CHRISTIAN DROUIN LE GIN

Sélection :
9 bouteilles de gin français

Après l’Angleterre, l’Espagne et le Portugal, le gin semble être le nouveau chouchou des mixologues et des consommateurs français qui peuvent se fournir localement !

Acrobate Gin Bio, le plus singulier

Les producteurs de ce gin français se surnomment « Les Bienheureux ». Il s’agit d’un joli projet de vie que de tenter d’avoir « une vie heureuse », comme l’écrivait le stoïcien Sénèque. La bouteille a été travaillée avec soin ; l’esthétisme est bien là. Ce gin a été imaginé à base de spiruline, une algue existant depuis plus de 3 milliards d’années. Alors allons-nous devenir immortels en appréciant la touche d’agrume, épicée avec des fruits exotiques en bouche ? C’est probable, mais en attendant, il faudra le consommer avec modération avec un peu de tonic.

Prix : 32,90 €.
Prix : 32,90 €. DR

Christian Drouin Le Gin, le plus alternatif

La maison Drouin produit des calvados de grande qualité depuis trois générations. On trouve désormais parmi eux, une gamme de gin (quatre au total), dont ce Gin est le plus classique. La recette finale comprend 30 variétés de pommes différentes et huit aromates, pour donner un gin aux effluves de citron, vanille, cannelle avec la douceur de l’amande. Rond en bouche, il garde de l’intensité avec des notes de pommes cuites.

Prix : 37 €.
Prix : 37 €. DR

Anaë, le plus biologique

Voilà encore un nouveau gin français, imaginé par Pauline Raffaitin, directrice du groupe Bollinger. Pour réaliser son projet, elle s’est appuyée sur l’expertise du talentueux maître de chai des cognacs Delamain, Dominique Touteau. Tous les ingrédients qui vont accompagner la baie de genièvre sont en agriculture biologique. Ce gin a des parfums de verveine citronnée au premier abord. La bouche est relativement puissante avec une finale marquée sur une fraîcheur persistante et poivrée. Un projet assurément abouti.

Prix : 45 €.
Prix : 45 €. DR

Le gin français, de Paris à Cognac

Citadelle, le plus historique. La marque Citadelle se revendique comme le premier gin artisanal français, né en 1996. Il en a inspiré bien d’autres depuis. Il est élaboré par la Maison Ferrand qui est une institution dans la région de Cognac. Les baies de genièvre proviennent du terroir maison. Il en est l’élément principal. À cela, on ajoute 18 ingrédients qui complexifient le gin. En résulte une équipe d’une fraîcheur remarquable avec une pointe d’acidité qui lui donne de la vivacité. On appréciera le côté herbacé et citronné sur la finale.

Prix : 33 €.
Prix : 33 €. DR

Distillerie de Paris Gin Caroube, le plus exotique

La capitale française, tout comme Londres, possède ses microdistilleries. Elles proposent des gins avec une vraie personnalité. Ici, des graines de caroube ont été macérées avec des oranges et des citrons dans un distillat de vin de Charente. Cela procure beaucoup de fraîcheur, mais aussi une palette aromatique large et surprenante : des senteurs de banane, de vanille avec une finale légèrement sur la noix de coco.

Prix : 42 €.
Prix : 42 €. DR

Gin Generous Original, le plus esthétique

La bouteille de ce gin fabriqué dans la région de Cognac est tellement belle qu’on ose à peine l’ouvrir. Elle ressemble à ces flacons anciens que l’on trouvait dans les vitrines des pharmacies d’antan. Elle dégage quelque chose de rassurant. À l’intérieur du contenant, point de sirop au goût étrange, mais un distillat qui prend le registre du fruité et du floral, où chaque arôme vient délicatement souligner l’autre. C’est tellement plus agréable. On recherche la gaieté comme un baume pour l’âme. Les infusions de fleurs blanches se font sentir délicatement sur la finale, bien secondée par des notes de poivre du Sichuan.

Prix : 40 €.
Prix : 40 €. DR

Gigi en Provence, le plus terroir

Encore un gin français, mais de Provence cette fois ! Philippe Austruy est le propriétaire de la Commanderie de Peyrassol, dans le Var. En plus du vin, il a conçu un gin bio qu’il a simplement nommé « Gigi ». Pensait-il, lors de la création à la chanteuse Dalida ? On ne sait pas, mais ce gin chantant est réalisé à partir d’alcool de blé auquel sont ajoutées les caractéristiques olfactives de la Provence : genièvre, coriandre, romarin, huile d’olive, zeste de citron et violette… Embaumant, au nez, il exprime les parfums de la garrigue. En bouche, le citron domine pour nous apporter de la légèreté.

Prix : 42 €.
Prix : 42 €. DR

Les belles couleurs du gin

Lord of Barbès, le plus parisien

L’effervescence dans le monde du gin est telle qu’on peut se permettre toutes les audaces. C’est rafraîchissant, surtout en cette période. Et c’est le cas avec cette bouteille bleue originale, habillée d’une tête de mort, et dont le nom est une référence évidente au quartier cosmopolite du 18e arrondissement de Paris. Cependant, ce gin biologique est, comme beaucoup de ses semblables, élaboré dans la région de Cognac, en Charente. Il est vif, très parfumé, avec un joli toucher en bouche qui se termine sur des amers subtils, des fleurs blanches et des notes poivrées.

Prix : 45 €.
Prix : 45 €. DR

 

Mirabeau, le plus coloré

Cette belle bouteille, qui ressemble à s’y méprendre à un flacon de parfum, ne laisse personne indifférent. Sa couleur rose – qui n’est pas due à un verre teinté, contrairement à ce que l’on pourrait croire – intrigue, car dans notre inconscient, le gin doit être translucide, limpide, clair. Ce gin tropézien est allé chercher les plantes sauvages du domaine. Pour le teinter délicatement de rose, les propriétaires ont ajouté à l’alcool neutre 100 % raisin, une touche de leur rosé provençal. En bouche, on retrouve des notes de pétales de rose, de fleurs blanches comme le jasmin, et, surtout, un toucher soyeux et voluptueux avec une finale subtilement herbacée. Une très jolie surprise à découvrir absolument !

Prix : 39,50 €.
Prix : 39,50 €. DR

Thématiques associées