Ligne Roset

Design français : 11 marques et éditeurs qui comptent

Farouchement indépendants, ces 11 marques et éditeurs de design français soutiennent la créativité, qu’elle soit nationale ou internationale, au rythme de leurs coups de cœur.

Les 11 marques et éditeurs de design français qui comptent.

Ligne Roset

Dites « design français », et l’une des marques qui vient instantanément à l’esprit des amoureux du design, y compris à l’international, est, à coup sûr, Ligne Roset – la distinction avec Cinna n’existant que dans l’Hexagone. Une aura dûment méritée, puisque, en cent soixante ans, l’entreprise familiale n’a eu de cesse d’innover et de soutenir la création la plus avant‑gardiste : beaucoup d’assises – le cœur de métier historique du fabricant –, signées notamment des frères Ronan et Erwan Bouroullec (Ploum, le canapé lancé en 2011 et promis à un avenir d’icône sans doute aussi radieux que celui du best‑seller absolu Togo, dessiné par Michel Ducaroy, en 1973), Inga Sempé (Ruché), Philippe Nigro (Cosse, Manarola) ou Pierre Paulin (Pumpkin, Bonnie). Même aura good design pour les accessoires (miroir Ura, Pierre Charpin) ou les luminaires (Car Light et La Plic, Nathalie Dewez).

Ploum, le canapé lancé par Ligne Roset en 2011.
Ploum, le canapé lancé par Ligne Roset en 2011. Ligne Roset

Cinna

Seconde des marques du groupe de design français Roset – regroupée à l’international dans l’offre globale Ligne Roset –, Cinna est née au milieu des seventies de la volonté du jeune Michel Roset de proposer des meubles répondant aux attentes des baby‑boomers, plus en phase avec leur mode de vie décontracté. Une fusion avec l’air du temps doublée d’un soutien affirmé à la jeune création qui ne s’est jamais démentie depuis, comme en atteste le concours Cinna Révélateur de talents, qui déroule sa 14e édition en 2021. Les incontournables Cinna ? Les fauteuils Calin et Smala (Pascal Mourgue), les canapés Slice (Pierre Charpin), Rive Gauche (Didier Gomez), Ottoman (Noé Duchaufour‑Lawrance) ou Saparella (Michel Ducaroy). À noter que ces deux derniers se déclinent depuis peu en version outdoor. Parmi les nouveautés du catalogue, la gamme de canapés, fauteuils et poufs Pukka est signée Yabu Pushelberg.

Fauteuils et poufs Pukka est signée Yabu Pushelberg pour Cinna.
Fauteuils et poufs Pukka est signée Yabu Pushelberg pour Cinna. DR

Sammode

Entreprise familiale vosgienne spécialisée dans le luminaire technique industriel, Sammode fabrique encore aujourd’hui tous ses produits à Châtillon‑sur‑Saône. Après le succès, en 1975, du premier appareil d’éclairage français conforme aux nouvelles normes de sécurité européennes – le TFH, tube fluorescent hermétique –, la société a su nouer un dialogue fertile avec l’architecture, en équipant, par exemple, la Grande Halle de la Villette ou la Bibliothèque nationale de France. La collaboration commencée à cette occasion avec Dominique Perrault et Gaëlle Lauriot‑Prévost s’est d’ailleurs poursuivie avec le lancement de la collection Pure, qui voisine dans le catalogue avec les rééditions de Pierre Guariche ou la ligne Paname, de Normal Studio.

