Yannick Labrousse

A Paris,
une nuit à l’Hôtel Particulier de Montmartre

A l’occasion d’une soirée hors du temps, The Good Life s’est glissé dans le confort ouaté et loin du rythme citadin de l’Hôtel Particulier. Cette résidence de charme confidentielle - 5 chambres seulement à son actif, se cache à flanc de colline, au milieu des ruelles et des jardins de la butte Montmartre.

L’hôtel particulier possède le plus grand jardin hôtelier de Paris. © Yannick Labrousse
L’hôtel particulier possède le plus grand jardin hôtelier de Paris. © Yannick Labrousse

C’est une adresse qui ne connaît pas les saisons et qui fleure bon le Paris qu’on aime, le Paris campagne et romantique, coquin juste ce qu’il faut pour faire honneur à la sulfureuse ville-lumière, étincelant en plein quartier de Montmartre -évidemment. L’Hôtel Particulier, c’est donc l’adresse de charme à Paris qui met tout le monde d’accord : visiteurs d’un soir venus des quatre coins du monde, célébrités en quête d’un coin discret mais chic, Parisiens à la recherche d’un tout petit supplément d’âme, ainsi que l’ânnonait une blonde des années 80…

Au restaurant Le Grand Salon, lui aussi revu par Pierre Lacroix en 2018 © Yannick Labrousse
Au restaurant Le Grand Salon, lui aussi revu par Pierre Lacroix en 2018 © Yannick Labrousse

Une maison de charme à Paris

Fait notable, le jardin de 900m2, imaginé par le célèbre paysagiste Louis Benech et parsemé de tables en fonte blanche, est le plus grand jardin hôtelier de Paris. On y pénètre après avoir montré patte blanche à la grille de l’impasse, puis poussé le grand portail qui préserve ce petit bout de campagne romantique (qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler le Musée de la Vie Romantique à quelques encâblures de là) des regards indiscrets.

Dans le jardin d’hiver, le bar Le Très Particulier anime les soirées montmartroises depuis 2015. © Yannick Labrousse
Dans le jardin d’hiver, le bar Le Très Particulier anime les soirées montmartroises depuis 2015. © Yannick Labrousse

La grande maison du XIXe siècle -entièrement reconstruite à identique à la fin du siècle dernier- ancienne propriété de la famille Hermès (quoi de plus parisien ?), était jusqu’à maintenant connue des locaux quoiqu’un peu dépréciée avec le temps : table passable, service moyen et décor râpé par le temps l’avaient enterrée sous la butte des plaisirs élimés. Oscar Comtet, son directeur dont le nom pourrait justement figurer dans une nouvelle du XIXe, s’échine pourtant à dynamiser les lieux depuis 2007.

La suite n°1, au papier peint treillage. © Yannick Labrousse
La suite n°1, au papier peint treillage. © Yannick Labrousse

Petit à petit, l’adresse reprenait d’ailleurs des couleurs : en 2015, le bar à cocktails Le Très Particulier voyait ainsi le jour dans le jardin d’hiver. En 2018, adieu trophées de chasse accrochés aux murs sombres, bienvenue au trio gagnant vieux rose-velours-or pour la grande salle à manger du restaurant.

Ambiance plus feutrée dans l’une des autres suites thématisées. © Yannick Labrousse
Ambiance plus feutrée dans l’une des autres suites thématisées. © Yannick Labrousse

Les nouvelles chambres de l’Hôtel Particulier

Cet été, l’Hôtel Particulier dévoilait le nouveau décor de ses 5 suites, imaginé par Pierre Lacroix – déjà à l’origine, justement, du Très Particulier et du Grand Salon poudré. Certes, on ne peut s’empêcher d’y voir la grande influence du décorateur Jacques Garcia dans les matières, les tons et les remplois du vocabulaire décoratif propre au XIXe siècle. Mais qu’importe : on s’y sent bien. Papier-peint treillage du sol au plafond, velours rouge théâtral aux murs et aux fenêtres, moquette aux motifs Morris Arts & Crafts ou léopard, salles de bains spacieuses et spectaculaires en marbre ou en micro-mosaïque façon palmettes Art déco… C’est tout un âge d’or, ou plutôt les âges d’or parisiens, du Second Empire aux Années Folles et aux fastueuses années 70, sans oublier quelques volutes d’opium, qui sont célébrés dans ces lieux feutrés.

Les salles de bains sont elles aussi spectaculaires. © Yannick Labrousse
Les salles de bains sont elles aussi spectaculaires. © Yannick Labrousse

Côté table, c’est – sans surprise – la cuisine bourgeoise qui fait recette. La carte des vins s’est dotée d’un véritable sommelier. Pâté en croûte, côte de bœuf, cocottes de légumes de saison… Les produits sont frais, plutôt locaux et le restaurant, simple. Un bon moment dans un beau cadre : on n’en demandait pas plus. Attablés un soir d’été dans le jardin encore vert, il nous tarde désormais de revenir près du feu qui crépite pour un moment hors du temps, loin de tout, cet hiver. Une adresse qui ne connaît pas les saisons…


Hôtel Particulier Montmartre
23 avenue Junot, Paris XVIIIe
5 suites, de 35 à 80 m2
A partir de 690€ la nuit

Le Grand Salon
Ouvert tous les jours pour le déjeuner et le dîner
Tea-time entre 16 et 18h
Brunch le dimanche jusqu’à 16h
A la carte : entrées à partir de 17€ / Plats à partir de 32€ / Desserts à partir de 14€

Bar à cocktails Le Très Particulier
Ouvert tous les jours de 18 à 2 heures.
Programmation à retrouver sur le site.

Thématiques associées