Fabio Viale

Fabio Viale, l'artiste italien qui tatoue les statues de marbre

Le sculpteur italien Fabio Viale a récemment fait parler de lui avec sa série de sculptures de l'Antiquité tatouées. Rencontre.

La « fracture » – visuelle, historique et stylistique – est sa signature, le marbre son matériau de prédilection. Depuis ses débuts en 2002 et la création d’un bateau (fonctionnel!) en marbre, le sculpteur Fabio Viale, basé à Turin, s’est fait une spécialité de la reproduction et la transformation d’œuvres de l’Antiquité. Dernièrement, il a fait couler beaucoup d’encre – sans jeu de mot – avec une série de sculptures… tatouées.

Entre autres, un Laocoon – sans ses fils – dont la peau de marbre est couverte d’une représentation des sept péchés capitaux de l’Enfer de Giovanni da Modena, une Vénus de Milo japonisée et des mains qui affichent des tatouages de prisonniers russes.

La prouesse réside dans la technique utilisée. Accompagné par des chimistes, Fabio Viale ne s’est pas contenté de peindre les statues. Le sculpteur de 45 ans a injecté l’encre dans le marbre en adaptant pour la pierre le même processus de tatouage que pour la peau.

Fabio Viale sur son Ahgalla, un bateau en marbre présenté en 2002.
Fabio Viale sur son Ahgalla, un bateau en marbre présenté en 2002. DR

Depuis Turin, celui qui était exposé à la dernière biennale de Venise a répondu aux questions de The Good Life.

3 questions à Fabio Viale, sculpteur :

The Good Life : Pourquoi avez-vous préféré le tatouage à la peinture ?
Fabio Viale : Quand j’ai décidé de créer ces statues tatouées, j’ai réalisé qu’il était très important d’exploiter la porosité du marbre pour faire pénétrer la couleur plutôt que de simplement peindre la surface. C’était le seul moyen de recréer, de la manière la plus réaliste possible, l’aspect d’un vrai tatouage. Expérimenter la relation et les surfaces, c’est ce qui m’a décidé à me lancer dans cette série.

Laocoön, Fabio Viale.
Laocoön, Fabio Viale. Fabio Viale

TGL : Comment avez-vous choisi les motifs des tatouages ?
F.V. : J’ai décidé de me focaliser sur les tatouages de « criminels », qui sont souvent inspirés par l’histoire de l’art. Je voulais que mes créations mettent face à face la vie et la mort, le sacré et le profane. Ces relations produisent une énergie unique, mélange de notre fascination pour l’art classique et de notre inquiétude à la vue de ces tatouages qui donnent la chaire de poule.

Venus, Fabio Viale.
Venus, Fabio Viale. Fabio Viale

TGL : Pour votre dernière performance, vous avez jeté des statues dans une carrière de marbre, avant de les photographier, brisées et abimées…
F.V. : Michel-Ange lui-même affirme que faire rouler une sculpture depuis une falaise permet de la purger de ses défauts, comme si chaque nouvel impact lui permettait d’être plus puissante, plus parfaite. Dans la carrière, tant d’hommes ont travaillé à casser et déplacer les pierres, j’y ai ressenti une énergie très forte. Avant de les jeter, j’ai acheté ces sculptures dans une boutique de souvenirs, pour qu’elles retrouvent leurs racines : la carrière de marbre. Cette installation, de loin, ressemble à une petite montagne, il faut se rapprocher pour distinguer les morceaux de statues des pierres.

Door Release, Fabio Viale.
Door Release, Fabio Viale. Fabio Viale

www.fabioviale.it


Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store