DR
The Good Playlists

The Good Playlist - Classique : riches et romantiques mélodies

Rencontre entre musique romantique et œuvres des années 20 et 30.

• Face à son destin. Le Jerusalem Quartet a choisi de rendre hommage à Erich Wolfgang Korngold, génie précoce né à Vienne en 1897, dont le deuxième quatuor, ici interprété, est un pur chef‑d’oeuvre. En 1934, Korngold fut appelé à Hollywood, ce qui lui permit d’échapper à un destin probablement tragique, auquel n’échappa malheureusement pas Erwin Schulhoff, né en 1894 à Prague, dans une famille juive, et dont l’immense talent avait été encouragé par Dvorak. Il mourut en déportation en 1942. Les cinq magnifiques pièces pour quatuor à cordes jouées ici, composées en 1923, possèdent une richesse mélodique et une énergie folles. Cinq chansons yiddish complètent ce disque, arrangées pour le quatuor, rejoint par la soprano Hila Baggio.

The Yiddish Cabaret, Jerusalem Quarter, Harmonia Mundi.
The Yiddish Cabaret, Jerusalem Quarter, Harmonia Mundi. DR

Découverte nécessaire. Né à Varsovie en 1919, Weinberg est, en 1939, le seul membre de sa famille à pouvoir fuir une Pologne envahie par les nazis Il en sera l’unique survivant. Il se réfugiera en URSS, à Minsk, où il étudie la composition, puis à Tachkent. Chostakovitch, qui deviendra son ami, l’aide un peu plus tard à s’installer à Moscou avec sa femme, Nathalie, fille du célèbre acteur Solomon Mikhoels – qui sera assassiné sur ordre de Staline. Incarcéré en 1953 pour activités « sionistes », Weinberg sera libéré après la mort de Staline, grâce, notamment, à l’intervention de Chostakovitch. Il mourra en 1996, en ayant pu voir que ses œuvres étaient interprétées par les plus grands musiciens russes de son temps, dont Gidon Kremer, présent sur ce disque. Sa musique a souvent été placée dans l’ombre de celle de Chostakovitch, à tort. L’orchestre de Birmingham et le Kremerata Baltica, placés sous la direction de Mirga Grazinyte‑Tyla, offrent des interprétations envoûtantes de deux de ses symphonies. Le disque parfait pour pénétrer dans cet univers.

Symphonies nos 2 et 21 de Mieczyslaw Weinberg, City of Birmingham Orchestra et Kremerata Baltica, direction Mirga Grazinyte‑Tyla, DGG.
Symphonies nos 2 et 21 de Mieczyslaw Weinberg, City of Birmingham Orchestra et Kremerata Baltica, direction Mirga Grazinyte‑Tyla, DGG. DR

Echappées. Sandrine Piau, qui construit chacun de ses disques avec un art consommé, nous propose ici un panorama de mélodies avec orchestre, qui nous fait aller de découverte en découverte. Le voyage débute avec Saint‑Saëns, passe par Berlioz, Massenet et d’autres compositeurs moins connus, pour se terminer par un Plasir d’amour absolument délicieux. L’orchestre de la Loge olympique placé sous la direction de Julien Chauvin lui offre un écrin parfait.

Si j’ai aimé, Sandrine Piau, le Concert de la Loge, Julien Chauvin, Alpha.
Si j’ai aimé, Sandrine Piau, le Concert de la Loge, Julien Chauvin, Alpha. DR

Lefi Ove Andsnes

Il est l’un des pianistes majeurs de notre époque, aussi à l’aise comme soliste, que comme chambriste, ou aux côtés de chanteurs. Lefi Ove Andsnes en offre une nouvelle démonstration en faisant paraître, coup sur coup, deux disques où son talent éclate : un récital consacré aux quatre ballades et à des nocturnes de Chopin (Sony) et des lieder de Schumann – Liederkreis, Op. 24 et Kerner Lieder – aux côtés du baryton Matthias Goerne (Harmonia Mundi).

Lefi Ove Andsnes

The Good Life : Pour vous avoir écouté avec Matthias Goerne sur scène ou au disque, l’impression est chaque fois la même : piano et voix sont mêlés, créant une parfaite osmose, et on a le sentiment que vous faites de la pure musique de chambre…
Lefi Ove Andsnes : C’est une chose que j’ai ressentie dès que j’ai commencé à travailler avec Matthias Goerne. Il y a plus de vingt ans que nous jouons ensemble. Lorsqu’il chante, il a une respiration tellement naturelle, il est toujours d’une justesse absolue. J’ai « seulement » à le suivre. Et puis, Matthias est très attaché au texte [les Liederkreis ont été composés sur des poèmes de Heinrich Heine, NDLR]. Son père travaillait aux archives Goethe de Weimar. Or, cette recherche sur le sens du texte est essentielle pour moi. Je parle allemand, mais il m’explique toutes les subtilités du texte quand nous travaillons des lieder.

TGL : L’interprétation d’un pianiste avec des chanteurs est un travail très particulier. Et peu de solistes la pratiquent. Comment avez-vous appris cet art de l’accompagnement ?
L. O. A. : Dès le conservatoire, j’ai travaillé avec des chanteurs. J’adore faire de la musique avec d’autres personnes. Et pour un pianiste, il est indispensable d’avoir un contact avec le répertoire de la mélodie et du lied, particulièrement avec l’univers du lied schubertien et schumannien. Et c’est un privilège pour moi de le faire avec un artiste comme Matthias Goerne. Et ce travail a une influence sur ma manière de jouer, que je joue seul ou avec orchestre. Quand je joue le Concerto pour piano de Schumann, je sens l’influence de la musique de chambre dans la communion que je recherche avec les autres instrumentistes. De toute façon, jouer avec un ou cent musiciens,c’est faire de la musique. Je ne fais pas de distinction.

TGL : Parlons de votre disque consacré aux quatre ballades de Chopin. Vous les interprétez en y mêlant quatre nocturnes…
L. O. A. : Mon sentiment à propos des ballades est qu’elles ne forment pas un cycle. Chopin les a composées entre 1831 et 1843. Certains pianistes les jouent toutes à la suite. Mais je préfère les individualiser très nettement. Et il m’a paru particulièrement intéressant d’intercaler ces quatre merveilleux nocturnes pour apporter une respiration à leur interprétation.

www.harmoniamundi.com


La Playlist classique de The Good Life :


Suivez The Good Life sur Spotify pour retrouver toutes nos playlists : @thegoodlifemagazine


Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store