Avec 260 000 lecteurs payants pour ses éditions papier et numérique, ce quotidien flamand, basé à Anvers, est aujourd’hui le plus diffusé de toute la presse belge. Visite dans ses locaux flambant neufs.

Quand un quotidien s’appelle Het Laatste Nieuws (les dernières nouvelles), la réactivité est pour lui une ardente obligation. Aussi, à la rédaction de HLN, au cœur d’Anvers, le traitement de chaque information est-il hiérarchisé selon le degré d’urgence avec laquelle celle-ci doit être diffusée, analysée, commentée.

Le « Fast news tempo » lorsque, immédiatement après l’avoir vérifiée, on met une nouvelle en ligne ; le « News tempo », où la rédaction commence à la développer et à la commenter ; enfin, le tempo « long », où des reportages spécifiques et autres expertises extérieures sont ajoutés et publiés dans l’édition papier. Ainsi qu’à l’intention des quelque 30 000 abonnés payants des éditions numériques.

Basée sur un timing rigoureux, cette recette du traitement de l’information est pimentée par une dose émotionnelle que les dirigeants de HLN revendiquent clairement en expliquant que l’on ne peut dissocier une nouvelle de l’émotion qu’elle provoque ou qui l’a suscitée.

Le groupe édite notamment Het Laatste Nieuws, De Morgen et le féminin Nina.
Le groupe édite notamment Het Laatste Nieuws, De Morgen et le féminin Nina. DR

Une prospérité certaine

Le sport ainsi que l’investigation sont des domaines privilégiés par la rédaction de HLN. Ainsi, à l’automne 2019, le quotidien a défrayé la chronique en publiant des révélations et des photos sur une base secrète de missiles nucléaires en Flandre ou sur les dérives de certains laboratoires pharmaceutiques. « Notre savoir-faire journalistique et nos résultats bénéficiaires au sein d’un groupe de presse prospère nous permettent d’envisager l’avenir avec confiance, même si l’univers médiatique change très vite et qu’il faut constamment évoluer et nous adapter, surtout dans le domaine numérique et vidéo », confie Dimitri Antonissen, 44 ans, rédacteur en chef. Journaliste depuis une vingtaine d’années, il a notamment effectué un reportage remarqué lors du tsunami de 2004, en Thaïlande.

Le groupe édite notamment Het Laatste Nieuws, De Morgen et le féminin Nina.
Le groupe édite notamment Het Laatste Nieuws, De Morgen et le féminin Nina. DR

Cette prospérité et cette foi en l’avenir de DPG Media, groupe de presse né d’une multitude d’acquisitions récentes et qui édite notamment Het Laatste Nieuws, De Morgen ou le site belge d’actualités 7sur7.be, apparaît avec éclat lorsqu’on visite le superbe et tout nouvel immeuble qui l’abrite au cœur de la ville d’Anvers, en bordure de la monumentale gare centrale.

Des open spaces immenses et lumineux sur trois étages ont été installés pour accueillir près de 180 journalistes, ainsi que de nombreuses salles de réunions aux noms prometteurs – telle la « salle des scoops » –, des plateaux de télévision ultramodernes…

Les 180 journalistes du groupe DPG Media viennent de s’installer dans leurs nouveaux locaux du centre d’Anvers.
Les 180 journalistes du groupe DPG Media viennent de s’installer dans leurs nouveaux locaux du centre d’Anvers. DR

Données clés

• DPG Media est le groupe de presse constitué du rapprochement des entreprises de médias Medialaan (VTM, Q-Music) et De Persgroep Publishing (Humo, Het Laatste Nieuws, De Morgen). Il compte une trentaine de titres et de marques.
• Rédaction de 180 journalistes (pour les quotidiens Het Laatste Nieuws et De Morgen).
• Diffusion quotidienne payée de l’édition papier HLN : 260 000 exemplaires.
• Temps moyen de lecture de l’édition papier : 11 minutes en moyenne par jour.
• Age moyen du lectorat : 45 ans.
• Editions numériques :
– 2,1 millions de visiteurs uniques par jour.
– 73 millions de vidéos vues (septembre 2019).
– 1 236 nouveaux abonnés en septembre 2019 aux éditions numériques.
– 200 nouveaux abonnés numériques par mois et, d’ores et déjà, un portefeuille de plus de 30 000 abonnés payants.
• Magazine féminin supplément du week-end : Nina.

DPG Media.
DPG Media. DR

Des débuts militants

Il est loin le temps des débuts austères et militants du quotidien HLN fondé en 1888 par Julius Hoste, à la veille d’élections législatives cruciales, afin de soutenir le parti libéral, la loi sur l’égalité des langues avec le français parlé en Wallonie ou la néerlandisation de l’université de Gand ! « Notre journal était encore réputé libéral il y a une quinzaine d’années, mais, à présent, nous sommes “middle of the road”, et lorsque nous faisons appel à des intervenants extérieurs et à des experts, nous les prenons aussi bien à droite qu’à gauche », assure Dimitri ­Antonissen.

Quant à l’élégant et dynamique actionnaire principal, dont le swing fait la fierté du Royal Zoute Golf Club, Christian Van Thillo – administrateur délégué de DPG Media –, « il n’a jamais fait la moindre pression sur la rédaction, même si, authentique patron de presse doté d’un excellent feeling journalistique, il est passionné par notre travail et s’intéresse à la maquette, au type d’impression, à la qualité des photos ou des vidéos… » ajoute le rédacteur en chef. Et c’est l’épouse de Christian Van Thillo, Nathalie Van Reeth, qui a décoré le siège flambant neuf du groupe.

DPG Media.
DPG Media. DR

« La disparition du journal papier est inéluctable »

« La vidéo, pour nous, est de plus en plus importante, même si elle ne remplacera probablement jamais l’écrit », estime Geert Dewaele, responsable de la vidéo on line. Il prévoit qu’un jour tous les journalistes du groupe seront munis d’une caméra lors de leurs reportages. Mais pas question pour autant de jouer le multimédia à tout crin au point d’obliger les lecteurs à jongler et à zapper constamment d’un support à l’autre.

Le groupe DPG Media les veut complémentaires, même si Frank ­Depoorter, le rédacteur en chef quadragénaire spécialement en charge de l’édition papier de HLN, ne se fait guère d’illusion : « Je crois que la disparition du journal papier est inéluctable à moyen terme, mais, heureusement, je serai alors à la retraite… » dit-il en souriant. Ce n’est donc pas pour tout de suite…


The good concept store A découvrir dans le concept store