L'un des acteurs majeurs du développement de la nouvelle génération d'avions supersoniques, Boom, vient de lever 100 millions de dollars en Series B. Un pas de plus vers le retour imminent des vols commerciaux à Mach 2 et plus...

C’est une nouvelle qui ne manquera pas d’exciter les aérophiles. Boom, une start-up de Denver dans le Colorado que The Good Life classait parmi les cinq prétendants les plus sérieux au retour du supersonique vient d’annoncer sa deuxième levée de fonds depuis sa création en 2014. Après les 41 millions de dollars reçus peu après ses débuts, Boom a engrangé plus du double lors du deuxième round : 100 millions de dollars de plusieurs grandes firmes habituées du capital-risque mais aussi de business angels qui avaient déjà misé sur Google, Airbnb ou Dropbox. Du lourd.

Cette nouvelle manne permettra à Boom d’achever son premier prototype, le XB-1, une « maquette » à l’échelle 1/3 qui servira aux premiers tests, prévus cette année. Mais surtout au développement et à la construction de l’Overture, le premier « vrai » avion commercial supersonique de la marque.

Un appareil que Blake Scholl, le CEO, qualifie sûr de lui de « premier avion de ligne supersonique économiquement viable« . Il verra le jour, selon la start-up, courant 2020. Du vent ? Pas si l’on en croit les 30 modèles pré-commandés par Japan Airlines et le Virgin Group, qui semblent très confiants concernant l’aboutissement du projet.

Le XB-1 volera pour la première fois cette année.
Le XB-1 volera pour la première fois cette année. DR

Si elle attire autant les investisseurs et les clients, alors que son premier vol test n’aura lieu que cette année, c’est parce que Boom sait se montrer convaincante. La jeune entreprise revendique d’abord son indépendance vis-à-vis des constructeurs historiques. On en déduit qu’elle met en avant une flexibilité possible grâce à la réduction du nombre de process et de validations.

Boom a également recruté, et sur du long terme, selon Blake Scholl. Ainsi, les salariés à temps plein sont une centaine, et ils seront deux fois plus nombreux fin 2019. Conséquence directe : le déménagement récent dans un nouveau siège à Centennial, toujours dans le Colorado, pour loger tout le monde. La firme confie également redoubler d’efforts pour construire l’usine qui fabriquera les Overture.

L’Overture devrait voir le jour en 2020, livré en priorité à Virgin et Japan Airlines, qui ont commandé, à eux deux, 30 appareils.
L’Overture devrait voir le jour en 2020, livré en priorité à Virgin et Japan Airlines, qui ont commandé, à eux deux, 30 appareils. DR

Sur le plan environnemental, cet appareil qui traversera le ciel à Mach 2.2 ne devrait pas, Boom le promet, polluer plus qu’un vol long-courrier classique. Notamment grâce aux matériaux ultralégers utilisés pour sa conception, son aérodynamisme et sa compatibilité avec des carburants plus verts – dont on ne sait pas grand chose…

Enfin, Scholl annonce que voler sur un Overture sera « accessible à tous« . Là encore, on ne sait pas ce que ça signifie exactement. Quel différence de tarif entre un Paris-Sydney en supersonique et le même trajet dans un avion classique ? Mais cet argument d’un prix juste, combiné à celui d’une rentabilité qui manque aux anciens et futurs projets du même genre, ont fini de convaincre les investisseurs, comme les compagnies aériennes. Seize ans après la mise au placard du concorde, le « bang » devrait retentir plus vite que prévu dans le ciel international…

Son aérodynamisme et sa coque en carbone ultraléger lui permettent de réduire sa facture de carburant et de voler plus « propre ».
Son aérodynamisme et sa coque en carbone ultraléger lui permettent de réduire sa facture de carburant et de voler plus « propre ». DR

The good concept store A découvrir dans le concept store