Getty

Mini, BMW, Ferrari, McLaren…
Rencontre avec Frank Stephenson, designer auto iconique

Il est le coup de crayon derrière le BMW X5, la Ferrari F430 et la McLaren 720S mais surtout de la nouvelle Mini, sortie en 2001. Frank Stephenson travaille aujourd’hui en indépendant et dessine… des voitures volantes. Rencontre avec l’un des designers auto les plus influents du XXIe siècle.

Lorsqu’elle fait son retour après 40 ans d’absence, en 2001, la Mini participe à créer la vague du néo-rétro, qui touche désormais tous les secteurs. Son design est salué par tous. Conçue comme un hommage à son ancêtre, elle n’oublie pas pour autant d’entrer dans le troisième millénaire. Aujourd’hui, on croise cette petite citadine chic, ou l’une de ses descendantes, à chaque feu rouge. Derrière cette icone du design auto moderne, un Américain d’une quarantaine d’années : Frank Stephenson.

L’homme a déjà fait ses preuves au sein du BMW Group, avec le design un an plus tôt du BMW X5, lui aussi devenu un best-seller. Avant d’entrer chez le constructeur allemand, il travaille pour Ford, pour qui il crée l’Escort RS Cosworth. Une trois portes surprenantes, comme une empreinte de son style, inspiré par la nature.

Mini Hatch (2001).
Mini Hatch (2001). DR

Un adepte du biomimétisme qui va quitter BMW pour Pininfarina, où il va s’éclater à dessiner des sportives aux looks « squalesques » pour Maserati et Ferrari. Suivent des aventures chez Fiat – il est également derrière la renaissance des Punto et 500 – Alfa Romeo et McLaren.

L’an dernier, alors que se murmure son retour chez BMW, il décide finalement de créer son propre studio, à Londres. Il travaille pour des clients aux profils variés, qu’il accompagne tout au long du processus de création avec un mantra en quatre mots : environnement, technologie, innovation et biomimétisme. C’est ainsi qu’il est devenu directeur du design pour Lilium, la start-up allemande qui prévoit de lancer son service de taxis volants d’ici 2025.

BMW X5 première génération (1999).
BMW X5 première génération (1999). DR

10 questions à Frank Stephenson :

The Good Life : Pourquoi avez-vous décidé de créer votre propre studio ?
Frank Stephenson :
Retourner dans une entreprise pour laquelle j’avais déjà travaillé ne collait pas avec ma philosophie. Je préfère les nouvelles expériences. Créer mon studio me permet également de choisir mes propres projets et de m’ouvrir pour partager mon expérience du design à plusieurs clients. C’est excitant !

The Good Life : Le biomimétisme est la pierre angulaire de votre style…
Frank Stephenson :
C’est parce que je crois que la meilleure inspiration pour un design intelligent ce sont les solutions qui durent le plus longtemps possible. Et, si l’on est assez curieux pour chercher des réponses dans les succès de l’évolution et de la nature, efficaces depuis des millions d’années, alors on peut les utiliser à notre avantage. Le design tendance a sa place, bien entendu, mais le design iconique est souvent intemporel.

Ferrari F430 (2004).
Ferrari F430 (2004). DR

TGL : Quel était le plus grand challenge de votre carrière ?
F.S. :
C’était, et c’est toujours, de continuer à me lancer des défis. En tant que designers, nous avons l’opportunité, et la responsabilité, d’imaginer un monde meilleur pour le plus grand nombre. Cela signifie que nous ne devons jamais être pleinement satisfaits de notre travail, de toujours se dire qu’il est possible de s’améliorer.

Émotions et poissons volants

TGL : Qu’est-ce qui rend le design d’une voiture intemporel ?
F.S. :
Le premier ingrédient est de créer un charme universel. Le deuxième est la simplicité. Aucun objet over-designé n’est entré dans l’histoire. La force du designer est sa capacité à réduire son objet à trois lignes puissantes. Enfin, il doit transmettre une émotion positive, et immédiate. Un design auquel on doit s’habituer pour l’apprécier ne deviendra jamais intemporel.

