Oceanix City, le mythe de l’Atlantide selon Bjarke Ingels

Le starchitecte danois a révélé sa proposition de ville flottante pour Oceanix, une entreprise qui travaille avec l’ONU à imaginer l’habitat des futurs réfugiés climatiques.

L’Organisation des Nations unies via ONU-Habitat a fait appel à Oceanix, une pour préparer l’avenir. D’ici 30 ans, la plupart des villes côtières devront faire face à la montée des eaux. L’architecte danois Bjarke Ingels a été mandaté pour imaginer une issue de secours.

BIG vient ainsi de dévoiler Oceanix City

Oceanix City est une ville flottante et modulable. Destinée à s’amarrer au large de New York, la première version s’étale sur 75 hectares. Il s’agit de six villes elles-mêmes composées de six quartiers. Elle pourra accueillir 10 000 habitants, 1650 par ville et 300 par quartier. Chacune de ces petites îles peut contenir, au choix, des logements, des espaces culturels, des stades, lieux de culte…

La durabilité est au cœur du projet. Ancrées au sol, ces villes devraient résister aux catastrophes naturelles. Elles seront protégées par une barrière formée grâce à l’exposition de matériaux sous-marins à des courants électriques.

Ces parcelles de deux hectares seront construites en matériaux locaux, notamment du bambou, sur la terre ferme avant d’être tractées jusqu’à leur destination. Elles seront autonomes en eau douce, en électricité et en nourriture, grâce à des fermes sous-marines greffées aux constructions. On s’y déplacera en véhicules électriques, forcément.

La première Oceanix City au large de New York servira de patron pour les prochaines, qui peuvent devenir plus grandes, en fonction des besoins locaux. De petits quartiers jusqu’en grandes métropoles.

Des villes que l’on verra surtout fleurir, en priorité, aux larges des régions pauvres les plus touchées par la montée des eaux et la hausse des températures. Bien entendu, aucune date de complétion n’a filtré, et le projet pourrait rester une belle projection 3D utopique. Cependant, avec BIG et l’ONU à la baguette de l’une des réflexions les plus poussées sur l’habitat flottant, The Good Life s’offre le droit d’y croire…

Lire aussi :

Bjarke Ingels, archi‐décomplexé et archi‐star

Brooklyn : OMA imagine deux tours « zig zag » à Greenpoint

Copenhague : BIG sort de terre un ensemble de logements préfabriqués et spacieux

Une tulipe au cœur de la skyline londonienne, l’audace de Foster + Partners