Les rééditions de Pierre Guariche par Sammode.
Les rééditions de Pierre Guariche par Sammode. Morgane Le Gall

Grandes marques du design français

Roche Bobois

En distribuant en France, à l’orée des sixties, la modernité des mobiliers scandinave et italien, puis en demandant à Pierre Paulin d’aménager son magasin de la rive gauche, Roche Bobois s’est d’emblée positionnée parmi les marques pionnières du design français. Devenu éditeur, ce porte‑parole autoproclamé du « French art de vivre » a commencé une fructueuse collaboration avec les designers : Hans Hopfer, Cédric Ragot, Sacha Lakic, Christophe Delcourt, Marcel Wanders, Ora Ito, Stephen Burks, David Rockwell ou Raphaël Navot, pour n’en citer que quelques‑uns. Best‑seller incontesté, le canapé modulaire Mah Jong, dessiné en 1971 par Hans Hopfer, est toujours no 1 des ventes et a successivement été rhabillé par Kenzo, Missoni, Jean Paul Gaultier ou Sonia Rykiel. La collection anniversaire des 60 ans a, elle, été signée par l’artiste portugaise Joana Vasconcelos, qui a également réinterprété six pièces iconiques, présentées en décembre dernier au Pérez Art Museum Miami.

La collection anniversaire des 60 ans de Roche Bobois signée par l’artiste portugaise Joana Vasconcelos.
La collection anniversaire des 60 ans de Roche Bobois signée par l’artiste portugaise Joana Vasconcelos. DR

Fermob

Fermob vend chaque année plus de 100 000 exemplaires dans le monde de sa chaise pliante Bistro, que l’on croise aussi bien à Times Square, à New York, qu’à la fondation Niarchos, à Athènes. En réinterprétant les emblématiques sièges du jardin du Luxembourg – tout en continuant de fournir les sièges historiques pour le Sénat –, la PME de l’Ain a frappé un grand coup. Suivront les collaborations avec des designers tels qu’Andrée Putman, Terence Conran, Pascal Mourgue, Patrick Jouin ou Matali Crasset, et l’extension vers le luminaire d’extérieur, avec la petite lampe sans fil rechargeable Balad, devenue best‑seller elle aussi.

Les emblématiques sièges du jardin du Luxembourg réinterprétés par Fermob.
Les emblématiques sièges du jardin du Luxembourg réinterprétés par Fermob. Sébastien Erome

DCW Éditions

Cofondée en 2008 par Frédéric Winkler et Philippe Cazer – qui a cédé ses parts en 2018, lors de l’arrivée au capital du groupe Chevrillon –, DCW Éditions s’est tout d’abord fait connaître avec quelques rééditions phares : la lampe Gras (1921), chère à Le Corbusier, la chaise Surpil (1927), de Julien‑Henri Porché, et la lampe Mantis (1951), de Bernard Schottlander. Un hommage sincère au passé, mais non nostalgique, puisque la lampe Gras est aujourd’hui déclinée en de multiples versions, y compris en petit mobilier d’appoint (Plug & Work, Plug & Dream), ce qui ne manquera sans doute pas de séduire le monde de l’hospitalité – le Fourvière Hôtel, à Lyon, et l’hôtel Jardin des Plantes, à Paris, ont déjà craqué.

Lampe Mantis (1951), de Bernard Schottlander éditée par DCW Éditions.
Lampe Mantis (1951), de Bernard Schottlander éditée par DCW Éditions. DR

Éditions Serge Mouille (ESM)

Fondée en 1999 à Monthiers, dans l’Aisne, l’entreprise familiale détient les droits de réédition exclusifs des luminaires de Serge Mouille – l’artiste, orfèvre et designer célèbre pour ses Formes Noires iconiques, comme la lampe Antony, dont la silhouette organique et articulée est si emblématique des années 50. ESM respecte à la lettre les formes, dimensions et couleurs des pièces originales, et met un point d’honneur à perpétuer, côté fabrication, une incontournable qualité artisanale. Idem pour Lignes de Démarcation, la société sœur d’ESM, qui édite aujourd’hui quelques lampes confidentielles signées Michel Buffet, Jean‑Louis Avril ou François Azambourg.

