Idée cadeau pour un Noël inratable : le whiskey irlandais

Impossible de faire plus irlandais que Bushmills. C’est donc au cœur de la verte campagne, le long de la Bush River, que sont distillés les célèbres whiskeys de la maison. Une tradition qui remonte à plus de 400 ans. Déjà en 1608, lorsque le roi Jacques Ier accorde sa licence de production, le whiskey était fabriqué à Bushmills. Une longue histoire qui en fait la plus ancienne distillerie du monde.

L’art de la triple distillation du whiskey

Chez Bushmills, tout est affaire de tradition et de savoir-faire authentiques. Et chaque étape de la production des whiskeys est soigneusement respectée. Par exemple, l’orge utilisée pour réaliser le « wash », une sorte de bière qui sera ensuite distillée, est cultivée en Irlande. Grâce au savoir-faire de Colum Egan, maître distillateur du whiskey irlandais Bushmills depuis près de deux décennies, le miracle s’accomplit.

Un whiskey inspiré par les éléments naturels de l’Irlande.
Un whiskey inspiré par les éléments naturels de l’Irlande.

Le wash est porté à ébullition dans de superbes alambics en cuivre. Et ce processus se renouvelle trois fois – une spécificité du whiskey irlandais – pour obtenir la douceur si particulière des Bushmills. A chaque distillation, le spiritueux devient plus raffiné. Il devient aussi plus aromatique et plus fort en alcool jusqu’à atteindre 85°. Attentif à ne garder que le cœur de chauffe, le meilleur, Colum Egan est donc un des artisans de l’excellence de Bushmills. Cependant, le travail ne s’arrête pas à cette étape. Avant de pouvoir s’appeler Irish whiskey, le spiritueux doit patienter pendant trois ans et un jour dans des fûts.

Une grande variété de fûts

Les barriques utilisées permettent d’abord au spiritueux de respirer. Cette oxygénation lente développe un profil aromatique plus riche et plus complexe à ce qui deviendra un whiskey irlandais. Cependant, ce lent processus s’accompagne d’une évaporation connue sous le nom de part des anges. Ainsi, chaque année, un fût perd environ 2 % de volume au fil des saisons et des variations de températures. En outre, chez Bushmills le choix des fûts est un élément essentiel du savoir-faire. D’ailleurs la maison s’attache à dénicher des barriques ayant contenu d’autres liquides pour contribuer à l’évolution du whiskey. Par exemple, ceux qui ont contenu du Bourbon apporteront un goût sucré et vanillé.

Une histoire au service de la qualité depuis des centaines d’années.
Une histoire au service de la qualité depuis des centaines d’années.

Quant aux anciens fûts de Sherry, ils apporteront une couleur plus foncée et des arômes riches de fruits secs et de noix. D’ailleurs, chez les whiskeys Bushmills on apprécie beaucoup les fûts de Sherry ! Ainsi, chaque année, un professionnel se rend en Espagne. Plus précisément, il se déplace à la bodega de la famille Paez Lobato, à Jerez. C’est là que les fûts, qui ont contenu du Sherry Oloroso pendant deux ans, sont sélectionnés. Une fois vidés, Bushmills sélectionne les meilleurs qui rejoindront la distillerie. Mais on aime la diversité chez Bushmills, et surtout la richesse aromatique. Ainsi, des fûts ayant contenu du Marsala, du Cognac, du Calvados ou même du Mouton-Rothschild rejoindront également la collection de la maison.

La tonnellerie, un savoir-faire qui se transmet de père en fils

De retour en Irlande, Alastair et Chris Kane apporteront tout leur savoir-faire et leur attention pour réparer et surtout entretenir ces barriques. Héritiers d’une famille qui a donné plus de 140 ans de service à la Distillerie Bushmills, le père et le fils sont des artisans réputés. Grâce à leur savoir-faire et à des outils parfois centenaires, ils font partie de la longue chaîne de professionnels qui permet à Bushmills de produire des whiskeys d’exception.

Un savoir-faire incarné par les tonneliers Alastair et Chris Kane.
Un savoir-faire incarné par les tonneliers Alastair et Chris Kane.

