D’arts graphiques en compositions cauchemardesques, les musées et les centres d’art belges sortent le grand jeu.

Graphisme belge, GandLa première de nos expos belges, Off the Grid, s’intéresse à la production graphique des années 60 et 70. Elle est conçue par l’une des grandes graphistes belges actuelles, Sara De Bondt, qui œuvre pour le MoCo, à Montpellier, comme pour la dernière biennale de Taipei. En réunissant un large éventail d’imprimés, de logos, de livres et d’affiches de la période, dont beaucoup n’ont jamais été exposés auparavant, Sara De Bondt donne un bel aperçu d’une scène graphique effervescente. On retrouve tous les cadors des années 60 et 70, dont Herman Lampaert, l’auteur de la fameuse étude Deux mille ans d’expression visuelle en Europe occidentale, Boudewijn Delaere, qui a conçu toutes les affiches de la biennale de design de Courtrai, ou encore Paul Ibou, qui a travaillé à New York avec Warhol, Albers et Oldenburg. Off the Grid, Design Museum Gent, jusqu’au 16 février. www.designmuseumgent.be

AURA, by Studio Nick Verstand, 2017 – 5 expos à ne pas rater en Belgique
AURA, by Studio Nick Verstand, 2017 – 5 expos à ne pas rater en Belgique Noortje Knulst

Expos et artistes fascinants

Théâtre de l’absurde, Bruxelles. Artiste d’origine américaine, Roger Ballen vit et travaille en Afrique du Sud depuis plus de trente ans. Il a d’abord mené un travail photographique documentaire sur les communautés blanches démunies, avant de bifurquer vers une approche plus conceptuelle et plasticienne, qui inclut des vidéos, des installations et des interventions graphiques in situ. L’ensemble prend l’apparence d’un théâtre de l’absurde dans lequel s’articulent des poupées disloquées, des canapés effondrés, des animaux naturalisés, des photographies… Les modèles, qu’il connaît personnellement, participent activement à la conception des images, faisant du moment de la prise de vue une performance en temps réel. Avec cette œuvre qui explore les profondeurs de la psyché humaine, Roger Ballen s’affirme comme l’un des artistes contemporains les plus fascinants de notre temps. The Theatre of the Ballenesque, centre d’art la Centrale, jusqu’au 14 mars. www.centrale.brussels

Decapitated, 2015 – 5 expos à ne pas rater en Belgique
Decapitated, 2015 – 5 expos à ne pas rater en Belgique Roger Ballen

Des vêtements conteurs d’histoires

Messages tissés, Courtrai. Réalisée en collaboration avec le musée de la mode d’Anvers, actuellement en rénovation, l’exposition Textiles As Resistance est née d’une collaboration entre la journaliste belge Samira Bendadi et le photographe iranien Mashid Mohadjerin. Les textiles sont – et ont longtemps été – un puissant moyen d’expression de l’identité, en particulier en temps de guerre et de crise. Leur recherche a commencé à Anvers, mais les a rapidement menés vers de nouvelles destinations dans le monde, de Paris à Beyrouth, d’Alep à Kaboul. A eux deux, ils ont créé une tapisserie de récits visuels et écrits. Les vêtements et les textiles deviennent ainsi les porteurs d’histoires qui transcendent les frontières religieuses, culturelles et nationales. Textiles As Resistance, musée Texture, jusqu’au 16 février. www.texturekortrijk.be

Building Near Shatila Refugee Camp, Beirut, Lebanon, Mashid Mohadjerin, 2019 – 5 expos à ne pas rater en Belgique
Building Near Shatila Refugee Camp, Beirut, Lebanon, Mashid Mohadjerin, 2019 – 5 expos à ne pas rater en Belgique Mashid Mohadjerin

Punk attitude, Bruxelles. Des années 70 au milieu des années 80, le mouvement punk a nourri un langage visuel singulier. En réunissant les pièces maîtresses de cet univers – affiches, couvertures d’albums et de magazines, badges aux logos déjantés –, l’exposition met au jour le graphisme de ce mouvement hardcore, à travers les réalisations de professionnels et d’amateurs. Elle réunit des photos, des vidéos, des visuels de mode… Dans une salle de concert, on peut même, le temps d’une session, s’improviser DJ et lancer sa propre playlist grâce à un choix déflagrant de vinyles. Punk Graphics : Too Fast to Live, Too Young to Die, Adam Brussel Design Museum, jusqu’au 26 avril. www.adamuseum.be

Sex Pistols-Young Flesh Required ’79.
Sex Pistols-Young Flesh Required ’79. Jamie Reid Courtesy John Marchant Gallery Copyright Sex Pistols Residuals

Visages paysages

Lumières intérieures, Anvers. De Stephan Vanfleteren, on connaît surtout les portraits en noir et blanc de stars telles que Rem Koolhaas, Stromae, Arno ou Anne Teresa De Keersmaeker. Depuis vingt‑cinq ans, ce photographe belge accumule les parutions et les World Press Photo Awards. Present est sa première grande rétrospective en Belgique, l’occasion pour lui de dévoiler sa cosmogonie photographique, où les visages sont traités comme des paysages, et les paysages, comme des univers mentaux. Une formidable lumière intérieure éclaire son œuvre, comme s’il voulait démentir à chaque image la noirceur du monde. Present. Stephan Vanfleteren, FOMU, jusqu’au 1er mars. www.fomu.be

Metro Londen, 1989.
Metro Londen, 1989. Stephan Vanfleteren

The good concept store A découvrir dans le concept store