DR
Patrons confinés

Patron confiné : Restaurants, hôtels, immobilier... Laurent Taïeb, chantre du « prêt-à-vivre »

L'homme d'affaires français Laurent Taïeb, à la tête du groupe qui porte son nom, est derrière deux des plus gros projets d'hôtels à Paris : La Poste du Louvre et les Tours Duo.

« Parti de rien ». Ainsi commence la bio de Laurent Taïeb. En trente ans, ce self made man à la française a fondé plusieurs restaurants emblématiques de la capitale, tissant, par la même occasion, son réseau parmi les artistes, designers et acteurs de Paris. Le Kong, c’est lui, le Trésor et le Café du Trésor, lui aussi, Bon, encore lui… Aujourd’hui, à 55 ans, son groupe est à la baguette de deux projets d’hôtels parmi les plus attendus en France. La Poste du Louvre, un 5 étoiles situé dans un complexe imaginé par Dominique Perrault et Les Tours Duo, un 4 étoiles dans le 13e arrondissement de Paris, au cœur d’une tour dessinée par Jean Nouvel et aménagée par Philippe Starck. Rien que ça.

De starchitectes en lieux d’exception, Laurent Taïeb sème sa philosophie de lieux de vie où « haut-de-gamme » ne rime pas avec « entre soi » et où l’expérience et le parcours client règnent en maître. Acteur d’un marché qui a subit de plein fouet la crise sanitaire, il prend le temps de répondre aux questions de The Good Life, à distance, bien entendu.

La Poste du Louvre.
La Poste du Louvre. DR

6 questions à Laurent Taïeb, créateur d’hôtels et restaurants :

The Good Life : Comment se sont passés les confinements pour le Groupe Laurent Taïeb ?
Laurent Taïeb : Nous avons fermé le Kong, c’est un gros restaurant. Cela a entrainé des centaines de milliers de d’euros de pertes… Concernant les travaux de Tours Duo et la Poste du Louvre, le premier confinement nous a fait prendre du retard, entre 3 et 6 mois. Le seul avantage, parce qu’il faut être optimiste, c’est que ça a repoussé l’ouverture des hôtels. Objectivement, il vaut mieux ouvrir en 2022.

The Good Life : Vous comptez « participer à la mutation de l’hôtellerie parisienne » avec les ouvertures de la Poste du Louvre et les Tours Duo… Quelles sont les spécificités du marché parisien ?
Laurent Taïeb : Il y a énormément de palaces à Paris, mais très peu de 5 étoiles qui sont des vrais lieux de vie. La majorité des 5 étoiles n’a pas de vrai spa ou de grand restaurant. Sur le marché parisien, il y a un creux entre extrême luxe et luxe. On trouve aussi énormément de 3 et 4 étoiles corporate, des Pullman et Novotel… Entre les deux, il existe peu d’établissements sur le segment 4 et 5 étoiles « vivants », qui procurent des émotions. Combler ce manque, c’est notre objectif.

TGL : Comment imaginez-vous l’hôtellerie parisienne post-Covid ?
L.T. : Même si le télétravail ne va pas devenir la norme, dans le monde de demain il y aura plus de personnes habitant à Londres ou Nantes qui ne feront plus le déplacement pour une réunion à Paris mais qui organiseront des rencontres à distance. Donc les hôtels qui misent sur une clientèle business vont devoir se réinventer. L’hôtellerie n’aura pas d’autre choix que se « dé-segmenter ». Aussi, à Paris, 85 % des hôtels font moins de 1000 m2 et on ne peut pas pousser les murs… Pour les indépendants comme moi, un chantier aussi énorme que celui de la Poste du Louvre, c’est rare. L’avenir c’est le Grand Paris. Il y a 20 ans, on avait peur d’aller à Brooklyn et aujourd’hui on y trouve des hôtels spectaculaires. Selon moi, l’Est parisien va suivre cet exemple et on trouvera peut-être, à Ivry, Porte des Lilas, Porte d’Orléans ou Porte de Versailles, une offre hôtelière extraordinaire dans 15 ou 20 ans.

Les Tours Duo.
Les Tours Duo. DR

L’exigence de Jean Nouvel

TGL : Justement, près d’Ivry, il y a les Tours Duo… Un projet avec Jean Nouvel et Philippe Starck, c’est excitant ?
L.T. : Selon moi, Jean Nouvel est le plus grand architecte du monde. Quand on a la chance de travailler avec lui, c’est extraordinaire, mais on doit s’inscrire dans son projet. Il est très exigeant, cela est normal. Dans l’histoire de Paris, il y a la Tour Montparnasse, et les Tours Duo… Il ne fallait pas les louper ! Le plus compliqué c’est d’avoir le projet qui correspond à l’idée de départ pour pouvoir rencontrer le succès qu’on voulait et je pense qu’on est en train d’y parvenir. Nous allons pouvoir proposer un luxe accessible avec une chambre qui démarre en dessous de 200 €, conçue par Jean Nouvel et aménagée par Philippe Starck avec une vue sur tout Paris !

TGL : L’autre grand projet à venir pour le Groupe Laurent Taïeb, c’est l’hôtel de la Poste du Louvre
L.T. : La Poste n’a pas l’habitude de faire des hôtels et moi, j’ai décidé de prendre la direction artistique en main, pour la première fois. Je ne voulais pas déléguer, j’ai essayé mais l’idée que j’avais en tête était trop précise. Et derrière la création du complexe de La Poste du Louvre, on trouve Dominique Perrault, lui aussi parmi les plus grands architectes du monde… Des gens et des profils qui n’ont aucun rapport et qui devaient travailler ensemble à la création d’un hôtel de luxe 5 étoiles qui abritera 3 restaurants dont deux sur les toits. Un défi gigantesque, mais le résultat est au dessus de nos espérances.

La Poste du Louvre.
La Poste du Louvre. DR

TGL : Ces deux hôtels devraient ouvrir leurs portes en 2022. En attendant, comment imaginez-vous 2021 ?
L.T. : Qui est capable de dire, entre les vaccins, les déconfinements – dès qu’on relâche un peu la pression, les cas remontent et c’est malheureux pour tout le monde – ce qu’il va se passer ? Une chose est sûre : dans notre secteur, il va y avoir de grandes faillites. Mais je reste un optimiste et je suis convaincu qu’entre l’été qui s’accompagne d’une accalmie de la pandémie et les campagnes de vaccination qui devraient être suivies d’une reprise du trafic aérien, qu’il y aura une reprise du tourisme à l’automne 2021. Les gens auront soif de partir ! 


Thématiques associées