Onze programmes différents, 43 000 m2 à transformer, une situation exceptionnelle dans le centre de la capitale : le projet Morland Mixité Capitale, désormais rebaptisé La Félicité, est celui de tous les défis. The Good Life a visité les lieux.

Vue de La Félicité depuis les quais de Seine.
Vue de La Félicité depuis les quais de Seine. Simon Guesdon

Portée par le groupe Emerige, conçue par l’architecte David Chipperfield, cette métamorphose offre un second souffle à l’ancien site administratif de la préfecture de Paris, augurant de nouvelles manières de fabriquer la ville contemporaine. Découverte de La Félicité, un immeuble-quartier novateur situé au coeur de Paris.

Le Paris renversant de The Seeing City.
Le Paris renversant de The Seeing City. Simon Guesdon

En 2014, la Ville de Paris lançait la première édition de Réinventer Paris, un appel à projets urbains et innovants destiné à revitaliser 23 sites en déshérence dans la capitale. Parmi eux, l’ancienne préfecture de Paris est l’un des plus exceptionnels par son emprise et sa situation géographique, au bord de la Seine. On la surnomme « Morland », en raison de sa situation, 17, boulevard Morland, dans le 4e arrondissement.

. Au rez‑de‑chaussée se tient un marchéde denrées alimentaires ouvert à tous.
. Au rez‑de‑chaussée se tient un marché
de denrées alimentaires ouvert à tous. Simon Guesdon

« À la félicité, hôtel 5 étoiles et logements sociaux se côtoient »

Conçu par Albert Laprade, Pierre–Victor Fournier et René Fontaine, ce bâtiment en béton fut réalisé entre 1957 et 1964 sur l’ancienne île Louviers, aujourd’hui disparue et rattachée à la berge au xixe siècle. En 2016, le groupe Emerige est désigné lauréat de l’appel à projets avec une prestigieuse équipe rassemblant l’architecte David Chipperfield, associé à CALQ, le paysagiste Michel Desvigne et les artistes Olafur Eliasson et Sebastian Behmann (Studio Other Spaces). « Nous nous sommes engagés avec énormément de naïveté et l’esprit extrêmement libre dans un concours comportant une grande part d’inconnu », se souvient Laurent Dumas, président du conseil de surveillance d’Emerige.

Calendrier du projet

  • 2011 : départ des derniers occupants de la cité administrative du boulevard Morland. 
  • 2014 : lancement de la première édition de l’appel à projets urbains et innovants Réinventer Paris.
  • 2016 : Emerige est retenu parmi les quatre finalistes du concours pour la transformation du site Morland, l’un des 23 sites proposés par l’appel à projets.
  • 2016 : Emerige est déclaré lauréat de la consultation.
  • 2018 : démarrage des travaux.
  • 2022 : livraison de Morland Mixité Capitale, désormais rebaptisé La Félicité.

L’Atlas, galerie des mondes

Entre Emerige et la création artistique, c’est une longue histoire. Aussi, le promoteur immobilier a‑t‑il imaginé une galerie d’art innovante au rez‑de‑chaussée de La Félicité. Dans cet espace de 250 m2 vont se succéder galeries, fondations et institutions étrangères, invitées à investir les lieux le temps d’une exposition. Objectif de ce modèle original ? Découvrir le travail d’artistes méconnus en France et soutenir la scène internationale contemporaine. Jusqu’au 23 octobre, Marfa’ est la première galerie invitée à exposer ses artistes.

Vue des arches de La Félicité.
Vue des arches de La Félicité. Simon Guesdon

Fondée en 2015 à Beyrouth, elle présente Fondu Ré-enchaîné, qui rassemble les peintures de Tamara Al-Samerraei et d’Omar Fakhoury, les vidéos de Rania Stephan, les moulages en papier carbone de Caline Aoun et les photographies de Raed Yassin. À L’Atlas, cinq expositions auront lieu chaque année, accompagnées d’une programmation invitant le public à prendre part à la vie culturelle de La Félicité et à celle du quartier. 

Une métamorphose en plein Paris

Plusieurs tentatives de réanimer ce paquebot avaient auparavant échoué, se heurtant à la complexité et au coût d’une opération aussi ambitieuse. Huit ans plus tard, Morland Mixité Capitale est terminé et est inauguré en grande pompe. Le bâtiment, qui formait autrefois une frontière étanche, relie désormais le boulevard Morland à la Seine, laissant les visiteurs arpenter ce rez-de-chaussée pensé comme le prolongement de l’espace public et scandé par d’élégantes voûtes de béton. 

Au sommet du bâtiment principal,les mirroirs imaginés par Olafur Eliasson renvoient une image inversée de Paris.
Au sommet du bâtiment principal,
les mirroirs imaginés par Olafur Eliasson renvoient une image inversée de Paris. DR

Cette métamorphose repose sur la volonté très marquée de mixer les usages, les fonctions et les publics. Pas moins de onze programmes différents cohabitent sur 43 000 m2 : des bureaux, un marché alimentaire couvert, une crèche, un club de sport avec piscine, un hôtel 5 étoiles de 162 chambres avec spa, une auberge de jeunesse de 404 lits, des commerces, des restaurants et des bars, des logements sociaux et privés, de l’agriculture urbaine, une galerie d’art.

L’hôtel SO/Paris au sein de l’immeuble-quartier La Félicité.
L’hôtel SO/Paris au sein de l’immeuble-quartier La Félicité. DR

Spectaculaire et furieusement instagrammable, elle n’en est pas moins totalement intégrée à l’architecture avec laquelle elle fait corps. Bien plus qu’un simple bâtiment, c’est un petit morceau de ville qui s’est installé sur la rive droite de la Seine.

« Au 16 étage, Olafur Eliasson et Sebastian Behmann ont imaginé The Seeing City, une oeuvre immersivequi propose une vue inédite et inversée de la capitale »

L’auberge de jeunesse, qui accueille 400 lits, jouit d’un hall vitré sur toute sa longueur.
L’auberge de jeunesse, qui accueille 400 lits, jouit d’un hall vitré sur toute sa longueur. DR

Un « immeuble-quartier » ouvert à tous, animé 24 heures sur 24. L’avenir dira si les rencontres et interactions souhaitées entre les différents publics ont bien lieu. Et si la mixité proclamée perdure à l’épreuve du réel. Comment les -habitants des logements sociaux -cohabiteront-ils avec les clients de l’hôtel 5 étoiles SO/Paris ? Comment les clients du marché Terroirs d’avenir côtoieront-ils les voyageurs de l’auberge de jeunesse ?

L’entrée de l’hôtel 5 étoiles SO/Paris.
L’entrée de l’hôtel 5 étoiles SO/Paris. Simon Guesdon

En attendant, cette transformation emblématique pour la capitale montre qu’un bâtiment, même le plus austère, n’a jamais dit son dernier mot. Et que réinventer ce qui est déjà là est aujourd’hui un levier essentiel de la transition écologique. 


Découvrir l’univers de La Félicité 

> Entrée côté boulevard Morland : 17 Boulevard Morland, 75 004 Paris

> Entrée côté Seine : 36 Quai Henri IV, 75 004 Paris