DR

Retrofit : un bon compromis pour continuer à profiter des voitures anciennes ?

Transformer de vieilles thermiques en voitures électriques pourrait devenir « la » tendance de 2020. La loi autorisera en effet ce procédé, le retrofit, dès février prochain. Rencontre avec l’un des pionniers du genre en France, Arnaud Pigounides, co-fondateur de Retrofuture.

En 2015, alors qu’il habitait en Californie, le publicitaire français Arnaud Pigounides jongle entre sa thermique, très belle mais qui cumule les pannes, et son électrique, plus pratique, économique et écologique, mais trop moderne à son gout, elle n’a pas assez de cachet. Il s’aperçoit alors qu’à quelques kilomètres de chez lui, plusieurs garages pratiquent le retrofit : installer un moteur électrique dans une voiture thermique ancienne. Il s’offre ainsi une Porsche 914 de 1973 électrifiée.

A son retour en France, il décide d’importer cette technique, mais, avec son nouveau partenaire en affaires, Marc Tison, ingénieur débauché chez PSA, il se heurte à la législation française. En effet, depuis plus de 50 ans, il fallait l’autorisation du constructeur pour changer le moteur. Une demande refusée systématiquement, ou presque.

Pigounides et Tison fondent alors Retrofuture, et s’associent avec d’autres entreprises pour créer l’AIRe (l’association des Acteurs de l’Industrie du Retrofit électrique), et faire changer la loi. Déjà autorisée dans près d’une quarantaine de pays, cette transformation sera désormais possible en février 2020.

Une Porsche 912 rétrofitée par Retrofuture.
Une Porsche 912 rétrofitée par Retrofuture. Retrofuture

Un catalogue déjà bien rempli

Une date à partir de laquelle la vente des véhicules Retrofuture sera autorisée, mais Pigounides et ses équipes n’ont pas attendu pour préparer un catalogue de 15 autos déjà prêtes à être commercialisées. Disponibles en précommande, elles sont divisées en 5 catégories, des « Petites » à partir de 19 900 € aux « Exceptionnelles » à partir de 60 000 €. Bien entendu, aucune n’affiche les caractéristiques d’une Tesla. Elles proposent, au mieux, 220 kilomètres d’autonomie et une vitesse de pointe comprise entre 140 km/h et 200 km/h.

Mais l’essentiel est ailleurs : préserver tout un pan de patrimoine automobile qui passerait à l’as petit à petit avec la disparition des thermiques. Redonner une raison de rouler à ces autos qui n’entrent pas dans la case « voiture de collection ».

Arnaud Pigounides.
Arnaud Pigounides. Retrofuture

5 questions à Arnaud Pigounides, co-fondateur de Retrofuture :

The Good Life : Comment choisissez-vous les voitures que vous allez électrifier ?
Arnaud Pigounides :
Nous avons choisi les modèles les plus iconiques mais aussi les plus faciles à rétrofiter. Les Mini, MGB et Fiat 500 sont des petits bonheurs. Les Coccinelles, Combi VW et Peugeot 504 ont le vent en poupe. Mais aussi les Jaguar XJ, Mustang et Range Rover, qui sont incroyables mais consomment tellement qu’elles ne valent plus rien ! Le principe de Retrofuture, ce sont les voitures plaisirs, pas celles de collection. Par exemple, nous faisons les petites Porsche, pas celles qui atteignent les 100 ou 200 000 €. Puis, aujourd’hui les Youngtimers ont le vent en poupe alors on a décidé de faire la Twingo et la 205. Toute ma jeunesse.

The Good Life : Où trouvez-vous les véhicules ?
Arnaud Pigounides :
Ils sont disponibles par milliers et plutôt en très bon état car ils ont été chouchoutés pendant des décennies. Aussi bien grâce à la filière des carrosseries que sur Leboncoin ou les garages pros. Bien sûr nous nous assurons que le véhicule est apte à la conversion, en multipliant les tests et contrôles. Rien n’est plus important que la sécurité.

