the-beverly-hills-hotel

City-guide :
Nos 8 hôtels favoris à Los Angeles

The Good Life vous donne les clés des lieux qui font bouger Los Angeles, entre passages obligés et adresses plus confidentielles.

De Beverly Hills à Silver Lake, voici nos hôtels incontournables à Los Angeles.

Les hôtels de The Good Life à Los Angeles :

Silver Lake Pool & Inn, contemporain. À l’est de Los Angeles, pauvre en hôtellerie, le groupe Palisociety a transformé un motel des années 80 du quartier trendy de Silver Lake en un hôtel axé vers la détente maximale. La preuve ? Cette somptueuse piscine bordée de cactus, avec vue sur le célèbre Hollywood Sign, où clients et locaux viennent trinquer au Spritz et au champagne à toute heure du jour et de la nuit. Habillées des matériaux à la mode – vasques en terrazzo, mobilier canné, fauteuils en cuir brut –, les chambres et suites séduisent, et le restaurant Marco Polo régale en mode trattoria italienne. Autour du bar marbré ovale ou sur la terrasse à l’ambiance bistrot, on commande burger et salade de baby kale very healthy.

4141 Santa Monica Boulevard, Silver Lake. palisociety.com
4141 Santa Monica Boulevard, Silver Lake. palisociety.com DR

The Shay, business. Au cœur de Culver City, zone où se concentrent aujourd’hui les bureaux d’Amazon Studios, Warner Bros. ou Apple TV, ouvrait en octobre dernier The Shay (groupe Hyatt), un hôtel entièrement pensé pour la communauté tech et business de passage. Configuré en espace de coworking, le lobby ouvre sur un étage de salons pour séminaires, et connecte aux 148 chambres, toutes pensées sur le même modèle, habillées de mobilier design et graphique, d’éclairages industriels et de salles de bains modernes. Laptops greffés aux bras, les clients, trentenaires dans leur majorité, rejoignent le rooftop et sa piscine pour une séance de pataugeage et de cocktails-pool. Sur les tables pixelisées du bar Celestina, tacos et burritos s’accompagnent de cocktails à la tequila, spécialité de la maison. En cas d’urgence shopping, le complexe Platform, juste en face, propose quelques concept-stores (The Optimist, Teller, Broome Street General…) parmi les plus pointus en ville. 8801 Washington Boulevard, Culver City. hyatt.com

Downtown L.A. Proper Hotel, central. Voisine du Hoxton et de l’Ace Hotel, la nouvelle pépite de la marque Proper Hotels investissait, fin 2021, les 15 étages d’un immeuble Art déco, longtemps occupé par un club privé. Au décor, la star du design intérieur à L.A., Kelly Wearstler, habille les 148 chambres de mobilier et d’œuvres aux inspirations mexicaines, et convertit l’ancienne piscine et le terrain de basket originel en suites ultraspacieuses. Passée maître dans l’association du vintage et du contemporain, la décoratrice fait sensation au restaurant Cara Cara, au dernier étage de l’immeuble, un espace avec vue sur la ville, terrasse somptueuse avec brasero et piscinette pour faire trempette. C’est là qu’il faut réserver pour le dîner : la cheffe, Suzanne Goin, en équipe avec la sommelière star Caroline Styne, imagine des plats méditerranéens ultragourmands à partager. 1100 S Broadway, Downtown. properhotel.com

Nobu Ryokan Malibu, confidentiel. Posé sur la plage de Carbon Beach, aussi surnommée la « plage des milliardaires », cet hôtel de Malibu, premier de la collection Ryokan, est né du partenariat entre Robert De Niro et le fondateur d’Oracle, Larry Ellison. Ancien motel de plage, l’endroit s’est mué en véritable ryokan japonais sur deux niveaux, entièrement couvert de bois de teck et arboré de jardins zen. Promettant à ses célèbres clients (Kanye West compte parmi les fidèles) une confidentialité absolue – les photos sont interdites dans les espaces communs –, l’hôtel décline 16 suites au pur style minimaliste, l’œuvre de l’agence d’architecture française Studio PCH, installée à Venice. L’établissement met à la disposition de ses clients les dernières technologies à la mode – WC automatiques, écran caché dans le plafond, tablettes pour régler température et lumières… Pour combler les plus exigeants, la suite Rock’n’roll dispose d’une baignoire en extérieur avec vue plongeante sur l’océan. Côté saveurs, le room service sert les spécialités de sushis et plats japonais du restaurant Nobu voisin.

