Lassés de la finance, Russell et Sema Faulkner ont décidé de se consacrer à leurs deux passions, l’art et le vin nature, en ouvrant Feral, une singulière boutique‑galerie pour collectionneurs avisés et amateurs de vins curieux.

Feral, c’est le retour du vin au plus proche de la naturalité, à l’état sauvage (féral), qui détonne dans une ville de Bordeaux réputée conservatrice.

À Bordeaux, la grosse cloche de l’ancien hôtel de ville veille désormais sur les petites rues de son quartier. En ce 28 août, célébrant la Libération en 1944, son carillon décidé nous rappelle la longue histoire de l’ancienne capitale du duché d’Aquitaine, passée par bien des aléas. Le dernier en date (celui que nous subissons depuis le printemps 2020) a beau avoir plombé bien des morals entreprenants, il n’a jamais entamé la bonne humeur de Sema Faulkner.

Feral, 22, rue Buhan, Bordeaux. feralartetvin.com – Instagram
Feral, 22, rue Buhan, Bordeaux. feralartetvin.comInstagram DR

Feral, le vin sauvage de Bordeaux

Début 2021, après une vingtaine d’années passées dans le monde de la finance (dont les huit dernières à Abou Dhabi), cette Britannique à la voix rieuse et son mari Russell ont cédé aux passions dévorantes qui occupaient déjà tout leur temps libre – l’art et le vin – et de se jeter dans le vide en créant un lieu à nul autre pareil : Feral.

Il y a quelque chose de rimbaldien dans cet adjectif désignant le retour à l’état sauvage, comme dans la manière dont Sema et Russell le mettent en scène ; un côté enfantin, joueur. Le principe ? Un ou une artiste et trois étagères contenant 100 références de vignerons internationaux (annotées de 1 à 3 pour indiquer leur degré de « féralité ») qui changent tous les six mois.

Feral, 22, rue Buhan, Bordeaux. feralartetvin.com – Instagram
Feral, 22, rue Buhan, Bordeaux. feralartetvin.comInstagram DR

Un lieu qui tient ses promesses

Au premier rendez- vous, les vins autrichiens de Gut Oggau, les fascinants corbières de Recerca Magneto, les labyrinthes vénètes de Costadilà… De quoi choquer Bordeaux la bourgeoise ? Les deux tourtereaux sourient : « Intriguer plutôt, inciter à découvrir. Il existe beaucoup d’endroits formidables autour du vin à Bordeaux. Nous souhaitions seulement partager nos trouvailles et cette curiosité pour le vin nature qui nous anime depuis presque dix ans. »

En tout cas, les expositions inaugurales de Cécile Duchêne et Marijah Bac Cam ont parfaitement habillé les lieux. Pour le moment, Feral tient ses promesses de naturalité.


Thématiques associées