Hôtellerie : EHPC, des boutique-hôtels d’exception qui visent juste

Toujours dans la tendance, et dans la bonne direction. Telle pourrait être la devise de l’Europe Hotels Private Collection (EHPC) qui regroupe trois marques hôtelières aux atmosphères différentes mais à l’objectif identique : le plaisir de la découverte.

Carrer del Rosselló, quartier de l’Eixample, plein cœur de Barcelone. Au pied d’un immeuble contemporain dessiné par les architectes locaux du studio Capella Garcia, au numéro 265, on annonce l’ouverture en juin prochain du Sir Victor. En lieu et place de l’ancien hôtel OMM, ce nouvel établissement abritera 91 chambres, un restaurant, une piscine en rooftop. Le tout imaginé par Baranowitz + Kronenberg. Les architectes d’intérieur y ont injecté une dose de parquets en chêne, de mobilier Cassina, d’œuvres d’art, de velours et de cuir, guidés par une palette de couleur du bleu au brun, sobre et élégante.

Il s’agira alors de la sixième adresse au portfolio des Sir Hotels, l’une des trois marques du groupe néerlandais Europe Hotels Private Collection (EHPC). On y retrouve aussi les Park Hotels, deux adresses à Amsterdam, le premier établissement du groupe, et La Haye, et les Max Brown Hotels, dont la cinquième adresse ouvrira à Vienne cet été.

A la tête de ce groupe, Liran Wizman, son fondateur. En 2008, on lui demande de trouver une identité au Park Hotel d’Amsterdam, qu’il transforme alors en une destination chic. « Cinq ans plus tard, en 2013, se souvient l’homme d’affaires, on ouvrait le Sir Albert, et j’ai décidé de fusionner mes obsessions pour la gastronomie et l’architecture d’intérieur pour former une collection d’hôtels ‘design-led’ dans une même maison. » C’est ainsi qu’a vu le jour l’EHPC.

EHPC, trois marques, un seul mot d’ordre

Wizman explique cette segmentation en trois collections « filles » de l’EHPC : « les Sir Hotels ont été individuellement pensés pour proposer des expériences chic, modernes, fraîches, une restauration de haut niveau et à chaque fois un city-guide pour découvrir le quartier.  Les établissements Max Brown, eux, jouent la carte du fun, de l’abordable et misent sur les essentiels, une bonne literie, un bon café et un bon rapport qualité-prix. Enfin les hôtels Park sont de véritables institutions, plus classiques. »

En bref, trois offres pour trois publics. Les aventuriers instagrammeurs au Max Brown, les adeptes du casual chic au Sir et les businessmen raffinés au Park. Pourtant, les trois marques partagent plusieurs points communs.

D’abord, ils se trouvent toujours dans des quartiers qui bougent et culturellement intéressants. Ainsi, à Hambourg, le Sir Nikolai est situé à Hafen City, quartier en plein boom entre les anciens entrepôts transformés en quartier trendy et la magnifique Elbphilharmonie. Parfois, Liran Wizman tente même quelques paris sur des quartiers dont l’éclosion commence à peine : « Lors de l’ouverture de notre premier Sir, Albert, tout le monde m’a dit que j’étais fou de m’installer dans le quartier De Pijp. Aujourd’hui, c’est le plus cool d’Amsterdam ! »

Il y a aussi l’âme néerlandaise qui habite chaque hôtel, d’Ibiza à Berlin. « Je travaille à Amsterdam depuis 15 ans et mon expérience a largement influencé ma direction de l’EHPC. Wizman poursuit, j’admire l’honnêteté, la décontraction et l’ouverture d’esprit des néerlandais. Nous essayons de traduire cette personnalité dans chacune de nos adresses ».

Enfin, son patron l’assure, tous les hôtels du groupe tissent des liens solides et durables avec les communautés des quartiers où ils sont installés. Une relation qu’il faudra créer à Barcelone et Vienne, deux nouvelles villes au portfolio d’EHPC. Et des prochaines ouvertures sont déjà « dans les tuyaux ». Paris ? Les Etats-Unis ? Londres ? C’est encore top secret…

Lire aussi :

Liran Wizman : nouveau magnat de l’hôtellerie

Palisociety, un esprit californien et old-fashioned

Generator change de cap en gardant le même état d’esprit

Hostels Freehand, une vraie success story