@Yamaha Motor Europe

The Good Test : Yamaha Nmax, la petite star

Accessible et polyvalent, le Yamaha Nmax fait des heureux depuis sa sortie, en 2015. Ce petit scooter urbain au look racé combine de nombreux atouts. Toujours au top malgré la norme Euro 5, cette nouvelle version 2021 fait le plein d’équipements.

La marque aux trois diapasons sonne la charge en 2021. Nouvelles motos, mais aussi nouveaux scooters en réponse à sa philosophie « urban mobility ». Malgré ses qualités indéniables en termes de maniabilité, de fiabilité et d’accessibilité, le best-seller Yamaha Nmax de la marque japonaise bénéficie d’une cure de jouvence après six années d’exercice. Et ce ne sont pas juste quelques détails ajoutés ici et là.

Sans trahir sa philosophie urbaine et son style dynamique, ce nouveau Yamaha Nmax passe à la norme Euro 5 avec un nouveau moteur Blue Core très techno – distribution variable, antipatinage, Stop & Start – à l’appétit d’oiseau – annoncée à seulement 2,6 l/100 km – et au dynamisme indispensable pour une circulation aisée. Discret, le petit bloc de 125 cm3 brille par ses accélérations, son redémarrage doux lorsque le Stop & Start remet le moteur en route, et un couple qui permet à l’équipage d’atteindre rapidement les 90 km/h.

Des agréments renforcés par une esthétique redessinée à l’aide d’un nouveau regard. Les optiques à LED, avant et arrière, soulignent ce lifting réussi. Et côté équipements modernes, Yamaha joue à fond la tech : Smartkey (clé mains-libres), écran LCD multiaffichage et connectivité Bluetooth avec application dédiée.

Richement équipée et toujours aussi maniable, la nouvelle mouture du Yamaha NMAX 125 séduit. Un sérieux rival pour le Honda PCX 125.
Richement équipée et toujours aussi maniable, la nouvelle mouture du Yamaha NMAX 125 séduit. Un sérieux rival pour le Honda PCX 125. @Yamaha Motor Europe

Le Yamaha Nmax sur la route

En conduite, le petit urbain de la maison japonaise se rend accessible à tous, aussi bien pour les grands gabarits que pour les petits, qui n’auront aucune difficulté à poser les pieds à terre. Bien calées derrière le tablier, les jambes sont protégées, en tout cas mieux que la tête, un peu trop exposée par une bulle très courte. Rapidement, la position typique des scooters se retrouve à son guidon : dos avachi sur l’arrière, les pieds en avant.

Elle ne nuit en rien au confort, malgré une suspension arrière qui tend à rebondir sur les bosses. Qu’importe, pour les accros d’une tenue de route ferme, le Yamaha Nmax dispose d’un réglage manuel de ses amortisseurs. Ceux-ci s’accordent d’ailleurs parfaitement avec la fourche avant. Les suspensions ne pompent pas et le scooter ne se désunit pas, même sous le coup d’un excès de zèle de son conducteur.

Richement équipée et toujours aussi maniable, la nouvelle mouture du Yamaha NMAX 125 séduit. Un sérieux rival pour le Honda PCX 125.
Richement équipée et toujours aussi maniable, la nouvelle mouture du Yamaha NMAX 125 séduit. Un sérieux rival pour le Honda PCX 125. @Yamaha Motor Europe

Si, pour une véritable conduite sportive, le Xmax répond mieux aux attentes, le Nmax se prête davantage aux petits espaces. Il fait merveille dans les enchaînements et se faufile partout avec beaucoup de facilité et de sécurité. Jamais le deux-roues japonais ne semble tomber sur l’angle ou perdre la ligne demandée. Même avec ses 4 kg de plus que son aîné, le petit nouveau a conservé son agilité remarquable et sa maniabilité exceptionnelle. Et pour stopper tout cela, le freinage est confié à un ensemble performant qui assure des ralentissements francs, sans brutalité sur le levier, avec la sécurité supplémentaire de l’ABS.

Aspects pratiques

Rouler n’est pas tout avec un scooter urbain. Il s’agit aussi de transporter et de stocker ses affaires. Le tunnel central rend difficile tout chargement entre les jambes. Mais le coffre remplit cet office. Il peut accueillir un ordinateur et un tas de petites choses lors du roulage. Et abriter un petit casque intégral ou un jet, plus des gants et un pantalon de pluie à l’arrêt. Deux petits vide-poches intégrés dans le tablier avant peuvent contenir quelques accessoires.

Richement équipée et toujours aussi maniable, la nouvelle mouture du Yamaha NMAX 125 séduit. Un sérieux rival pour le Honda PCX 125.
Richement équipée et toujours aussi maniable, la nouvelle mouture du Yamaha NMAX 125 séduit. Un sérieux rival pour le Honda PCX 125. @Yamaha Motor Europe

Celui de droite ferme à clé, tandis que son opposé, ouvert, contient une prise 12 V, type allume-cigare, sur laquelle un combiné USB peut être branché. Ces aspects pratiques sont renforcés par l’équipement Smartkey, qui permet de laisser la clé dans la poche pour ouvrir ou condamner tout l’ensemble. Et lorsque le conducteur oublie de couper le contact ou de fermer le coffre, le gentil Nmax rappelle à l’ordre les esprits distraits par des petits bips, suffisamment intensifs pour ne pas le laisser sonner trop longtemps. Il a pensé à tout !

Des options axées sur le confort

Déjà bien équipé de série, le Nmax bénéficie de nombreuses options, notamment un pack Urban comprenant une bulle haute et un top-case intégrant un dosseret de selle (485 €) et, plus étonnant pour un engin urbain, un pack d’amortisseurs arrière Öhlins, l’une des marques les plus emblématiques en matière de suspension (806 €).

Le Nmax en quelques chiffres

• Cylindrée : 125 cm3.
• Puissance : 12,2 ch.
• Poids : 131 kg.
• Capacité du réservoir : 7,1 l.
• Autonomie : 300 km.
• Prix : 3 299 €.


Thématiques associées

The Good Spots Destination Japon