thomas-hawk

Luxe : l’épineux problème de la succession

François Pinault a parfaitement planifié sa succession, Bernard Arnault prépare déjà la sienne, mais d’autres géant du luxe – Armani, Prada, Smith – n’ont pas encore trouvé la solution…

« Un jeudi soir de 2003, mon père m’a invité à dîner dans son restaurant préféré pour m’annoncer qu’il souhaitait se retirer. Le lundi suivant, mon bureau était remeublé et mon père s’y était installé. “Tu ne travailles plus ici, mais là-bas”, m’a-t-il dit en pointant le doigt vers le grand bureau qui avait été le sien. Il avait fait réaliser tous les aménagements pendant le week-end. » François-Henri Pinault a raconté dans la Harvard Business Review comment il est devenu P-DG de PPR (devenu Kering), après avoir été « observé au microscope et évalué » par huit hommes d’affaires d’expérience appelés les « Pinault Trustees ». Et comment, après avoir pris la succession de son père, il s’est alors attaché à « déployer l’entreprise à l’international et à générer plus de croissance et de rentabilité en se focalisant sur le luxe et en vendant toutes les autres composantes de l’entreprise ».

Une succession parfaitement planifiée, chose rare dans le luxe.

Giorgio Armani, 86 ans, sans enfants, a placé ses actions dans une fondation, mais nul ne connaît le nom de son successeur. Paul Smith, 74 ans, vient de révéler n’avoir aucune idée de ce qui se passera après lui. Patrizio Bertelli, 74 ans, et Miuccia Prada, 71 ans, ont fait entrer leur fils pilote de rallye dans le groupe Prada, mais se contentent « d’attendre de savoir si cela lui plaira ». Chez Versace, Allegra, héritière majoritaire de l’entreprise, ne semble pas désireuse de succéder à sa mère Donatella, 65 ans, à la barre depuis 1997.

Tenir jusqu’à un âge avancé toutes les manettes de l’entreprise qu’on a créée accroît la possibilité de la voir vendue après son décès, ou de susciter une guerre entre héritiers, comme cela a été le cas chez Gucci de 1974 à 1993.

Chez LVMH, le mastodonte du secteur, Bernard Arnault, 71 ans, prépare donc sa succession avec un soin extrême. Il a transmis la nue-propriété de 75 % du groupe à ses cinq enfants, et leur a confié d’énormes responsabilités. Delphine, 45 ans, est directrice générale adjointe de Louis Vuitton et membre du comité exécutif de LVMH. Antoine, 43 ans, est DG de Berluti, président de Loro Piana et responsable de la communication et de l’image de LVMH. Alexandre, 28 ans, ex-P-DG de Rimowa, vient d’être nommé directeur général de Tiffany. Et Frédéric, 25 ans, préside aux destinées de TAG Heuer. Le meilleur l’emportera lorsque Bernard Arnault se retirera, ce qui n’est pas d’actualité. Son ami et modèle en affaires Albert Frère a bien dirigé son groupe jusqu’à 89 ans…


Lire aussi : 

LVMH et Kering, les deux géants français du luxe

Luxe : les conquistadors français de l’excellence

Le Comité Colbert, les vertus du luxe à la française

Voitures de prestige, palaces, grands crus : 2020, l’année noire du luxe