Après une première apparition à Lyon, le Gin Addict Festival, né de la volonté de Pierre-Yves Kielwasser et Maxime Eberhardt, se pose à Paris, au Parc Floral, du 21 au 23 octobre. L’occasion de mieux se familiariser avec cet alcool blanc qui rameute toujours plus d’adeptes.

gin-festival-paris-the-good-life1

Nouvelles marques, nouveaux modes de consommation, nouvelles distilleries, nouveaux adeptes… Avec près de 25 % de croissance de ses ventes en France en grande distribution en 2020 contre 4,3 % pour les spiritueux en général (source Nielsen + HMSM + Drive + Proxi (P12 2020), ndlr) , le gin n’a jamais paru aussi en forme.

Pourquoi une telle déferlante ? D’abord, fabriquer du gin, c’est… simple. « Un alcool neutre, des plantes aromatiques – le nombre peut varier d’un gin à l’autre, de 5 à… 47 épices ! NDLR dont principalement des baies de genièvre, sa composante majeure, et un alambic. Libre à l’auteur alors de faire macérer les ingrédients avant la distillation ou de faire “infuser” son alcool à travers des paniers remplis d’aromates placés dans l’alambic. Mais attention, le choix et les proportions des botaniques sont essentiels pour créer l’alchimie voulue. Exactement comme pour l’assemblage d’un vin ou d’un cognac, l’équilibre et les émotions guident la recette finale », précise Julien Maingraud, fondateur de Balbine Spirits et véritable geek du gin.

gin-festival-paris-the-good-life2

Avec le gin, on peut aussi mettre en valeur des productions locales et des produits du terroir : et ça c’est plus que tendance. Enfin, « le gin, c’est le roi des cocktails ! Un tiers des recettes de cocktails contiennent du gin », souffle Didier Ghorbanzadeh, de la Maison du Whisky.

Alexandre Gabriel – pionnier de la renaissance du gin artisanal français avec Citadelle* qui sera présent au salon –, n’hésite pas, quant à lui : « C’est son aspect aromatique qui fait toute la différence. Un bon gin, c’est un parfum qui se boit ! ». Un seul critère doit prévaloir : l’équilibre. En avant-première, notre sélection resserrée de 5 gins présents (et en vente) sur le salon, pour passer de buveur à… amateur de gin.


Les gins préférés de The Good Life au Gin Addict Festival

1. Gin de nos jardins, distillerie de l’Órt : pour l’amour du romarin

Attention ! coup de cœur absolu pour ce gin parfaitement équilibré. Le bouquet de romarin du Gin de Nos Jardins de la distillerie de l’Òrt, installée à Montignac en Dordogne, nous a tout simplement ébloui tant Loïs Gauthier, dont c’est l’aromate préféré et qu’il cultive sur sa ferme, a su en extraire toute la quintessence.
Gin de nos jardins, Distillerie de l’Órt (Montignac, Dordogne), 40% vol. alc., 70 cl, 42 €.

gin-festival-paris-the-good-life3

 2. Citadelle : le gin culte

Lancé en 1995, lauréat du titre « Grand Maître de Gin » en 2012, Citadelle est le premier gin artisanal français. Fin, élégant et d’une très grande richesse aromatique, ce gin créé par Alexandre Gabriel, propriétaire de Maison Ferrand, est distillé à feu nu, pour « une merveilleuse sensation de fondu en bouche » explique-t-il. Dix-neuf plantes aromatiques et de la cannelle fraîche sont infusées à froid, « pour permettre à chaque plante de s’exprimer pleinement ». Bon à savoir, le château de Bonbonnet, refait de neuf et là où la magie opère, se visite.
Citadelle, l’original, (Ars, Charente), 70 cl, 44% vol. alc. 33,90 € – www.citadellegin.com et www.whisky.fr

 

3. Bombay Sapphire : ode aux agrumes

Aux 10 ingrédients qui composent la recette classique de Bombay Sapphire s’ajoutent ici des écorces de citrons Fino et d’oranges et mandarines Navel, tous trois cultivés à Murcia en Espagne et récoltés tardivement. Les écorces sont ensuite séchées au soleil pour en extraire toute la saveur. Chaque distillat est coupé au moment précis où se dégage le meilleur des arômes des plantes infusées à la vapeur… Vif et intense.
Bombay Sapphire Premier Cru, London dry gin, Laverstoke Mill (Hampshire), GB, 47 vol. alc., 70cl, 39,90 €. www.bombaysapphire.com