L’entreprise familiale détient les droits de réédition exclusifs des luminaires de Serge Mouille comme la lampe Antony.
L’entreprise familiale détient les droits de réédition exclusifs des luminaires de Serge Mouille comme la lampe Antony. Éditions Serge Mouille

Nouvelles marques de design français et artisan centenaire

Moustache

Pour sa collection inaugurale en 2009, Moustache a instantanément placé la barre très haut en éditant Bold, la chaise très graphique du collectif belgo-suisse Big Game qui fait dorénavant partie des collections du MoMA, du MAD et du Vitra Design Museum. « Bold », soit le nom des caractères gras en typographie, un clin d’œil à l’épaisseur des tubes métalliques rembourrés de mousse polyuréthane et gainés de maille Stretch qui la composent. Et « bold » comme audacieux, en anglais, ce qui caractérise assurément aussi bien le travail de Big Game que celui de Moustache. Outre Bold, déclinée aujourd’hui en banc et en tabouret, la marque fondée par Stéphane Arriubergé et Massimiliano Iorio continue donc d’affirmer son flair good design en éditant, entre autres, des lampes à forte personnalité signées Ionna Vautrin (TGV), Inga Sempé (Vapeur), Jean‑Baptiste Fastrez (Moto) ou Constance Guisset (Cape).

Bold, la chaise très graphique du collectif belgo-suisse Big Game, éditée par Moustache.
Bold, la chaise très graphique du collectif belgo-suisse Big Game, éditée par Moustache. Moustache

La Chance

C’est lors du Fuorisalone 2012 que La Chance, jeune maison d’édition fondée par Louise Breguet, architecte, et Jean-Baptiste Souletie, ancien financier passionné de design, a présenté sa première collection au musée de la Science et de la Technologie, à l’invitation de Tom Dixon. On y découvrait le tabouret Bolt (auréolé d’un Wallpaper Design Award l’année suivante), du collectif suédois Note Design Studio, ou la vibrante console en métal Rocky, de Charles Kalpakian, aux géométries mi‑M.C. Escher, mi-Vasarely. Neuf ans plus tard, la collection s’est étoffée de pièces qui associent toujours, en mode oxymore, sobriété et puissance décorative, à l’instar des tables d’appoint Salute de Sebastian Herkner.

La Chance édite les tables d’appoint Salute de Sebastian Herkner.
La Chance édite les tables d’appoint Salute de Sebastian Herkner. aurelien-chavaud

Petite Friture

Après HEC, le ministère de la Culture époque Jean‑Jacques Aillagon, et la FIAC, Amélie du Passage a fondé Petite Friture en 2009, avec la volonté de promouvoir une nouvelle génération de talents. Pari plus que réussi : la première pièce éditée, la suspension Vertigo, de Constance Guisset, est un vrai best‑seller qui a intégré la collection permanente du MAD, à Paris, et du MoMA, à New York. « Constance Guisset et Petite Friture : un duo inséparable depuis le début », annonce d’ailleurs à juste titre le site de la maison d’édition qui vient de lancer, pour fêter ses 10 ans, la version Vertigo Nova. Et lance également Unseen, un système modulaire de néons à technologie LED signé du duo milanais Studiopepe. Le succès des luminaires de Petite Friture ne doit pas pour autant faire de l’ombre au reste de la collection, notamment la table Parrot, d’India Mahdavi, ou le mobilier de jardin Week-End, du studio BrichetZiegler.

Le mobilier de jardin Week-End, du studio BrichetZiegler chez Petite Friture.
Le mobilier de jardin Week-End, du studio BrichetZiegler chez Petite Friture. DR

Duvivier Canapés

Depuis sa création en 1840 dans la Vienne, la maison Duvivier Canapés fabrique et édite des produits d’exception, en cuir notamment, de très haute qualité. Depuis quelques années, elle s’est diversifiée, et l’arrivée du styliste Guillaume Hinfray, en 2019, a renforcé son ambition de concevoir des produits à la fois chic et décontractés, à l’image du canapé Auguste.

Canapé Auguste, Duvivier Canapés.
Canapé Auguste, Duvivier Canapés. DR

Thématiques associées