Les déclinaisons destinées aux familles et aux commerçants ont fortement gagné en classe et en élégance ces dernières années.

1. Volvo V60

La renommée de Volvo repose en grande partie sur ses breaks. Pas étonnant, dès lors, que le constructeur suédois, aujourd’hui propriété du chinois Geely, ait choisi de présenter la variante V60 (break) trois mois avant la berline tricorps S60 dont elle dérive. Mieux, le break, fabriqué en Suède, est d’ores et déjà disponible en France. La berline, construite aux Etats-Unis, ne le sera qu’au printemps 2019. Toujours hyper élégant, le V60 s’habille dans le style de son grand frère V90. Il reprend la calandre abrupte des nouvelles Volvo et des feux en L. Pour le moment, la gamme se compose de deux diesels de 150 et 190 ch. Deux motorisations essence hybrides rechargeables les rejoindront l’an prochain. Enfin, la déclinaison 4×4 Cross Country devrait suivre sous peu. Le pari de Volvo de miser sur un design puissant semble porter ses fruits. La marque a battu son record de ventes mondiales en 2017… Mérité ! Prix : à partir de 39 360 €.

Volvo V60.
Volvo V60. DR

 


 

2. Mini Clubman

La première Clubman de nouvelle génération était vraiment très originale. Elle se présentait sous les lignes d’un séduisant break de chasse. Avec sa double porte « suicide » (à ouverture antagoniste) côté passager et sa simple portière avant côté conducteur, elle constituait l’une des très rares automobiles asymétriques de la production mondiale. La seconde mouture, sortie en 2015, prend la forme d’un break plus classique. Elle conserve tout de même le look néo-rétro typique de Mini, ainsi que la double porte arrière à ouverture latérale. Sous le capot, on retrouve les mêmes mécaniques que sur la Mini 3 portes, y compris les plus sportives d’entre elles. La Cooper S de 190 ch se décline en une version All4, à transmission intégrale. Enfin, la vindicative variante JCW (John Cooper Works) de 231 ch est aussi reconduite en carrosserie Clubman. L’une des plus jolies voitures du marché. Prix : à partir de 23 600 €.

Mini Clubman.
Mini Clubman. DR

 

3. Peugeot 508 SW

Depuis des lustres, les familiales du Lion (403, 404, 405, 406, 407, 504, 505, 508…) se déclinent toutes en version break. La nouvelle 508 n’y coupe pas. Et si les dernières‑nées se nomment désormais SW (pour Station Wagon), c’est que le service marketing est passé par là. La philosophie, elle, est restée la même, avec la présence d’un hayon très pratique. Côté silhouette, Gilles Vidal, le patron du design Peugeot, a été bien inspiré. La ligne est dynamique et ultramoderne et paraît, sous certains angles, encore plus élégante que la berline. Le SW est légèrement plus long et présente plusieurs avantages. Son accessibilité et sa garde au toit ne pâtissent pas d’un pavillon arrière fuyant. Et le volume supérieur de son coffre permet d’emporter quelques sacs en plus. En revanche, par rapport à la précédente 508 break, le compartiment loge quelques bagages en moins. Très jolie voiture.

Peugeot 508 SW.
Peugeot 508 SW. DR

 

4. Mercedes Classe E

C’est une institution dans la gamme Mercedes. Le break existe depuis la première famille de Classe E, née en 1993. Cette variante à hayon arrière propose un compartiment à bagages de taille XXL, qui ménage un volume de 540 litres. Ce dérivé a toujours opté pour un style classique, privilégiant l’élégance. Il laisse l’exubérance esthétique aux breaks CLA ou CLS. Nouveauté cette année, la gamme s’enrichit d’une version All‑Terrain, qui, comme son nom l’indique, est un peu l’aventurière du lot. Elle se pare d’éléments de carrosserie noirs non peints et d’une garde au sol surélevée de 3 cm. Le tout est censé lui donner le genre baroudeur. En cela, cette appellation rappelle les variantes Allroad d’Audi, Cross Country de Volvo, voire Stepway de Dacia. Cette définition pourrait être étendue aux autres breaks de la marque si le succès est au rendez-vous. Enfin, pour les sportifs, Mercedes propose une version 53 AMG de 435 ch. Prix : à partir de 50 150 €.

Mercedes Classe E.
Mercedes Classe E. DR

 

5. Jaguar XF Sportbreak

En automobile comme ailleurs, tout évolue. Jaguar, marque sportive et chic par excellence, est passée au diesel. Elle n’est pas la seule : Porsche, Lamborghini, Bentley ou Maserati ont fait de même. Et comme si cela ne suffisait pas, le félin britannique décline, depuis 2017, sa gamme intermédiaire XF dans une carrosserie break, avec hayon arrière. Même si cette variante Sportbreak revêt un caractère hautement sportif et arbore une ligne dynamique, avec un arrière fuyant évoquant la vitesse, le choc a été rude. Ces bouleversements historiques ont clairement ébranlé les nombreux fans très attachés au caractère British et sportif de la marque. Pourtant, la Sportbreak est bien une Jaguar. Ainsi, sous son capot prennent place des diesels développant jusqu’à 300 ch et une mécanique essence de 380 ch. L’ensemble garantit à cette anglaise des performances de premier ordre… gentlemen ! Prix : à partir de 44 900 €.

Jaguar XF Sportbreak.
Jaguar XF Sportbreak. DR