22752 Pacific Coast Highway, Malibu. malibu.nobuhotels.com
22752 Pacific Coast Highway, Malibu. malibu.nobuhotels.com nobu-ryokan-malibu

The West Hollywood Edition, grandiose. Après New York, la nouvelle marque hôtelière lancée par Marriott et Ian Schrager (cofondateur du Studio 54 et pionnier des boutique‑hôtels) ouvrait en 2019 sur Sunset Boulevard. Quintessence du luxe à la californienne, l’hôtel s’ouvre sur un immense lobby avec salons, bar à cocktails, table de billard, l’ensemble étant coiffé d’une suspension mobile bien choisie de l’artiste Sterling Ruby. Les 190 chambres imaginées par le Britannique John Pawson jouent la carte du minimalisme chic et des matières naturelles. Certaines suites disposent de terrasses gigantesques avec vue sur la ville, et le rooftop profite d’une piscine de 20 mètres, parfaite en mode sunset. Parmi les autres réjouissances : le spa et sa liste de soins au CBD, et le menu tout végétal signé du chef John Fraser au restaurant Ardor. 9040 Sunset Boulevard, West Hollywood. editionhotels.com

The Hollywood Roosevelt, classique. Hollywood Boulevard abrite un hôtel de légende. C’est là, en 1929, que s’organisa la première cérémonie des Oscar. C’est aussi là que Marilyn Monroe vécut deux années. Et que Lady Gaga et Bradley Cooper tournèrent plusieurs scènes du film A Star is Born. Rénovées par l’agence de design Yabu Pushelberg, les 300 chambres et suites, moulées dans un classicisme élégant et intemporel, offrent le meilleur confort. Les clients raffolent de la piscine Tropicana logée dans un jardin bordé de palmiers, et dont le fond est signé de l’artiste David Hockney, des burgers du diner logé au rez-de-chaussée et du nouveau steakhouse mené par la cheffe star Nancy Silverton. L’hôtel héberge aussi un bar à cocktails, deux couloirs de bowling, un théâtre et un auditorium où se produisit Prince. 7000 Hollywood Boulevard, Hollywood. thehollywoodroosevelt.com

Venice V Hotel, hype. L’offre hôtelière dans ce quartier étant limitée (le Rose Hotel a fermé ses portes pendant la crise du Covid), ce nouvel établissement de 44 chambres et suites, toutes avec vue sur l’océan, est idéal pour une immersion dans l’ambiance de Venice. Bordant le Venice Beach Boardwalk, l’ancien Waldorf Hotel – qui vit défiler Charlie Chaplin, les Doors et le collectif de skateurs Z-Boys – s’est offert un lifting et accueille ses clients dans un lobby à la gloire d’Abbot Kinney, entrepreneur à l’origine du développement de Venice dont le portrait en roues de skate amuse la galerie. Les meilleures chambres sont sur le toit : 7 penthouses au décor bohème, industriel ou marocain, équipées de minibars garnis de barres de céréales, de chips bio et de wax pour surfer. Pas de restaurant ici, mais un service de livraison en partenariat avec Great White, une table courue du quartier.

5 Westminster Avenue, Venice. venicevhotel.com
5 Westminster Avenue, Venice. venicevhotel.com mark-durling

The Beverly Hills Hotel, exclusif. Ouvert en 1912, au milieu des champs de haricots, le Beverly Hills Hotel est à l’origine du développement de ce quartier hype, peuplé de villas somptueuses et des plus grandes fortunes de L.A. L’hôtel connaît ses heures de gloire dans les années 40, époque où Marlène Dietrich défraie la chronique au restaurant Polo Lounge, habillée en pantalon… jusqu’alors interdit aux femmes. Les stars sont toujours là, toutes adeptes du confort des chambres et de la vingtaine de bungalows posés au cœur d’un jardin luxuriant, rénovés avec grand chic par la décoratrice d’intérieur Alexandra Champalimaud. À la piscine de l’hôtel, toute de rose vêtue et cerclée de transats à rayures vertes, l’appareil photo n’a pas droit de cité, garantissant la confidentialité aux habitués. 9641 Sunset Boulevard, Beverly Hills. dorchestercollection.com

Chateau Marmont, la fin d’une légende ?

Victime d’une chute de sa fréquentation lors du premier confinement de mars 2020, le célèbre hôtel Chateau Marmont se séparait, manu militari, de ses 248 employés. Constitués en collectif, les anciens, soutenus par une horde de célébrités (Spike Lee, Jane Fonda ou encore Issa Rae) ont, depuis, pris la parole, pour témoigner des discriminations et des harcèlements dont ils faisaient l’objet et appeler au boycott général. Transformé en « club privé », le Chateau Marmont ne reçoit plus de réservations du grand public depuis plus d’une année.


Thématiques associées