DR

The Good Série TV : 1992, Maelström politique en Italie

Sobrement intitulée 1992, la série TV italienne de la chaîne Sky Atlantic, diffusée en 2015, met en scène les bouleversements politiques qui secouèrent Milan, puis tout le pays, à la suite de l’un des plus grands scandales de corruption politique. En 10  épisodes, elle explore, à travers une poignée de personnages, les conséquences d’un tel événement sur la société italienne.

Le 17 février 1992, Mario Chiesa, homme politique et membre du Parti socialiste italien (PSI), est arrêté en flagrant délit lorsqu’il récupère le pot-de-vin que lui verse un entrepreneur qui l’a préalablement dénoncé au Parquet de Milan. Immédiatement lâché par son parti politique, Mario Chiesa révèle alors à l’équipe d’enquêteurs dirigée par le procureur Antonio Di Pietro que, loin d’être un acte isolé, il s’agit en réalité d’un vaste système parfaitement établi de corruption et de financement illicite des partis politiques instauré à Milan. Les entrepreneurs et industriels versent systématiquement un pourcentage en échange de l’attribution des marchés publics, des permis ou des autorisations. Le scandale politique et économique est surnommé Tangentopoli, signifiant littéralement la « ville des pots-de-vin », et la série d’enquêtes judiciaires qui en découle compose l’opération Mani Pulite (« mains propres »). La série 1992 débute au moment de l’arrestation de Chiesa et se termine à l’orée de l’année suivante, lorsque Antonio Di Pietro et son équipe réussissent à inculper Bettino Craxi, leader du PSI.

Cette étape de l’opération Mani Pulite constitue le fil rouge de la première saison et lui donne un cadre factuel, géographique et temporel, qui permet ensuite à la fiction même de se déployer. Pour servir l’histoire et explorer au mieux les bouleversements que subit la société italienne, les scénaristes développent les histoires de cinq personnages représentant chacun un point de vue et une facette de la société italienne, afin de mieux retranscrire la complexité et la frénésie de cette période tourmentée.

Les principaux protagonistes de la série 1992

Luca Pastore, un jeune policier qui rejoint l’équipe d’Antonio Di Pietro, est décidé à l’accompagner dans sa quête pour faire tomber les personnalités politiques et les hommes d’affaires impliqués dans ce scandale, tout en poursuivant un désir de revanche personnel. Leonardo Notte, cheveux gominés, costume impeccable et sourire carnassier, publicitaire opportuniste et cynique, dont Silvio Berlusconi est l’idole et qui observe la crise pour en tirer le meilleur parti : celui de l’argent.

Pietro Bosco, soldat vétéran de la guerre du Golfe, rustre et mal dégrossi, peine à retrouver une place dans la société et finit par entrer en politique aux côtés de la Ligue du Nord, un parti populiste assimilé à l’extrême droite. Veronica Castello, jeune femme qui rêve de célébrité et qui ne ménage ni son corps ni sa peine pour se frayer un chemin dans le milieu de la télévision.

Enfin, Beatrice Mainaghi, héritière en crise existentielle qui s’oppose à son père de son vivant, mais finit par suivre ses traces dès lors qu’elle hérite de son empire industriel. Tous ces personnages aux parcours chaotiques se croisent, s’entremêlent et s’entrechoquent dans une grande spirale infernale qui les pousse chacun et chacune dans leurs retranchements, sans leur laisser de grandes possibilités pour une issue positive.

Le règne de l’opportunisme

Le rythme de la série 1992 rend compte du chaos et du bouillonnement de cette époque. Pendant que la colère et l’indignation de la population gagnent Milan, puis le reste de l’Italie, le pouvoir est toujours exercé à  huis clos par quelques-uns. Si le système politique italien qui était alors en place s’effondre bel et bien, le nouvel ordre qui s’annonce s’impose comme celui de l’opportunisme et de la publicité.

Planant comme une ombre, la figure du magnat de la télévision Silvio Berlusconi se dessine tout au long de la série, et on devine qu’il sera le grand gagnant de cette crise sans précédent. La dernière scène de la série montre, de nuit, Leonardo Notte et Beatrice Mainaghi, le publicitaire et la femme d’affaires, sur la place du Duomo en train de regarder non pas la cathédrale gothique, mais l’immense enseigne publicitaire qui vient d’être installée.

Un tableau final qui annonce le règne tout puissant et absolu de l’image. L’histoire, quant à elle, se poursuit dans 1993, suite sortie en 2017, et 1994, en cours de diffusion.


Thématiques associées