Les vins secs de Collioure : 6 bouteilles pour l'été

Les producteurs de vins secs de Collioure bâtissent aujourd’hui l’avenir, avec la volonté de les faire reconnaître au-delà des Pyrénées. The Good Life a sélectionné 6 bouteilles pour vous.

Vins secs de Collioure : un vignoble dompté par l’homme
L’aire d’appellation du vignoble de Collioure s’étend sur les communes de Collioure, Port-Vendres, Banyuls et Cerbère. Sur environ 1 300 hectares de vignes, on produit un vin doux naturel, le banyuls, mondialement reconnu (AOP – appellation d’origine protégéé – banyuls et banyuls grand cru) et des vins secs sur l’AOP collioure. Produire du vin dans cette région, à la frontière espagnole, est un engagement de tous les instants. Les vignes ont pris place sur de fortes pentes de schistes du cambrien, et sont aménagées en terrasses pour résister aux érosions. Pour évacuer les eaux violentes, un intelligent réseau d’écoulement composé de rigoles a été façonné par les anciens. Les murets de pierre, agulls (rigoles permettant le ruissellement des eaux), peus de galls (intersection de deux agulls), réservoirs d’eau et casots (cabanons dans les vignes) dessinent le paysage viticole. Les ceps (grenache, grenache gris, mourvèdre, syrah, cinsault pour les vins rouges, et grenaches blanc et gris, vermentino, roussanne… pour les vins blancs) sont des acteurs positionnés sur un amphithéâtre descendant vers la mer sur des pentes comprises entre 25 et 50 %. Les terrasses de vignes baignées de soleil, à faible rendement et rafraîchies par la brise marine, constituent un avantage important pour l’épanouissement des cépages locaux et la production de vins singuliers. « La mécanisation y est impossible. Chaque étape pour produire du vin nécessite un engagement total de la part des équipes du domaine », explique Vincent Parcé, du domaine Augustin, qui produit un vin blanc excellent et original avec du grenache noir dénommé sobrement Blanc de Noirs.

Vins secs de Collioure, paysage.
Vins secs de Collioure, paysage.

Une génération ambitieuse
De jeunes viticulteurs au caractère bien trempé comme Vincent, on en dénombre une trentaine. Ils se nomment élise Gaillard (Madeloc), -Romuald Perrone (clos Saint Sébastien), Andy Cook (Coume del Mas), Aurélie -Mercier (clos de Paulilles)… et ont la volonté de faire de grands vins secs de Collioure (rosé, blanc et rouge), à côté de producteurs plus aguerris comme Laetitia -Pietri-Clara (domaine Piétri-Géraud). Mais surtout, ils veulent être reconnus en France et à l’étranger. Pour la plupart des domaines, l’afflux de touristes, l’été, est une véritable aubaine. Ils peuvent ainsi vendre en direct une très grande partie de la production. « Pour nous, les ventes représentent -environ 90 % de notre chiffre d’affaires. Cela nous évite d’avoir des agents commerciaux en France », -affirme -Clémentine Herre, du domaine -Tambour. La vente en direct possède de nombreux atouts, dont une meilleure marge, l’assurance d’être réglé et de se constituer un fonds de roulement régulier. En revanche, elle ne permet pas de construire une renommée en dehors de son périmètre et d’être moins tributaire d’un marché local.

Une reconnaissance internationale

La qualité des vins mérite de franchir les frontières des Pyrénées, comme le soutient Romuald Perronne, le jeune président de -l’appellation banyuls–collioure- : « Je crois que notre avenir se trouve dans la reconnaissance de nos vins secs et dans leur valorisation. Nous devons être plus dynamiques en dehors de chez nous. Nous avons de grands vins, mais nos rendements sont faibles et la tâche est difficile, à cause des pentes de notre vignoble pouvant atteindre, -parfois, plus de 40 %. Il est -important que nos vins soient -consommés sur place, mais notre notoriété doit dépasser les Pyrénées, afin de pouvoir  vendre à un prix en rapport avec notre travail à la vigne. » à une période où la -particularité est un atout, les vins secs de Collioure peuvent se construire un bel avenir.

Vins secs de Collioure, les vignes.
Vins secs de Collioure, les vignes.

