DR
The Good High-Tech

Audio : Pro-Ject, le géant discret de la platine vinyle

La firme autrichienne, qui célèbre son 30e anniversaire en 2021, est l’un des acteurs majeurs du retour au premier plan des vinyles, présent dans 80 pays et qui fabrique 130 000 produits audio par an.

Alors étudiant en économie à l’université de Vienne, Heinz Lichtenegger devient consultant pour des marques de hi-fi pour financer ses études. Il apporte son expertise concernant la façon de créer un sytème audio haut-de-gamme pour le plus bas coût possible. En 1991, il décide de se lancer tout seul et crée sa propre entreprise : Pro-Ject.

Persuadé que « l’outil parfait pour écouter de la musique à la maison est le vinyle analogique », il lance, alors à contre-courant, une platine vinyle. Trente ans plus tard, la galette noire a effectué un retour fracassant sur le marché de l’audio et la concurrence sur le marché de la platine a explosé. Pas de quoi inquiéter Lichtenegger et Pro-Ject qui connaissait encore une croissance à deux chiffres entre 2019 et 2020 (+19 %), emploie 550 personnes dans son usine écolo au nord de Vienne, fabrique 130 000 produits par an et compte plus de 10 000 revendeurs dans plus de 80 pays.

En 2020, la firme autrichienne a réalisé un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros, porté en partie par la vente de son best-seller, la platine Debut, écoulée à plus d’un million d’exemplaires depuis son lancement à la fin des années 90 et récemment étoffé d’une version Carbon.

Debut Carbon EVO, www.project-audio.com.
Debut Carbon EVO, www.project-audio.com. DR

Le tout en dépensant « 10 fois plus en recherche et développement qu’en marketing ». De beaux produits, fiables, au prix juste, fabriqué presque entièrement en Europe dans les usines de la marque… Des arguments de vente qui font mouche auprès des audiophiles, plus que le storytelling et la communication.

Et une discrétion qui pique la curiosité des observateurs. The Good Life en tête, qui a eu la chance d’échanger avec Heinz Lichtenegger à l’occasion du trentième anniversaire de la marque.

4 questions à Heinz Lichtenegger, fondateur et CEO de Pro-Ject :

The Good Life : L’industrie audio est en évolution permanente, comment parvenez-vous à suivre les tendances et les évolutions technologiques ?
Heinz Lichtenegger :
Malheureusement, la plupart du temps les évolutions ne vont pas dans le bon sens. Par exemple aujourd’hui, 95 % des produits audio ne sont plus des produits stéréo ! Ils n’ont rien à voir avec la vraie fidélité. Ce sont des produits de « restauration rapide » pour de la musique de fond consommée très rapidement ! Ce n’est pas Pro-Ject. Nous proposons un design moderne, mais notre technologie est traditionnelle et revient à l’essentiel. Dans le domaine de l’audio, tout ce qui est bon a déjà été développé depuis longtemps. Nous rendons la technologie haut de gamme plus abordable grâce aux nouveaux matériaux modernes, qui n’existaient pas il y a 20 ans ! Nous sommes toujours allés à l’encontre du courant dominant et essayons de faire des produits durables, qui survivent à plusieurs générations. Tout produit que nous avons fait il y a 30 ans est encore aujourd’hui un produit de valeur, que ce soit une platine, un haut-parleur ou un modèle électronique.

The Good Life : Où sont situés vos bureaux et vos usines ? 
Heinz Lichtenegger :
Notre nouveau siège social se trouve dans le nord de Vienne, dans une région appelée Weinviertel, traduit par « quartier du vin ». C’est aussi un centre de communication avec de belles salles d’exposition. Le bâtiment produit lui-même son énergie et nous avons également été le gagnant du prix Global Energy, pour la meilleure solution énergétique en Autriche. Nos usines, 4 au total, sont en République Tchèque et en Slovaquie, 99 % de notre production est faite en Europe avec des matériaux locaux ! Notre production ne s’arrête pas à l’assemblage. La matière première (le bois, l’acier, l’aluminium) arrive chez nous et on fabrique tout du début à la fin.

Debut Carbon EVO, www.project-audio.com.
Debut Carbon EVO, www.project-audio.com. DR

TGL : Quels sont vos projets pour cette année ? Quelles sont les prochaines étapes du développement de Pro-Ject ?
H.L. :
Nous avons déjà gagné la guerre pour la platine ! Désormais, nous souhaitons rendre l’écoute de la stéréo hi-fi plus populaire à nouveau. Beaucoup de gens utilisent nos produits sur du streaming quasi-Mono, ou des enceintes Bluetooth ou avec une barre de son : c’est le marché actuel. Alors nous voulons expliquer aux clients qu’ils doivent prendre soin de leur système, utiliser 2 haut-parleurs, un bon amplificateur, peu importe si vous streamez ou si vous utilisez une platine. Nous allons donc apporter beaucoup de nouveaux produits avec et sans platines, qui permettent au client d’obtenir la véritable expérience stéréo hi-fi pour un bon prix abordable, avec des produits très agréables à regarder.

TGL : Vous avez récemment collaboré avec l’atelier français Charlestine. Quelle importance accordez-vous aux partenariats comme celui-ci ?
H.L. :
Charlestine propose la restauration et la vente de radios anciennes, de meubles hi-fi anciens, dont certains peuvent accueillir nos platines Pro-Ject Elemental. Ils sont présents sur des salons, en France et à l’étranger et à ces occasions nos platines sont également mises en avant. Pro-Ject a personnellement et soigneusement choisi des distributeurs compétents et dynamiques dans chaque pays, afin de promouvoir et vendre tous ses produits de la meilleure façon.  Une certaine liberté existe dans la famille Pro-Ject pour mettre en place les partenariats que les distributeurs jugent intéressants. Pro-Ject est toujours à l’écoute des idées originales et la société est prête à les soutenir.


Thématiques associées

The Good Spots Destination Autriche