High-tech :
Faut-il craquer pour les smartphones aux écrans pliables ?

Non, nous n’allons pas vous entretenir avec nostalgie du Motorola à clapet de notre jeunesse. Quoique… Entre fascination et appréhension, les écrans pliables de smartphones ouvrent de nouvelles perspectives. Alors, fausse bonne idée ou extension de l’horizon des écrans ? Petit guide pratique, alors que les nouveautés se démultiplient.

smartphones-pliables-the-good-life

L’écran pliable, haute-technologie

Même après 3 ans et différentes générations de smartphones, certes peu diffusés, l’effet waouh des écrans pliables est toujours bien là. Le concept est à la fois très simple et redoutablement complexe du point de vue technologique. Un écran Amoled ultra-fin est utilisé pour obtenir la flexibilité nécessaire à la pliure, créée par une cinématique de charnière spécifique.

Au fur et à mesure des modèles, le pli visible sur l’écran s’est atténué et la durabilité de l’ensemble a fait de gros progrès, promettant une résistance à plusieurs dizaines de milliers de manœuvres de pliages. Rassurant, lorsqu’on redoute le pliage ! Certes, tous ont aussi un petit écran extérieur pour consulter ses notifications sans prendre la peine de l’ouvrir. Mais il est difficile de ne pas profiter aussi souvent que possible du plaisir procuré par l’écran de 7,6’’. Résultat, un confort de lecture proche de celui d’une petite tablette, avec un objet qui tient pourtant dans la poche.

Samsung Galaxy Flip 4
Samsung Galaxy Flip 4

Le meilleur des deux mondes ? Oui, mais cela ne se fait pas sans certains sacrifices. D’abord, ces modèles sont lourds et épais. Ainsi le dernier Samsung Galaxy Z Fold4 pèse 263 g, soit 50 % de plus que le haut de gamme classique de la marque. Ensuite, il faut accepter un tarif perché à partir de 1 799 € : le Fold fait payer au prix fort son concentré technologique. Huawei propose aussi un très beau modèle (mais sans les services de Google…).

Écran et étanchéité : redoubler de prudence avec un smartphone pliable

Enfin, il y a la question de la fragilité. Alors que les écrans de nos smartphones avec des verres ultra résistants sont prêts à tout encaisser sans dégâts, ici, attention, surface sensible. Il serait dommage de laisser un si bel écran se rayer. De plus, la construction complexe de l’articulation de ces téléphones limite leur étanchéité. Même si aujourd’hui, le Fold4 est certifié IPX8 pour la résistance à l’eau, en revanche, il reste sensible à la poussière. Bref, avoir un smartphone pliable, c’est redoubler de prudence.

Le Samsung Galaxy Fold 4.
Le Samsung Galaxy Fold 4.

Ringard, le téléphone à clapet ?

En parallèle, avec la pliure verticale, façon livre, les écrans pliables ont aussi ramené sur la scène les téléphones à clapet, dont Huawei ou Motorola avec son RAZR rappelant les modèles des années 2000. Samsung persiste et signe là aussi avec son Galaxy Z Flip4, au form factor plus pratique au quotidien pour le glisser dans une poche ou un sac à main.

Portables, version XXL

Pour les ordinateurs portables, les cas d’usages sont un peu différents. D’abord, s’il est facile de taper de petits textes sur un smartphone, rien ne remplace un clavier physique pour de longues séances d’écriture sur ordinateur. La surface gagnée est plutôt dédiée à des outils de travail, et il faut emporter un bon vieux clavier Bluetooth. Asus propose ainsi cette année son Zenbook Fold Oled, au bel écran de 17’’ dans un gabarit de portable de juste 12,5’’, pour 1,5 kg. Une performance qui, là aussi, a son prix : 3 999 €. Cela fait cher le cm2 de surface gagné.