Alex Penfold ©2021 Courtesy of RM Sotheby's

Enchères auto :
Les Ferrari de la collection Petitjean s’exposent chez Sotheby’s

La collection de Marcel Petitjean est de retour chez Sotheby’s à l’occasion de la vente aux enchères de Paris, le 2 février prochain. Cette année, elle fait la part belle aux Ferrari !

A l’été 2020, Marcel Petitjean, pilote puis collectionneur, se séparait de 96 voitures lors d’une vente aux enchères organisée par RM Sotheby’s. Le 2 février prochain, à l’occasion de sa 9e vente de Paris, la maison américano-britannique propose « The Petitjean Collection Part II », uniquement composée de Ferrari.

On y trouve 28 autos du constructeur de Maranello, produites entre 1959 et 1989, proposée sans réserve. La vedette, c’est sans conteste une 288 GTO de 1985, produite à 272 exemplaires seulement, équipée d’un V8 turbo et une carrosserie en fibre de carbone et Kevlar, qui affiche un peu moins de 10 000 km au compteur. Une masterpiece estimée entre 2 400 000 et 2 600 000 €. Une paille ! Autre perle rare, la Ferrari 275 GTB/4 qui a joué les stars lors du salon de Paris de 1966 puis a servi de voiture test pour les futurs acquéreurs avant d’être achetée par Marcel Petitjean il y a 52 ans. La belle est estimée à 2 000 000 €.

Ferrari 288 GTO, 1985, 2 400 000 – 2 600 000 €.
Ferrari 288 GTO, 1985, 2 400 000 – 2 600 000 €. Alex Penfold ©2021 Courtesy of RM Sotheby's

Si plusieurs autos de la collection flirtent avec le million d’euros, à l’image de la 250 GT Series II Cabriolet de 1959, qui pourrait partir pour 1 100 000 €, « The Petitjean Collection Part II » met aussi en avant des Ferrari plus « abordables ». C’est le cas d’une paire de 308 GTS, la voiture de Magnum, accessibles dès 60 000 €. Notre préférée ? Celle qui s’habille d’une livrée Blu Metallico et d’un intérieur crème. Toujours en bleu, pour 130 000 € de plus, un chanceux pourra repartir au volant d’une Ferrari 330 GT 2+2 Series II de 1966 qui sent bon les swinging sixties à l’italienne.

Ferrari 330 GT 2+2 Series II by Pininfarina,1966, 190 000 – 230 000 €.
Ferrari 330 GT 2+2 Series II by Pininfarina,1966, 190 000 – 230 000 €. Alex Penfold ©2021 Courtesy of RM Sotheby's

Enfin, pour le prix d’un petit SUV – autour de 35 000 € – il est possible de s’offrir une Ferrari Dino 208 GT4 de 1975, qui affiche tout de même 80 000 km au compteur, où une Ferrari Mondial Cabriolet V8 3,2 L de 1987, mal aimée, certes, mais très ancrée dans son époque, les années 80, dont les automobiles iconiques voient leurs côtes exploser. Et on parie que la Mondial sera la prochaine !

Ferrari Mondial 3.2 Cabriolet, 1987, 35 000 – 50 000 €.
Ferrari Mondial 3.2 Cabriolet, 1987, 35 000 – 50 000 €. Alex Penfold ©2021 Courtesy of RM Sotheby's

Il n’y a pas que la collection Petitjean qui sera proposée par Sotheby’s lors de la vente de Paris. Pêle-mêle, une Ferrari F50 estimée à 3 000 000 €, une Maserati Ghibli Spyder seventies, un discret Lamborghini LM002 et une Mercedes 300 SL de 1958 attendent de trouver de nouveaux propriétaires. Idem pour notre coup de cœur, une Renault 5 Turbo 2 de 1983, dont la valeur est estimée entre 110 000 et 130 000 €, « coup de pied au cul » inclus !

Ferrari 308 GTS, 1979, 60 000 – 80 000 €.
Ferrari 308 GTS, 1979, 60 000 – 80 000 €. Alex Penfold ©2021 Courtesy of RM Sotheby's

Tous les lots seront exposés Place Vendôme les 1er et 2 février prochains avant la vente, le 2 février chez Sotheby’s Paris, au 76 rue du Faubourg Saint-Honoré. En attendant, le catalogue est disponible en intégralité sur le site de la maison de vente aux enchères.


Thématiques associées