Hamilton PSR, le retour d'une icône horlogère des seventies

La maison horlogère américano-helvète souffle un vent de nostalgie sur nos âmes confinées d'amateurs de tocantes. Le retour de la Pulsar, l'une des premières montres digitales, 50 ans plus tard.

En temps de crise, on saute sur toutes les bonnes nouvelles ! Et Hamilton ne pouvait pas nous faire plus plaisir. La marque américaine, membre du Swatch Group et désormais basée en Suisse, a annoncé le retour de la Pulsar, sa première montre digitale, au mois de mai.

En 1970, à New York, Hamilton présentait ce qu’elle appelait « la première montre poignet électronique digitale ». Nommée d’après les étoiles à neutrons qui tournent très vite sur elles-mêmes, elle arrive sur le marché en 1972, en plein Space Age avec une première version, la P1, habillée d’un bracelet en or 18 carats. Une édition limitée à 400 exemplaires, dont un qui finira au poignet d’Elvis.

En 1973, la Pulsar P2, version grand public en acier inoxydable, est un hit instantané. Keith Richards et Joe Frazier s’offrent cette tocante de science-fiction, que l’on retrouvera également la même année dans Vivre et laisser mourir, portée par James Bond/Roger Moore.

Un Hamilton PSR en édition limitée à 1970 exemplaires

50 après sa présentation officielle, la Pulsar revient avec la Hamilton PSR. Futuriste en 1970, elle devient rétro-futuriste en 2020. Son boitier coussin conserve les mêmes dimensions, 40,8 mm x 34,7 mm, et la même étanchéité (100 m). Elle est également déclinée en deux versions. La première, en or jaune PVD, éditée à 1970 exemplaires, et l’autre, en acier inoxydable.

Si elle reprend les traits de son illustre prédécesseur, la PSR embarque tout de même une nouveauté importante concernant l’affichage de l’heure. Grâce à un mélange LCD et OLED, l’heure (toujours en rouge), s’affiche même de jour. Cela permet d’économiser de la batterie. Aussi, sur le boîtier, il n’est plus inscrit « Pulsar » mais « Hamilton », marketing oblige…

Il est possible de réserver sa PSR sur le site de la marque. La montre devrait être disponible au mois de mai. Après l’Omega Speedmaster de 2019 qui célébrait les 50 ans du premier Homme sur la lune, cette Hamilton PSR sortie tout droit du Space Age confirme qu’il faudra compter sur l’horlogerie néo-vintage encore quelques années…


Lire aussi :

Une montre Swatch au casting du prochain James Bond

Tissot présente une nouvelle montre collector en hommage à la NBA

Shopping : 6 montres à l’heure du monde