tomber en panne sèche -de courant-, la voiture était équipée de son accessoire de survie : un générateur à essence (REX) qui offre 100 kilomètres d’autonomie supplémentaires. Evidemment, un périple de plusieurs jours demande un peu d’organisation, notamment d’identifier les bornes pour jouer le jeu du 100% électrique.

Première étape : Le surprenant village d’Assignan tout teinté de pourpre et en grande partie occupée par un hôtel, trois restaurants, des boutiques… gérés par le château Castigno. 220 km d’autonomie s’affichent au tableau de bord : ce devrait être assez pour rallier le Languedoc, en sillonnant la Camargue. L’auto se conduit d’emblée tel un jeu d’enfant. Au moindre « escargot », un coup d’accélérateur et la i3, avec son couple immédiat, réalise le dépassement en un rien de temps. Et puis, il y a ce silence qui est plutôt agréable pour traverser ces grands espaces.

 

La BMW i3s sur les routes de Camargue.
La BMW i3s sur les routes de Camargue. Olivier Reneau

 

L’auto est arrivée à bon port, avec néanmoins une dizaine de kilomètres effectuée à l’aide du REX. On va vite comprendre que l’autonomie se recalcule en permanence selon la vitesse et le type de conduite. Après une matinée à découvrir la commande photographie du collectif Tendance Floue, passée dans le cadre du nouveau chai, il est temps d’affronter l’étape du jour de 350 km pour rallier le Bordelais. La voiture a chargé à plein sur une simple prise de courant durant la nuit mais une recharge sera nécessaire à mi-parcours.

Les dénivelés du parc régional du Haut Languedoc permettraient presque de se croire au volant d’une voiture de rallye : braquage impressionnant dans les virages et surtout reprise quasi immédiate. Avec les descentes – la batterie se recharge – la consommation est sous contrôle. Dès ce 2è jour, on saisit bien qu’une voiture électrique se conduit différemment. L’anticipation est préconisée afin d’éviter les freinages qui se feront d’eux-mêmes avec le moteur devenant générateur.

Escale comme prévue à Montauban sur une aire d’autoroute dotée d’une borne de recharge rapide : Le système ConnectedDrive indique sur le GPS les bornes disponibles sur le parcours. Il suffira avec la carte ChargeNow d’1h1/4 pour refaire le plein et rejoindre le château Malromé, près de Langon.

Il faut un peu plus d’une heure pour recharger complètement le bolide.
Il faut un peu plus d’une heure pour recharger complètement le bolide. Olivier Reneau

 

L’ancienne demeure du peintre Toulouse Lautrec offre depuis quelques mois l’agrément d’un restaurant (Adèle par la Maison Darroze) et d’une programmation artistique. C’est l’artiste japonais Tadashi Kawamata qui rend ce jour-là hommage au peintre avec un incroyable nuage de baguettes en bois. La fin du parcours sur autoroute, la veille, a fait comprendre que l’auto devient vite gourmande. Pour gagner le domaine des Etangs, 180 km plus au nord, l’option est prise de tracer au plus court, sur les départementales. Décidemment, l’auto est très agréable sur ce type de parcours routier, fenêtre grande ouverte – la clim’ a été coupée pour diminuer la consommation d’électricité – sans se soucier du passage des vitesses.

 

En électrique, on prend le temps de profiter du paysage…
En électrique, on prend le temps de profiter du paysage… Olivier Reneau

 

Le domaine des Etangs a bien prévu les choses : plusieurs prises de courant sont présentes sur le parking. Depuis peu, un centre d’art contemporain complète le dispositif déjà inédit de cet établissement qui se déploie sur 1000 ha : des chambres au château aménagé par Isabelle Stanislas, un restaurant étoilé, un spa… Pour une retraite très discrète en Charente limousine.

Dernier trajet vers Paris : le moins agréable car en grande partie sur autoroute. Et là, premier désagrément avec une borne rapide qui refuse de s’activer. Seule solution : puiser dans le réservoir du REX et rejoindre la prochaine borne à une centaine de kilomètre. A 120 km/h constant, la consommation n’est plus vraiment raisonnable mais sauve la mise. Nouvel essai à moitié fructueux car la nouvelle borne s’arrête au bout de 40 minutes; Des appels à l’opérateur n’y feront rien. Mais l’i3 a assez de charge pour rentrer à Paris à une heure raisonnable.

 

Près du domaine des Etangs, en Charente.
Près du domaine des Etangs, en Charente. Olivier Reneau

Donc oui, il est possible de partir en vacances en électrique, de prendre du plaisir sans se stresser, à condition de ne pas être pressé – Prenez l’avion ou le TGV – et d’accepter les aléas d’une technologie en train de se mettre en place.

Les caractéristique techniques

• Puissance : 184 ch

• Couple : 270 Nm de couple disponible à 0 trs/min

• Accélération : 0 à 100 km/h en 6,9 s

• Vitesse max : 160 km/h

• Longueur : 3999 mm

• Largeur : 1775 mm

• Hauteur : 1578 mm

• Batterie 94 Ah

• Autonomie annoncée: Cycle NEDC : 280 km / Cycle WLTP : 235-245 km / Usage quotidien : 200 km / Avec REX : +100 km

• Temps de charge pour 80% : >11h sur prise domestique (10 A/220V) / ≈ 7h30 avec une BMW i Wallbox (3,7 kW/16 A) / ≈ 2h45 avec une BMW i Wallbox (11 kW/16 A)


The good concept store A découvrir dans le concept store