Le Bombay Sapphire passe aux vitamines cet hiver avec des ajouts d’éorces de citrons Fino et d’oranges et mandarines Navel. © Bombay Sapphire
Le Bombay Sapphire passe aux vitamines cet hiver avec des ajouts d’éorces de citrons Fino et d’oranges et mandarines Navel. © Bombay Sapphire

4. Isle of Harris gin, Harris Distillery : en direct des Hébrides

Impossible de faire l’impasse sur celui-ci, distribué par la Maison du Whisky, distillé à Tarbert, sur l’une des plus belles îles d’Écosse. La clé de ce gin marin ? Le sugar kelp, une algue du coin, qui vient se frotter à 8 autres botaniques. Résultat ? Un gin frais, épuré et complexe aux notes de pin et de fruits (mangue, pamplemousse, orange). Embarquement immédiat.
Isle of Harris gin (Écosse), 45% vol. alc., 70 cl, 52 €. www.harrisdistillery.ch. À noter : La Maison du Whisky sera présente au Gin Addict Festival. On pourra y découvrir des pépites comme Elephant, Drumshanbo Gunpowder, Bobby’s ou encore Number 3.

 

5. Gin d’automne, Distillerie Isle-de-France : quand la carotte s’en mêle

Derrière la distillerie d’Île-de-France, née en 2019 et située dans une ferme bicentenaire de Seine-et-Marne, trois amis hédonistes bien décidés à faire bouger les lignes. Leur idée ? Concevoir un produit à l’identité unique, en circuit court, tout en privilégiant l’agriculture de conservation et le développement local. Leur gin d’automne est le résultat surprenant d’une fermentation de carottes (!) produites dans la région. Mariées aux agrumes, aux noisettes, à la fève de tonka et à un soupçon de gingembre, elles s’inspirent tout bonnement d’une recette de carrot cake.
Gin d’automne (Fresnes-sur-Marne, Île-de-France), cuvée 2021,50 cl, 40 % vol. alc., 45 €. www.distillerie-isle-de-France.fr

Numéro 4 de notre liste de gins préférés : Isle of Harris gin et le secret du sugar kelp…
Numéro 4 de notre liste de gins préférés : Isle of Harris gin et le secret du sugar kelp…

Bonus : le mixer roi

Difficile de se frayer un chemin dans le nombre exponentiel de références. Fever-Tree reste en tête de liste avec pas moins de 15 références. La marque vient de lancer deux petits nouveaux (Italian Blood Orange et Mexican Lime). De quoi varier les plaisirs à l’infini en fonction du profil aromatique du spiritueux sélectionné, que l’on accompagnera, au besoin, d’une des botaniques ou fruits présents dans la boisson.
Fever-Tree Premium Tonic Water, à partir de 5,59 € le pack de 4 bouteilles de 200ml chez Monoprix. Liste des points de vente sur fever-tree.com


Gin Addict Festival
Du vendredi 21 au dimanche 23 octobre 2022.
Parc Floral de Paris, route de la Pyramide, Bois de Vincennes (entrée par le Pavillon des Cèdres (Hall de la Pinède).
Des masterclasses de 30 mn, animées par des bartenders, sont proposées. Les visiteurs ont la possibilité d’apprendre à réaliser des cocktails et se familiariser à l’univers du gin.
Informations, réservation et billetterie sur www.theginaddictfestival/paris

Le premier bar à gins de Paris
Le premier bar à gins à s’ouvrir dans la capitale reste l’endroit incontournable pour s’initier à l’univers de cet alcool blanc.  Cent gins, 13 cocktails signature, 1 040 combinaisons de gin’tos et un nouveau gin toutes les semaines !
Tiger Paris, 13 rue Princesse, 75006 Paris. Tél. : 01 84 05 81 74. Ouvert du lundi au samedi de 17h30 à 2h du matin.

Thématiques associées