Une entreprise s’apprête, après l’été, à tester le premier ferry propulsé à l’hydrogène dans la baie de San Francisco. Une alternative aux bateaux (très) polluants de la compagnie actuelle ?

Des bateaux de croisières aux petits ferries, ils sont aussi utiles qu’ils dégagent de CO2. Golden Gate Zero Emission Marine (GGZEM) et SW/TCH, une entreprise du Connecticut, travaillent ainsi à trouver un remède. Et ils ont commencé par San Francisco, l’une des baies qui voient passer le plus de ferries, dont la quasi-totalité fonctionne au diesel.

Résultat ? Après un « boost » de 3 millions de dollars d’argent public, GGZEM et SW/TCH ont pu lancer la construction du Water-Go-Round, le nom du fameux vaisseau, dans un chantier d’Alameda, près d’Oakland. Ce dernier, un ferry de 21 mètres qui pourra accueillir plus de 80 passagers, fonctionnera à l’hydrogène. Une source d’énergie qui ne génère aucune émission de CO2 lors de sa combustion.

Water-Go-Round, le ferry imaginé par SW/TCH Maritime et GGZEM.
Water-Go-Round, le ferry imaginé par SW/TCH Maritime et GGZEM. SW/TCH Maritime

Il sera mis à l’eau à l’automne pour un test grandeur nature de trois mois et deviendra alors le premier vaisseau commercial du monde équipé d’une pile à combustible. Un processus que SW/TCH présente comme un concept-car à la disposition de tous les conducteurs qui souhaiteraient l’essayer.

En réalité, des « commuters » habitués aux bateaux de la Golden Gate Ferry, dont toute la flotte est propulsée au diesel, et des touristes, clients de la compagnie Red and White, qui est partenaire du Water-Go-Round.

Il sera lancé dans la baie cet automne, pour une période test de 3 mois.
Il sera lancé dans la baie cet automne, pour une période test de 3 mois. SW/TCH Maritime

Et si ça marche ? Adieu les autres compagnies de ferries ? Pas du tout ! Pace Ralli, l’un des fondateurs de SW/TCH, assure dans un communiqué, que son intention « n’est pas de remplacer les opérateurs actuels ». A la place, il souhaite surtout convaincre ses éphémères futurs concurrents du potentiel de la technologie qu’il met en avant.

SW/TCH ne compte pas remplacer les compagnies existantes, mais plutôt les convaincre de passer à l’hydrogène.
SW/TCH ne compte pas remplacer les compagnies existantes, mais plutôt les convaincre de passer à l’hydrogène. SW/TCH Maritime

Autrement dit, l’objectif de SW/TCH est de vendre, à terme, ses moteurs et les infrastructures nécessaires à la production et la recharge en hydrogène. A la ville de San Francisco, d’abord, puis aux entreprises privées.


The Good Spots Destination San Francisco

The good concept store A découvrir dans le concept store