Architecture : à Düsseldorf, la plus grande façade végétalisée d’Europe !

Kö-Bogen II, tout juste achevé après trois ans de travaux, est devenu, selon Ingenhoven Architects, le studio derrière le projet, l’immeuble de bureau qui possède la plus grande façade « verte » d’Europe.

La tour Dreischeibenhaus et le théâtre de Düsseldorf voisinent désormais avec le Kö-Bogen II, un immeuble de bureau trapézoïdal qui vient de s’installer sur Gründgens Square. Imaginé par les architectes locaux de Ingenhoven Architects, ce n’est pas sa forme ni sa taille (41 400 m²) qui font parler de lui, mais sa façade. Point de néo-modernisme ni de street-art, mais une autre tendance, très persistante : la végétalisation.

Avec 30 000 plantes de charme et du gazon sur deux de ses murs et son toit, le Kö-Bogen possède, selon ses architectes, la plus grande façade végétalisée d’Europe. Huit kilomètres de vert. Dans cette ville qui souhaite transformer ses anciens quartiers industriels traversés par de grands axes routiers en espaces publics et écologiques, le projet proposé par Ingenhoven Architects en 2014 partait favori ! Les travaux ont débuté en 2017 et la construction vient de s’achever.

Architecture, parking et botanique à Düsseldorf

Selon le studio allemand, « il s’agit d’un changement de paradigme, passant, en ville, de l’ère automobile, à l’ère des humains, ainsi qu’une réponse urbaine au changement climatique ». Ainsi, Ingenhoven assure que cette nouvelle façade est aussi efficace que 80 arbres adultes. Le charme a l’avantage de ne pas perdre son feuillage en hiver, et nécessite, toujours selon les architectes, peu d’entretien.

Si l’apparition en chaîne d’immeubles végétalisés, du quartier d’affaires de Milan à la nouvelle Tour Montparnasse, apparaît comme un moindre mal pour répondre à la croissance des aires urbaines, le Kö-Bogen II ne manque pourtant pas de détracteurs…

Ainsi, Le Figaro rapporte certaines accusations de greenwashing à l’encontre de la plus grande façade végétalisée d’Europe. Du prix de l’entretien à l’idée que planter 80 arbres aurait évité de se lancer dans une telle entreprise, c’est surtout le parking souterrain de 23 000 m² qui fait débat. Une preuve supplémentaire que l’ère de l’automobile, même enrobée de vert, n’est donc pas encore terminée…


Lire aussi :

Architecture : un parc flottant dans le port de Copenhague avant la fin de l’année

Archi : Piuarch remporte le concours pour le campus Human Technopole à Milan

Architecture : MVRDV, à toute vitesse

Utrecht : Merwede, un nouveau quartier écolo et vélo-friendly