Tom Watson

Marques françaises culte 6/10 : Fermob, outdoor inspiré

Derrière certains objets se cachent des inventeurs passionnés, des designers ingénieux, des visionnaires, des petites révolutions technologiques ou industrielles. Nous avons choisi dix entreprises que nous côtoyons sans vraiment les connaître. Leurs produits sont de petits bouts de la France qui se baladent sur la planète. Coup de projecteur sur Fermob, l'un de ces ambassadeurs discrets qui font partie de notre patrimoine.

La Bistro en métal pliable, qui s’écoule, chaque année, à 200 000 exemplaires, la Luxembourg, dans les jardins du Sénat… Tout le monde s’est déjà assis un jour sur une chaise Fermob. Lorsqu’en 1989 Bernard Reybier reprend cet atelier presque centenaire, il fabrique du mobilier de jardin en fer avec 14 salariés.

« Le design en plastique monobloc arrivait en trombe sur le marché. Tout le monde m’a pris pour un dingue d’acheter une ferronnerie », s’amuse-t-il. Pourtant, il y croit dur comme… fer, et commence par une idée lumineuse : mettre de la couleur dans le jardin. « Je cherchais un produit qui se vende dans le monde entier, et je voulais me faire plaisir en le fabriquant. »

Bernard Reybier, PDG de Fermob. 
Bernard Reybier, PDG de Fermob.  Jean-Pierre Lemoine

Dès le départ, il a en tête une vision de l’entreprise en matière d’innovation et d’internationalisation. Le design sera sa valeur ajoutée. Une collaboration avec Pascal Mourgue se met en place, elle durera vingt-cinq ans. Suivront Andrée Putman, Terence Conran, Jean-Charles de Castelbajac… « Ce n’est pas leur signature qui m’intéresse, c’est leur approche. » Fermob éditera aussi un débutant devenu grand depuis : Patrick Jouin.

Peu à peu, la marque aux couleurs acidulées et à la croissance inoxydable rayonne à l’étranger. Elle est aujourd’hui présente dans 45 pays. « J’essaie le plus possible de travailler en direct avec les revendeurs », explique Bernard Reybier. Une façon de sentir les marchés qui fait ses preuves ; la moitié du chiffre d’affaires (80 M €) se fait à l’export.

En tête des clients les plus assidus : les États-Unis et l’Allemagne, puis la Suisse et la Belgique. Mais les meubles Fermob se promènent aussi jusqu’en Australie, au Japon, en Chine, Thaïlande, Corée… Times Square, à New York, le carré VIP du gouvernement chinois de la Cité interdite, la boutique Vuitton, à Singapour, ou encore la fondation Niarchos, à Athènes, ont adopté la fameuse chaise pliante Bistro au style délicieusement rétro.

www.fermob.com
www.fermob.com Stéphane Rambaud

« Pourtant, je n’aime pas la récupération du made in France, assure le dirigeant. Notre pays possède des atouts dans les domaines de la création, de l’artisanat comme de l’industrie. Le monde entier reconnaît notre singularité et nos expertises, mais, en tant que Français, nous n’en avons pas forcément conscience. »


Thématiques associées