anton bohnert

Mode :
Meta Campania Collective, nouvel intemporel

Le jeune label Meta Campania Collective ouvre la voie à un retour inspirant du luxe intemporel. Chargé de sens et de poésie, son vestiaire s’enracine dans la qualité et le savoir-faire de la couture italienne.

Meta Campania Collective (MCC) : inévitablement, ses interlocuteurs finissent toujours par demander à Jon Strassburg si son label entretient un quelconque rapport avec la firme de Mark Zuckerberg. Non, non et non ! Si on vous dit « Meta », entendez côte amalfitaine. C’est entre Naples et Sorrente que se situe Meta. Jusqu’à présent cette villégiature de bord de mer a échappé aux guides touristiques, ce qui lui permet de cultiver ce charme, cette authenticité et cette douceur de vivre qui ont séduit et inspiré le créateur au point qu’il donne à son entreprise le nom de cette riviera discrète où il a passé de nombreux étés.

Meta Campania Collective
Meta Campania Collective anton bohnert

Bien sûr, Meta est en Campanie, alors il fallait le dire, pour s’ancrer dans cette terre sensuelle et brute à la fois. Quant à Collective, cela rappelle qu’ils sont trois amis à s’être lancés dans l’aventure. Trois amis qui se connaissent depuis vingt ans, qui sont issus du sérail de la mode, et qui ont partagé leurs différentes vies professionnelles chez Hugo Boss, Burberry, Bottega Veneta… Aujourd’hui, Jon Strassburg gère la marque depuis Lugano, d’où l’on aperçoit, au loin, les montagnes du Tessin. Heiko Keinath est, lui, basé à Paris d’où il dirige l’agence de création Buero. Quant à Constanze Walcher, elle est à Berlin où elle vient de fonder, en parallèle, la marque alimentaire végane Glutenfreie Heimat.

Meta Campania Collective
Meta Campania Collective anton bohnert

Le projet de MCC s’est développé pendant plus de cinq ans dans leur tête. « Nous avons voulu prendre le temps de mûrir notre projet pour l’ancrer dans la durée. Nous ne voulions pas créer une marque de plus, mais faire des vêtements qu’on puisse porter pendant dix ou quinze ans, revenir sur le territoire d’un luxe intemporel et d’une qualité suprême, raconte Jon Strassburg. Et pour cela, il n’y a qu’un pays où il est possible de produire avec une telle exigence : l’Italie. C’est pourquoi tout s’ancre ici, le sourcing des matières et la production. Nous fonctionnons aussi en circuit court et local. »

Bassins créatifs

Prato, Côme, Biella, Santa Croce… l’industrie textile italienne a toujours été concentrée dans des bassins très localisés. Ces zones rassemblent non pas des infrastructures lourdes, mais des pépinières d’artisans qui se transmettent leur savoir-faire de génération en génération. Comment ont-ils traversé la crise ? Quel est leur avenir ? Pour Desolina Suter, spécialiste de ce secteur et directrice mode de Première Vision, « ces entreprises ont profité du calme imposé pour opérer un virage écologique, et pour renforcer leur capacité à transmettre leur culture porteuse de valeurs et de sens. Leur investissement dans le beau est un atout de créativité et d’inventivité ». Et cela d’autant plus qu’ils ont plusieurs temps d’avance sur le travail des matières, notamment grâce à de nouveaux procédés de teinture issus de la vigne ou des algues.

Vivre la mode différemment

Instaurer une autre façon de produire et de consommer la mode consiste également à avoir une identité de style forte. Celle que les trois complices ont choisie leur ressemble. Elle s’inspire de leur entourage et plus largement du monde de l’art, des artistes. « On reconnaît tout de suite un artiste à son allure. Elle exprime son esprit, son regard sur le monde. C’est quelque chose d’universel qu’on retrouve aussi bien chez Pablo Picasso que chez Juergen Teller. Il ne s’agit pas d’uniformes, mais de pièces qui les accompagnent dans leur intimité, comme dans leur vie publique comme. Elles font partie de leur personnalité. Elles ont une simplicité et une élégance qui représentent la modernité. »

Meta Campania Collective
Meta Campania Collective anton bohnert

Plutôt que de réaliser un lookbook, la marque fait appel à des artistes qui lui sont proches, qui l’inspirent et lui ressemblent. Autre particularité pleine de sens : les vêtements ne sont pas genrés. Toutefois, pour leur prochaine collection qui sera la troisième, des pièces plus féminines feront leur apparition. En attendant, on se partage, on s’emprunte ces vestes confortables, ces pantalons à la coupe parfaite et ces tee-shirts seconde peau. Les tonalités s’inspirent de la campagne, de l’arrière-pays napolitain avec deux vibrations très solaires : un rouge coquelicot et un bleu intense qui signent l’identité de Meta Campania Collective.

Pour le moment, la marque est distribuée en Suisse. Mais en juillet puis en septembre, des pop-up ouvriront à Paris, dans le Marais. Le premier sera un showcase de Samuel Fasse. On a hâte de savoir quels sont ceux qui, appartenant à cette grande famiglia, signeront les prochains…

Thématiques associées