6 vins secs de Collioure pour l’été 

  • Domaine Tambour. Type : AOP Collioure. Millésime : Rosé Clémentine 2021. Le domaine existe depuis 1920. Il s’agit d’une vraie histoire de famille, où les générations successives ont la volonté farouche de pérenniser le travail des anciens. C’est aujourd’hui la dynamique Clémentine Herre, cinquième génération, qui est à la manœuvre depuis 2004. Elle produit des vins sur les appellations banyuls et collioure. Ce rosé porte son prénom, comme sa mère le souhaitait. C’est un rosé de saignée, légèrement foncé. Au nez, il se veut immédiatement plaisant. En bouche, il exprime bien la finesse des arômes fruités. Il a de la fraîcheur avec une finale épicée et des pointes salines bien agréables. Prix : 13,50 €.
  • Les Clos des Paulilles. Type : AOP Collioure. Millésime : Cap Béar Rosé 2020. Voici l’un des vignobles les plus importants de l’appellation, puisqu’il s’étend sur près de 70 ha dont 63 d’un seul tenant consacrés à la vigne, une rareté. Face à la mer, on y cultive six cépages dont quatre principaux – mourvèdre, grenache, syrah, cabernet –, avec des rendements faibles. Le rosé, haut de gamme, de cette propriété est composé de grenache, syrah et mourvèdre. La robe est claire. Elle se veut séductrice, comme le doux parfum qu’elle dégage au nez. Nous avons des notes d’agrumes et de fleurs blanches. En bouche, le vin est charmeur, mais il a également de la matière. On appréciera la finale tout en délicatesse avec des notes salines. Prix : 29 €.
  • Coume Del Mas. Type : AOP Collioure. Millésime : Farniente rosé 2021. Ce vignoble de 14 ha est de taille raisonnable pour la région. Il est réparti sur 32 parcelles différentes. L’assemblage va donc jouer un rôle primordial dans l’élaboration finale des vins. Comme en Champagne, finalement, où la diversité crée la qualité et la complexité. Ce Farniente porte mal son nom, car il est, en fait, le fruit d’un travail minutieux. C’est un rosé de saignée. Voilà pourquoi sa robe est foncée, contrairement aux rosés de couleur pâle. Il a un fruité intense avec une matière qui joue sur le registre de la gourmandise. Ce vin parle vrai avec une texture persistante et délicate en bouche. La finale est fraîche, venant démontrer que  la couleur n’est en rien un gage de l’équilibre du vin. Prix : 14 €.
  • Domaine Pietri-Géraud. Type : AOP Collioure. Millésime : le rosé de mon père 2021. La cave de réception et d’élevage est située dans le cœur de Collioure. Il faut dire que ce domaine existe depuis le xixe siècle. Avant, les raisins arrivaient à dos de mulet en serpentant de ruelle en ruelle. Laetitia Pietri-Clara, cinquième génération, a repris le flambeau de sa mère, Maguy. Elle vient de refaire son chai afin de mieux travailler son parcellaire. Elle a un fort caractère et sait exactement ce qu’elle souhaite. Son rosé à la gloire de son père est à l’image de sa personnalité : généreux, qui a la gaieté en lui. Il est plein de fruits rouges et d’agrumes, a une robe légère comme un printemps, et sa finale est chantante, avec une jolie minéralité. Prix : 12 €.
  • Domaine Pic Joan. Type : AOP Collioure. Millésime : Collioure rosé 2021. Jean Solé et sa femme, Laura Parcé, ont créé ce vignoble en 2009 avec l’enthousiasme de leur jeunesse. Ils possèdent également, depuis peu, Mas Blanc, un autre domaine. Au total, leur vignoble représente désormais 14 ha. Cette nouvelle génération est fière des vins qu’elle produit sur un vignoble difficile, mais qualitatif. Leurs vignes plongent dans la Méditerranée. Dans les chais, sur Pic Joan, on trouve des vins blancs, des vins rouges et également un rosé. Ce dernier a une couleur affirmée et des arômes enivrants de cassis et de framboise. Les fruits rouges sont encore plus persistants en bouche, sur une finale très légèrement épicée. Prix : 11 €.

Thématiques associées