Matt Duncan / Unspash

Voiture électrique :
Vers une révolution industrielle

Aujourd’hui, face aux enjeux climatiques et aux objectifs de réduction des émissions de CO2 qu’ils imposent, le débat autour de la voiture électrique (VE) en particulier, mais aussi de la mobilité dans son ensemble, prend un tour pour le moins prégnant. Xavier Daffe, rédacteur en chef du Moniteur automobile, explique son point de vue à The Good Life.

Rivian, start-up dont le géant Amazon est actionnaire, s’est fait connaître en commercialisant le R1T, l’un des premiers pick‑up électriques.
Rivian, start-up dont le géant Amazon est actionnaire, s’est fait connaître en commercialisant le R1T, l’un des premiers pick‑up électriques. DR

À lire les réactions des anti-voitures électriques sur les réseaux (a)sociaux, on constate que le débat se positionne moins sur un terrain scientifique, pragmatique que sur un autre, plus dogmatique, voire passionnel. Pourtant, de l’aveu même des acteurs directement concernés, motoristes, ingénieurs, énergéticiens, climatologues… l’énergie électrique semble promise à un bel avenir par les avantages qu’elle recèle. Ce qui ne veut pas dire qu’elle soit dénuée d’inconvénients évidemment.

La voiture électrique à énergie solaire, c’est pour bientôt. 2024 selon Humble Motors, un très jeune constructeur américain qui vient de présenter One, son SUV compact équipé de panneaux photovoltaïques.
La voiture électrique à énergie solaire, c’est pour bientôt. 2024 selon Humble Motors, un très jeune constructeur américain qui vient de présenter One, son SUV compact équipé de panneaux photovoltaïques. DR

Une solution contre le réchauffement climatique

Mais quand on place les deux dans la balance, il semble que celle-ci penche bel et bien vers l’électrique. Il est ainsi communément admis que, sur la totalité de sa durée de vie, une voiture électrique émettra moins de CO2 qu’une voiture thermique, malgré son handicap de départ, la production d’une VE émettant de fait plus de CO2.

Les constructeurs automobiles internationaux se donnent le mot pour remodeler leurs anciens modèles en voitures électriques du future.
Les constructeurs automobiles internationaux se donnent le mot pour remodeler leurs anciens modèles en voitures électriques du future. DR

Mais sur l’ensemble des étapes suivantes (utilisation, démantèlement et recyclage en fin de vie…), une VE se rattrape largement, et cela même si l’électricité qu’elle consomme lors de son usage est issue de filières fossiles polluantes, comme le gaz ou, pire encore, le charbon. « Oui, mais une voiture électrique, ça implique l’extraction de terres rares, de minéraux dont l’industrie minière dégrade et pollue les sols, exploite une main-d’œuvre corvéable à merci, souvent des enfants, d’ailleurs… » C’est un argument brandi par les anti-VE comme un étendard à leur cause.

Bymoss convertit les Defender, Séries 2 et 3, de Land Rover pour les rendre électriques.
Bymoss convertit les Defender, Séries 2 et 3, de Land Rover pour les rendre électriques. DR

Mais ces mêmes anti-VE évitent, pour l’occasion, de mentionner le fait que la prospection, le forage, l’extraction, le raffinage et l’acheminent de pétrole par des superpétroliers monstrueux en matière de pollution s’accompagnent de dommages incommensurables pour la planète depuis plus de cent ans, nous rendant de surcroît, nous autres Européens, dépendants de quelques oligarchies peu reluisantes sur le plan du respect des droits de la personne et contribuant à déséquilibrer notre balance commerciale au profit d’États qui se gavent sur notre compte depuis des décennies. Pourquoi devrait-on tenir compte de cet argument pour la VE et pas pour la voiture thermique ? Restons objectifs.

Le constructeur coréen a levé le voile, lors d’un événement en ligne, sur son premier modèle qui ne sera disponible qu’en version électrique, le Kia EV6.
Le constructeur coréen a levé le voile, lors d’un événement en ligne, sur son premier modèle qui ne sera disponible qu’en version électrique, le Kia EV6. DR

Une manière de redévelopper l’industrie

D’autre part, l’avènement en cours de la VE représente une formidable occasion de réindustrialisation de nos territoires, sachant que l’électricité, difficilement stockable et transportable sur de longues distances, doit être produite au plus près de sa consommation. N’y a-t-il pas là une occasion toute trouvée de se réapproprier la production d’une énergie indiquée comme stratégique à très court terme, pour autant que ce basculement soit mondial et pas européo–centré, vu que l’UE ne représente « que » 6 % des émissions mondiales de CO2 ?

La Renault Zoe.
La Renault Zoe. DR

C’est vrai que la montée en puissance des VE induit une perte d’emplois dans l’industrie automobile, une VE demandant nettement moins de main-d’œuvre qu’une thermique pour être produite. Ford, par exemple, mais il est loin d’être le seul, vient ainsi d’annoncer la suppression de 3 000 postes de travail dans ses usines américaines et indiennes pour cette raison. Mais ces emplois n’étaient-ils pas de toute façon condamnés à terme, en raison de la montée en puissance de l’intelligence artificielle, dont les experts prédisent qu’elle entraînera la perte de millions d’emplois à faible valeur ajoutée dans le monde (lire à ce sujet Vingt et une leçons pour le xxie siècle, de Yuval Noah Harari, chez Albin Michel) ?

Renault Twingo Electric.
Renault Twingo Electric. DR

Et ces emplois, d’une industrie vieillissante quoi qu’on en dise, donc menacés à court terme, seraient ainsi remplacés par une demande exponentielle de compétences spécifiques en ce qui concerne la gestion et la production d’énergie électrique issue du renouvelable (voire du nucléaire, n’en déplaise à certains), l’industrie du stockage et la production nationale de batteries (d’ores et déjà recyclables à 95 % grâce à des compétences européennes, dont celles d’Umicore et de Solvay, en Belgique, qui avancent qu’à terme, avec suffisamment de batteries en circulation, leur recyclage permettrait une économie circulaire réduisant le besoin en ressources primaires) et de voitures électriques performantes et abordables.

La Volkswagen ID.3, le modèle symbole de la transformation du groupe. Les premières livraisons commencent tout juste en France.
La Volkswagen ID.3, le modèle symbole de la transformation du groupe. Les premières livraisons commencent tout juste en France. DR

L’avènement de la VE ne supprime pas d’emplois en tant que tels : elle les déplace vers d’autres secteurs industriels. À condition que les autorités publiques, politiques mettent en place une véritable stratégie de redéploiement industriel local (au niveau européen s’entend) pour éviter que nous ne passions d’une dépendance énergétique vis-à-vis de pays producteurs d’énergie fossile à une autre vis-à-vis de pays très à la pointe en matière de VE, à commencer par la Chine, qui tisse déjà sa toile mondiale en abreuvant nos pays de modèles automobiles de plus en plus convaincants et en maîtrisant comme nul autre la production des batteries.

Le SUV familial Model Y sera commercialisé l’an prochain en Europe.
Le SUV familial Model Y sera commercialisé l’an prochain en Europe. DR

Si on ne fait rien, qui pourra encore dire, dans cinq ou dix ans maximum, « acheter chinois, moi jamais ! » ? Aujourd’hui, acheter un téléphone portable ou un PC français – même européen –, vous avez déjà essayé ? Poser la question, c’est y répondre. Veillons donc à ce qu’il n’en aille pas bientôt de même pour nos voitures, vélos, trottinettes et autres engins de déplacement individuels, de plus en plus connectés et… électriques. 


Thématiques associées