TGL : Est-ce que vous imaginiez, au moment où vous la dessiniez, que la Mini 2001 deviendrait un hit ?
F.S. :
Pas du tout ! Mais mes tripes me disaient que j’étais dans la bonne direction pour proposer le meilleur design de la nouvelle Mini. L’originale n’avait pas changé d’allure depuis 40 ans. Ma stratégie était d’imaginer comment elle aurait pu évoluer après chacune de ces décennies. C’est comme ça que je suis arrivé au design final : l’émotion de la première Mini avec la technologie du futur.

Ford Escort RS Cosworth, le premier coup d’éclat de Frank Stephenson dans les années 80.
Ford Escort RS Cosworth, le premier coup d’éclat de Frank Stephenson dans les années 80. DR

TGL : Le futur justement, aujourd’hui vous l’imaginez avec Lilium… Comment est-ce que l’on dessine une voiture volante ? Quelle est votre principale source d’inspiration ?
F.S. :
Il s’agit plutôt d’un petit avion, plus qu’une voiture volante… La principale différence c’est qu’ici le facteur le plus important à prendre en compte est la sécurité. Ce ne sont pas les systèmes de sécurité qui s’adaptent au design, mais l’inverse. Ma source d’inspiration pour le jet Lilium est ma favorite : la nature ! Les poissons surtout. Parce que l’eau est plus dense que l’air, ils ont des formes idéales lorsque l’on doit trouver des solutions pour faciliter les mouvements et les déplacements. Autrement dit : l’hydrodynamisme peut être supérieur à l’aérodynamisme ! Ainsi, pour Lilium je fusionne la manœuvrabilité du requin-marteau avec l’élégance de la raie manta. Bientôt, le ciel sera peuplé de poissons volants !

Maserati GranSport.
Maserati GranSport. DR

Repousser les limites, la mission du designer

TGL : Quel est votre voiture préférée, parmi celles que vous avez dessinées ?
F.S. :
Certaines ont une signification particulière pour moi… Le X5 était le premier SUV de sa gamme chez BMW. La Mini est populaire partout dans le monde, et a redonné du style et du fun au segment des petites voitures. La Maserati MC12 a eu un succès fou. La F430 était mon premier design pour Ferrari. La Fiat 500 a sauvé l’entreprise d’un désastre économique. Vraiment, c’est compliqué de n’en choisir qu’une seule. C’est comme demander à des parents de désigner leur enfant préféré !

McLaren 720S.
McLaren 720S. DR

TGL : Et parmi celles que vous n’avez pas dessinées ?
F.S. :
Tout en haut, il y a la Jaguar E-Type, Series 1 Coupé. Pour moi, c’est la Mona Lisa du design automobile. Elle est réellement impossible à améliorer, et c’est une icône éternellement imperméable à l’épreuve du temps.

TGL : Pensez-vous qu’aujourd’hui les designers auto sont toujours libres d’innover ou de réécrire les codes du secteur ?
F.S. :
Bien sûr ! C’est d’ailleurs à cela que l’on reconnaît un bon designer. Il y aura toujours des lois et des règles qui limitent la liberté créativité mais c’est la mission du designer de questionner ces limites et les repousser. Il y a toujours une meilleure façon de faire quelque chose, il faut être passionné, curieux et ouvert d’esprit pour ouvrir de nouvelles portes qui mènent vers de meilleures solutions.

Le prototype taille réelle du jet 5 places autonome de Lilium a décollé pour la première fois le 4 mai dernier à Munich.
Le prototype taille réelle du jet 5 places autonome de Lilium a décollé pour la première fois le 4 mai dernier à Munich. DR

TGL : Quel est l’avenir du studio Frank Stephenson ?
F.S. :
Mon studio travaille sur de nombreux projets ! Je n’aurais jamais cru que le talent et l’expérience nécessaires pour imaginer des voitures pouvaient s’appliquer à d’autres secteurs.  Mais ça a du sens finalement, parce que le design automobile ce n’est pas qu’une carrosserie, ce sont aussi des feux, un volant, des roues, des sièges, un tableau de bord, des matériaux différents… Ainsi, mes équipes travaillent en ce moment sur un siège bébé, des lunettes de soleil, des montres, de la domotique… Tout cela sera sur le marché très bientôt !


 

The good concept store A découvrir dans le concept store