Armor lux

Mode de la côte Atlantique : Zoom sur les maisons les plus emblématiques 2/2

Du pull marin à la marinière, de la vareuse au ciré jaune, le Grand Ouest a fait naître quelques icônes de nos vestiaires. Résistant aux tendances, traversant les crises, elles font briller maisons historiques et jeunes créateurs et se portent dans les rues de Paris, de Tokyo ou de Cancale. Zoom sur Le Mont St Michel et Armor-Lux.

Le Mont St Michel, la veste de travail la joue motard. Il y a vingt-deux ans, Marie et Alexandre Milan ressuscitaient Le Mont St Michel. D’un nom de carte postale sur l’Atlantique, ils transformaient depuis leur château de Monthorin (en Ille-et-Vilaine) un patrimoine textile en label mode. En 2010, ils revisitent la veste de travail, celle qui habillait les artisans, les agriculteurs et les charpentiers bretons, proposée en tissu moleskine très résistant dans une armature proche du satin, avec boutons en corozo naturel (la graine du palmier à ivoire), numérotée et flanquée d’un petit col et de poches plaquées.

www.lemontsaintmichel.fr
www.lemontsaintmichel.fr DR

L’article décliné dans toutes les couleurs devient un best-seller porté par les travailleurs comme par les hipsters, et, depuis quelques semaines, une version motard a même été lancée. En collaboration avec Blitz Motorcycles, customisateur de motos, et son cofondateur, Frédéric Jourden, Le Mont St Michel reprend le délavage vintage de sa veste de travail et ajoute une doublure amovible pour rider stylé.

Un symbole de la mode atlantique écoulée à plus de 400 000 exemplaires

Armor-Lux, la marinière. Reprise en 1993 par deux industriels – Jean-Guy Le Floch et Michel Guégen –, la société quimpéroise Armor-Lux produit des marinières depuis le début des années 70. Un best-seller depuis cinquante ans, écoulé à plus de 400 000 exemplaires (2019) et fabriqué exclusivement dans leurs ateliers de Quimper.

Un produit qui a donné naissance à de multiples collaborations, d’Agnès b. aux britanniques de YMC, en passant par la jeune marque Faguo. Avec la récente acquisition des ateliers de Fileuse d’Arvor, Armor-Lux, qui emploie aujourd’hui près de 600 personnes, souhaite revendiquer davantage sa fibre made in France.

www.armorlux.com
www.armorlux.com DR

De ses nouveaux ateliers viennent de sortir le pull du « grand-père Brest », tricoté dans l’esprit du vêtement de travail de la baie de Douarnenez, et la marinière Lamaneur Fileuse d’Arvor, confectionnée dans le respect du montage traditionnel du modèle Midship de la Marine nationale.

Déjà présent à travers ses 80 magasins en France, Armor-Lux table pour l’avenir sur l’export. Après l’Allemagne, le Japon et la Grande-Bretagne, ses trois premiers marchés, leur marinière veut conquérir le reste du monde.


Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store