La 914 de Porsche, passée par la case retrofit.
La 914 de Porsche, passée par la case retrofit. Retrofuture

Le retrofit au chevet des voitures « plaisir »

TGL : Vous proposez des véhicules très différents… Comment faites-vous pour adapter les batteries à chaque voiture ?
A.P. :
Contrairement aux véhicules électriques neufs qui peuvent mettre des fonds plats de batteries, nous sommes dans un univers contraint : la voiture ancienne, son coffre et son capot avant. Bien sûr nous gagnons de la place avec un moteur électrique qui est vraiment petit et inusable mais qui ne peut pas excéder un poids supérieur à 10 % du poids total du véhicule. Aussi, on ne peut pas placer de batteries dans l’habitacle ni trop près des zones de chocs. Pas de surpuissance non plus, nous respectons le véhicule dans la configuration dans laquelle il a été homologué. D’ailleurs nous bridons nos moteurs car ils ont trop de puissance et de couple ! Certes l’autonomie n’est pas « dingue » mais l’objectif est de rouler à 80 km/h sur les départementales et 130 km/h sur les autoroutes et parcourir, au maximum, 300 kilomètres dans la journée avec une pause gouter/recharge.

Iconique.
Iconique. Retrofuture

Le Tesla du retrofit ?

TGL : Que répondez-vous à ceux qui vous accusent de commettre un sacrilège ?
A.P. :
Je les comprends. Mais, premièrement, nous ne touchons pas les véhicules avec une carte grise « collection », donc les véhicules exceptionnels sont protégés. Deuxièmement, nous transformons les voitures qui mériteraient d’être préservées et non jetées, mais qui commencent à coûter trop cher aux propriétaires à cause de leur consommation et leur entretien. Enfin, on n’oblige personne ! Nous ne sommes pas des fous furieux de l’écologie, on propose juste le plaisir électrique et des autos anciennes. Jaguar, Aston Martin et Volkswagen le proposent déjà, c’est qu’il y a une demande pour le retrofit soutenue partout dans le monde.

TGL : Quelles sont les prochaines étapes pour Retrofuture ?
A.P. :
Faire ces 15 modèles, les mettre sur la route. Puis d’ici 3 ans, 30 modèles supplémentaires et en transformer 10 000. Puis les bateaux, les motos, les camions… et exporter dans le monde entier le savoir-faire du retrofit français. Il y aura un « Tesla » de la voiture ancienne électrique, ce sera nous.

La 504 revient en force sur le marché de la nostalgie automobile… Alors pourquoi pas en version électrique ?
La 504 revient en force sur le marché de la nostalgie automobile… Alors pourquoi pas en version électrique ? Retrofuture

Le catalogue de Retrofuture

Le catalogue de Rétrofuture

• Catégorie « Petite » :

– Fiat 500, 120 kilomètres d’autonomie. 19 900 €.
– Austin Mini, 120 kilomètres d’autonomie. 19 900 €.
– Renault Twingo, 120 kilomètres d’autonomie. 19 900 €.

• Catégorie « Plaisir » :

– Triumph Spitfire, 150 kilomètres d’autonomie. 24 900 €.
– MG MGB, 150 kilomètres d’autonomie. 24 900 €.
– Volkswagen Coccinelle, 150 kilomètres d’autonomie. 24 900 €.
– Peugeot 205, 150 kilomètres d’autonomie. 24 900 €.

• Catégorie « Medium »

– Volkswagen Van T2/T3, 150 kilomètres d’autonomie. 32 000 €.
– Peugeot 504, 150 kilomètres d’autonomie. 32 000 €.

• Catégorie « Premium »

– Porsche 914, 180 kilomètres d’autonomie. 45 000 €.
– Ford Mustang, 180 kilomètres d’autonomie. 45 000 €.
– Jaguar XJ, 180 kilomètres d’autonomie. 45 000 €.

• Catégorie « Exceptionnelle »

– Porsche 911/912, 220 kilomètres d’autonomie. 60 000 €.
– Range Rover, 220 kilomètres d’autonomie. 60 000 €.
– Rolls-Royce Silver Spur, 220 kilomètres d’autonomie. 60 000 €.

www.retrofuture-ev.com


 

The good concept store A découvrir dans le concept store