Jessica Rodrigues

Rencontre avec Christophe Ameeuw, organisateur du Masters de Chantilly

Après plus d’un an d’inactivité, le Masters de Chantilly signe le grand retour des événements hippiques. A la baguette, Christophe Ameeuw, patron d’EEM, qui organise pour la première fois ce show jumping dans la ville du cheval roi.

« C’est le Wimbledon équestre. » Christophe Ameeuw n’hésite pas une seconde lorsqu’on lui demande de définir le Jumping de Chantilly, qui devient, en 2021, le Masters de Chantilly (du 8 au 11 juillet). Ce quinqua belge aime les chevaux depuis toujours. En 1997, il crée Ecuries d’Ecaussines, chez lui en Belgique. Sept ans plus tard, il fonde EEM et organise son premier événement hippique, le Audi Masters Jumping de Bruxelles. Suivent les TOP 10 Rolex, le Gucci Masters de Paris et les Longines Masters. A chaque fois : un sponsor principal prestigieux et une mise en scène spectaculaire.

Une recette que Christophe Ameeuw a appliqué au Jumping de Chantilly, dont il reprend cette année l’organisation – jusque-là, c’est l’association du même nom qui s’en occupait – après plus d’un an d’inactivité, pandémie oblige.

Chantilly a intégré le Global Champions Tour en 2010.
Chantilly a intégré le Global Champions Tour en 2010. Jessica Rodrigues

Le partenaire principal ? Rolex. Et la marque à la couronne est bien accompagnée : Audi, Ducati et Groupama, entre autres sponsorisent aussi l’événement. La mise en scène ? Des activités pour les enfants, des œuvres d’art, des food trucks, un « village prestige », des performances artistiques en direct, un DJ… Pour le reste, c’est aux meilleurs cavaliers du monde, juste avant leur départ pour les Jeux Olympiques de Tokyo, d’assurer le spectacle.

Le tout en accès libre gratuit, mais avec la possibilité de s’offrir l’une des 1200 places en tribune ou l’une des 200 loges VIP. Si Christophe Ameeuw attend 35 000 personnes (pass sanitaire obligatoire et possibilité de se faire tester sur place) du 8 au 11 juillet, il a tout de même trouvé le temps de répondre à The Good Life à quelques heures de l’ouverture du Masters de Chantilly.

Christophe Ameeuw, fondateur de la société EEM, qui organise (entre autres) le Masters de Chantilly.
Christophe Ameeuw, fondateur de la société EEM, qui organise (entre autres) le Masters de Chantilly. Jessica Rodrigues

3 questions à Christophe Ameeuw, organisateurs du Masters de Chantilly :

The Good Life : Comment définissez-vous votre travail en tant qu’organisateur d’événements hippiques ?  
Christophe Ameeuw : Nous sommes des metteurs en scène. Comme au théâtre, il y a des artistes, ici les meilleurs cavaliers et chevaux du monde, mais il faut savoir les mettre en valeur. Le sport est toujours au cœur du Masters de Chantilly, avec quatre catégories de compétition sur deux pistes et l’accès aux paddocks d’entraînement, mais aussi du spectacle équestre emmené par Mario Luraschi et Clémence Faivre, un « village prestige » avec des stands de nos partenaires, des food trucks, des œuvres d’art, un jardin central qui accueille une Tour Eiffel fleurie, de quoi occuper les enfants, des performances live… Même l’affiche est une œuvre d’art, imaginée par l’artiste américain Aaron Lowell Denton. On offre une expérience complète, pour mettre le jumping sous le feu des projecteurs !

Rolex est le partenaire principal de cette première édition signée EEM.
Rolex est le partenaire principal de cette première édition signée EEM. Cecile-Sablayrolles

The Good Life : Sur quoi repose la rentabilité d’un tel événement ?
C.A. : D’abord sur le sponsoring. Nos partenaires, Rolex en tête, souhaitent profiter de la visibilité du Masters de Chantilly, sur place mais aussi à la télévision, avec une diffusion dans 120 pays. Il y a également une partie billetterie, forcément un peu faible cette année avec les normes sanitaires à respecter. Enfin, il y a l’hospitalité, avec 200 loges qui offrent une vue sur les deux pistes, les Grandes Ecuries et le Château. Pour une entreprise, inviter ses clients ici, ça permet de proposer autre chose que du football, du rugby ou du golf. Tribunes et loges sont déjà complètes pour le point d’orgue de l’événement, le Rolex Grand Prix, dimanche 11 juillet à 15 heures.

The Good Life : Pour un passionné de cheval comme vous, qu’est-ce que cela représente d’organiser un événement à Chantilly ?  
C.A. : Créer ces écuries, plus grandes que le château, pour que le cheval soit roi, c’est unique au monde. Chantilly est la capitale du jumping et c’est une fierté d’organiser ce Masters. Entre nous, on l’appelle « l’événement zéro » parce qu’on espère y être pour 10 ans minimum ! Reprendre le flambeau d’une association de bénévoles, c’est un défi, parce qu’il a fallu apporter de la professionnalisation, avec la création d’une tribune de places payantes et des loges notamment, et de la mise en scène. Cela nous a demandé plus d’un an de travail.

L’affiche du Masters de Chantilly, imaginée par Aaron Lowell Denton.
L’affiche du Masters de Chantilly, imaginée par Aaron Lowell Denton. DR

Retrouvez le programme complet du Masters de Chantilly sur weridetheworld.com.


Thématiques associées