L’assemblage, version féminine

Et c’est à une femme, Helen Mulholland, que revient la lourde tâche de réaliser la dernière étape : l’assemblage. En effet, une fois le whiskey vieilli, c’est au Master Blender qu’il incombe de créer les différentes expressions de Bushmills. Cependant, si cette étape est délicate, elle n’impressionne pas Hellen Mulholland. Ce n’est pas pour rien que cette dernière est la première femme à avoir intégré le Whisky Magazine Hall of Fame et à tenir le rôle de Master Blender en Irlande. La Master Blender de Bushmills sait qu’elle peut compter sur une matière première d’exception. Elle doit en fait cette conviction à un contrôle de la qualité tout au long du processus de fabrication. Elle n’oublie jamais non plus de porter une attention particulière à la sélection de fûts d’origines et de bois différents.

La sélection de Noël de The Good Life pour les amateurs de whiskeys irlandais

La rédaction de The Good Life vous présente sa sélection cadeaux parmi les créations Bushmills pour un Noël inratable.

Une sélection cadeau incontournable pour un Noël d’exception.
Une sélection cadeau incontournable pour un Noël d’exception.

1. The Original, le blend classique

D’ailleurs il suffit de déguster The Original pour s’en convaincre. Véritable pierre angulaire de la gamme Bushmills, ce blend de whiskeys vieillis dans des fûts de Bourbon et de Sherry, s’ouvre sur des notes de vanille avec un soupçon de crème brûlée. On retrouve une texture maltée qui se réchauffe doucement et enveloppe la bouche, avec une touche de miel. La finale est croustillante et fraîche, avec une touche d’épices.

2. Black Bush, le caractère du Sherry cask

Pour réaliser ce blend, Helen Mulholland a sélectionné une grande quantité de single malts vieillis dans d’anciens fûts de Sherry Oloroso avant de les assembler avec un whisky de grains doux, distillé par lots. Cette recette unique confère à Black Bush des notes riches et fruitées, ainsi qu’une forte intensité, équilibrée par une douceur unique. Dans le verre, on retrouve l’arôme d’un cake aux fruits, portée par la douceur intense du Sherry qui apporte des notes de fruits et de raisin secs. A la première gorgée, la texture est douce et soyeuse avec des notes de noisette. D’une grande douceur, la finale s’équilibre entre la puissance des fûts de Sherry et la douceur de l’alcool.

3. Single malt 10 ans d’âge, tout en gourmandise

Avoir passé au moins 10 ans dans des fûts de Sherry et de Bourbon confère à ce Single malt un arôme de miel, de vanille et de chocolat au lait. Des notes qui se retrouvent en bouche avec une touche de bois toasté. La finale du Single malt 10 ans d’âge est croustillante, légèrement asséchante.

4. Single malt 16 ans d’âge, un finish en fûts de Porto

Ce whiskey a bénéficié d’un vieillissement dans une combinaison de fûts de Sherry Oloroso et de Bourbon avant de mûrir plusieurs mois en fûts de Porto. Ce processus de maturation unique apporte à ce Single malt 16 ans d’âge cette impression de fruits juteux, de noix et d’épices, ainsi que sa teinte rouge rubis.

Un whiskey concentré et corsé, sur des notes de fruits caramélisés et de noix grillées qui s’étire dans une finale sur les baies confites et le chocolat au lait. S’il peut se déguster sur glace, c’est pur qu’il exprime le mieux toute sa complexité.

5. Single malt 21 ans d’âge, particulièrement aromatique

Véritable pépite, ce Single malt a patienté 19 ans dans d’anciens fûts de Sherry Oloroso et de Bourbon avant d’être transféré dans des fûts de Madère pour deux années de plus. Une longue et lente maturation qui lui confère une profondeur intense où se mêlent les saveurs des fruits secs à celles d’un malt épicé et aromatique, aux subtiles notes de raisin sec.

Ainsi, sous une belle couleur acajou profond, il dévoile des arômes de miel, de fruits mûrs et de noisettes sucrées. La bouche est riche, sur des notes de chocolat noir, de vanille et de bois toasté avant une finale longue et délicate. Un Single malt 21 ans d’âge d’exception qui doit toujours s’apprécier pur.

> En savoir plus sur le site de Bushmills.

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.