Thales

Balance commerciale : Zoom sur 5 champions français de l’export

Malgré un léger mieux en 2019, la France affiche une balance commerciale négative mais peut compter sur ses piliers des secteurs aéronautiques et du luxe. Zoom sur ces champions de l'export à la française.

Hermès (luxe). Fleuron à l’histoire presque bicentenaire, Hermès incarne l’insolente santé de l’industrie française du luxe en dépit de la crise : avec LVMH, Kering et L’Oréal, le quatuor pèse près de 30 % du CAC 40 et des milliards d’excédent commercial. Le sellier de la rue du Faubourg-Saint-Honoré fait figure de gardien d’un savoir-faire artisanal de haute qualité, tout en réalisant près de 6 Mds € de chiffre d’affaires, et continue d’ouvrir des ateliers de maroquinerie partout en France. Sa présence dans la balance commerciale à l’export est ancienne, par exemple dès 1961 en Chine, et se développe encore avec de nouveaux magasins inaugurés à Hong Kong ou en Corée du Sud en décembre. Preuve de sa résilience sans faille, Hermès a réalisé en Asie, sur le seul 3e trimestre 2020 encore marqué par la pandémie, une progression de ses ventes de 25 % par rapport à la même période faste de 2019 !

Valeo (automobile). Dans une filière automobile qui a connu un déficit commercial record en 2019, à 15 Mds €, les équipementiers font figure de bons élèves quand les constructeurs ont largement délocalisé leur production. Même s’il possède de nombreuses filiales à l’étranger, le géant Valeo fait tourner 23 sites de production et 14 de R&D sur tout le territoire pour ses métiers de la propulsion électrique, de l’électronique de puissance ou de l’éclairage : 76 % de cette activité française est destinée à l’export. « La France représente pour Valeo une base industrielle d’exportation et le coeur de ses activités technologiques mondiales », assure son P-DG Jacques Aschenbroich. Cette dynamique représente de l’investissement (2 Mds € dans l’outil industriel local depuis 2014) et de l’emploi : 15 500 salariés travaillent pour Valeo en France.

Thales (aéronautique). Présente dans les cockpits d’avion pour l’aide à la navigation, la multinationale française subit la violente crise du secteur aéronautique, mais sait naviguer dans toutes ses activités : espace, défense, identité et sécurité numérique… Contribuant aux très bonnes ventes d’équipements militaires de la France, 3e exportateur mondial (derrière les États-Unis et la Russie) avec 8,33 Mds € en 2019. Même si Thales poursuit une stratégie dite multidomestique, qui consiste à ancrer des unités de production dans les pays clients pour favoriser les contrats, sa base française reste importante. Le groupe vient ainsi d’annoncer l’extension de sa vaste implantation de Cholet, avec 350 emplois de plus à la clé. Cette usine et site de R&D équipe une cinquantaine de pays de ses systèmes de défense électroniques.

Château Dauzac (vins & spiritueux). Grand cru classé de Margaux, propriété de l’industriel Christian Roulleau, fondateur du géant du service aux entreprises Samsic, Château Dauzac symbolise l’attrait qu’exercent les vins français sur le monde. Et ce n’était pas gagné pour ce domaine médocain de 120 ha, dont 49 de vignes : il y a moins de dix ans, 80 % de la production était écoulée en France ; aujourd’hui, 87 % part à l’international ! « L’export est la meilleure façon de faire rayonner une marque, d’accroître sa notoriété et, in fine, de gonfler sa valorisation. Le prix en primeurs de notre premier vin a doublé depuis 2015 », explique son gérant Laurent Fortin qui, dans une année normale, se déplace plus de trois mois par an, jusqu’en Australie pour quelques jours, à la rencontre des clients. Alors même que le système particulier de la place de Bordeaux attribue la commercialisation aux négociants, ce travail relationnel de conviction a transformé en quelques années le modèle économique de Château Dauzac.

Si la vigne date probablement du XIIe siècle, il faut attendre 1740 pour que le vignoble de Dauzac soit façonné et puisse entrer dans le classement de 1855.
Si la vigne date probablement du XIIe siècle, il faut attendre 1740 pour que le vignoble de Dauzac soit façonné et puisse entrer dans le classement de 1855. DR

Biosynex (pharmaceutique). La crise sanitaire a bénéficié aux entreprises spécialisées dans les tests et les dispositifs médicaux. Mais cette PME alsacienne, fondée en 2005 par trois vétérans de l’industrie pharmaceutique, peut se targuer depuis sa création de distribuer ses outils de diagnostic rapide grand public dans une soixantaine de pays. Cette année, le lancement d’un kit PCR, développé et fabriqué sur son site d’Illkirch, a dopé l’activité. Et son autotest antigénique a été parmi les premiers à recevoir la certification CE : il a été déployé très vite en Espagne, en Italie et en Belgique. Conséquence : dans un secteur où la France recule à l’export, le chiffre d’affaires de Biosynex (34,2 M € en 2019) a été multiplié par cinq en 2020.


Thématiques associées