Cela fait onze ans que Hero Seven s’emploie, à son échelle, à sauver la planète. La marque n’a pas attendu que l’heure soit officiellement grave pour agir. Son nom n’a d’ailleurs pas été choisi par hasard. « Hero » désigne les clients qui, grâce à leurs achats, contribuent à replanter des arbres dans la forêt amazonienne ; « Seven » est un clin d’œil à la Création – l’homme ayant tout détruit six jours durant devra, le septième, prendre le temps de reconstruire.

C’est à Marseille que tout commence pour Erroll Teboul. Mais s’il a hérité de la « bosse du commerce » de sa famille, la cité phocéenne se révèle rapidement trop petite pour satisfaire ses ambitions et sa curiosité. En 1996, il quitte le vieux continent pour sa terre promise, les Etats-Unis. Ils part poursuivre ses études, de commerce of course, à New York.

Une fois celles-ci achevées, et pour parfaire son apprentissage, il décide de faire ses armes chez les géants de la mode qu’il admire. De Banana Republic à Façonnable, en passant par Ralph Lauren. De 1996 à 2000, Erroll ­Teboul passe par tous les postes et gravit, peu à peu, les échelons.

Le Marseillais Erroll Teboul, fondateur de la marque Hero Seven, avec sa compagne.
Le Marseillais Erroll Teboul, fondateur de la marque Hero Seven, avec sa compagne. DR

Conscience écologique

Fort de cette expérience, il rentre en France, la tête pleine de projets. Cependant, retenu par une certaine humilité, il préfère temporiser. Teboul se demande alors de quelle manière il pourrait innover. Lui qui a côtoyé, comme il aime le rappeler, « les plus grands ». En attendant de se sentir tout à fait prêt, il ouvre une boutique multimarques. Mais, très vite, la fibre créative le rattrape et, en 2007, il donne naissance à sa propre griffe : Hero Seven.

Avec la volonté d’apporter sa patte à l’industrie du textile, mais aussi de faire face à une urgence écologique. Dès le début, il intègre aux statuts de sa société un partenariat avec l’association Cœur de Forêt . Ainsi, chaque achat rapporte à celle-ci 0,25 euro, destiné au reboisement. A ce jour, ce sont plus de 50 000 arbres qui ont été replantés ! En échange, chaque client reçoit un petit bracelet vert, comme un rappel environnemental, pour ne pas oublier que la planète doit se respecter au quotidien.

La nouvelle collection de Hero Seven.
La nouvelle collection de Hero Seven. DR

Si sa première collection est uniquement composée de tee-shirts, sa pièce signature se vend à plus de 150 000 exemplaires par an. Eroll Teboul et ses trois stylistes commencent à imaginer le dressing idéal dès la saison suivante. Cet amoureux du cinéma affirme concevoir ses lignes de vêtements comme on réalise des films.

Hero Seven, Steve McQueen et James Bond

Il souhaite plus que tout raconter une histoire, un quotidien : « Nous avons voulu créer le vestiaire masculin complet pour tous les moments de la journée. » Avec ses collections, Hero Seven cherche à toucher toutes les générations d’hommes, pourvu qu’ils soient racés et avec ce petit je-ne-sais-quoi propre au French Riviera way of life.

La nouvelle collection met notamment en avant l’égérie Steve McQueen. Erroll Teboul a racheté la licence d’exploitation des droits à l’image en 2012.
La nouvelle collection met notamment en avant l’égérie Steve McQueen. Erroll Teboul a racheté la licence d’exploitation des droits à l’image en 2012. DR

Ce n’est donc pas un hasard si celui qui a fait du vintage, des Etats-Unis et des sports mécaniques l’ADN de sa marque a choisi comme égérie Steve McQueen dont il a racheté la licence d’exploitation des droits à l’image il y a sept ans. Si l’Amérique lui fait les yeux doux, Erroll Teboul se laisse encore un peu de temps avant de se lancer à la conquête de l’Ouest. Il préfère, pour le moment, se concentrer sur l’Allemagne et l’Italie pour étoffer ses 14 points de vente français – 12 permanents et 2 saisonniers, au Cap Ferret et à Saint-Tropez – et ses plus de 300 points de vente multimarques.

Eternel optimisme

Déjà fort d’un chiffre d’affaires de près de 8 millions d’euros et d’une belle progression à l’international, il vient d’intégrer un nouveau héros à son vestiaire. Après Steve McQueen, c’est au tour de James Bond de rejoindre sa team. De quoi ravir cet éternel optimiste qui par-dessus tout, croit en l’homme. We still need heroes…


Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store