DR

« SR/F, la meilleure moto électrique du monde ! »
Rencontre avec Sam Paschel, CEO de Zero Motorcycles

Fondé en 2006 par Neal Saiki, un ancien ingénieur de la Nasa, Zero Motorcycles est devenu une référence dans le monde la moto électrique, un marché en pleine ébullition. Décryptage avec son CEO, Sam Paschel, de passage à Paris.

Paris, 28 juin 2019. Il fait chaud, très chaud, sur l’avenue de la Grande-Armée. C’est, ici, dans un lobby d’hôtel, que Sam Paschel a donné rendez-vous à The Good Life. Le CEO de Zero Motorcycles est en pleine tournée européenne pour visiter quelques-uns de ses 107 revendeurs sur le Vieux Continent – dont 17 en France. Il en a profité pour rencontrer une poignée de journalistes, votre magazine préféré en tête.

Après avoir passé une bonne demi-heure dans les bouchons – il devait certainement regretter sa bécane – il nous rejoint, accompagné d’Umberto Uccelli, le Managing Director Europe Middle East & Africa de la marque.

La SR/F, dernière création de Zero Motorcycles.
La SR/F, dernière création de Zero Motorcycles. DR

La Good Interview de Sam Paschel, CEO de Zero Motorcycles :

The Good Life : Avant de parler business, d’où vous vient votre passion pour la moto ?
Sam Paschel :
Mes parents m’ont offert ma première dirt bike quand j’avais 8 ans… Avant de me la confisquer définitivement après mon premier accident. Avec ce job, je ne fais que prendre ma revanche ! (rires) Plus sérieusement, quand je suis sur une moto, j’oublie mes soucis, je suis entièrement dans le moment, illuminé, je flotte… Je suis libre. Peu importe où je vais, je suis un meilleur être humain quand j’arrive si je suis venu en deux-roues plutôt qu’en quatre.

The Good Life : Zero Motorcycles est 100 % électrique depuis le départ. En quoi les problématiques à résoudre sont-elles différentes ?
Sam Paschel :
Il faut savoir mixer plusieurs savoir-faire. Industriel, d’abord, car toutes nos motos sont produites dans notre propre usine en Californie. Technologique, ensuite, puisque nous ne sommes pas qu’une entreprise mécanique, il faut développer nos propres softwares.

Sam Paschel, CEO de Zero Motorcycles.
Sam Paschel, CEO de Zero Motorcycles. DR

TGL : Ça c’est pour le marché en général. Et pour Zero en particulier, quel est le plus gros défi à relever en ce moment ?
S.P. : Le plus compliqué c’est d’adapter notre échelle de production à la demande. C’est aussi pour cela que je fais le tour de nos revendeurs : leur expliquer qu’ils doivent être patients, que nous ne pouvons pas encore fournir autant de motos que ce que l’on souhaiterait.

TGL : Comment comptez-vous y remédier ?

S.P. : Plus de temps, plus de gens, plus d’espace. Nous venons d’embaucher assez de personnel pour créer une nouvelle ligne de production, et nous ouvrons désormais l’usine le samedi. Et nous avons également raccourci nos délais de livraison.

La SR/F, dernière création de Zero Motorcycles.
La SR/F, dernière création de Zero Motorcycles. DR

TGL : L’Europe est devenue un marché qui compte pour Zero…
S.P. :
 En effet, elle est même devenue, il y a moins d’un an, notre premier marché. La croissance est plus rapide ici qu’ailleurs dans le monde grâce aux nouvelles mentalités des Européens, aux infrastructures et à la culture du cycle très présente ici.

Umberto Uccelli : Outre la France, c’est en Norvège où la moitié des véhicules sont électriques, en Allemagne, qui est notre plus gros marché en Europe, et au Royaume-Unis que Zero Motorcycles est le plus implanté. Ce qui est très intéressant, c’est que nos revendeurs européens ne sont pas forcément des concessionnaires classiques, mais aussi des spécialistes de la mobilité électrique qui vendent également des skateboards ou des trottinettes.

TGL : Justement, comment choisissez-vous vos revendeurs ?
S.P. :
 Il faut qu’ils croient vraiment en l’électrique, qu’ils proposent un service à la hauteur de nos motos et qu’ils soient très bien implantés localement.

La SR/F, dernière création de Zero Motorcycles.
La SR/F, dernière création de Zero Motorcycles. DR

TGL : Le deux-roues électrique est un marché en pleine expansion… Comment arrivez-vous à sortir du lot face à une concurrence de plus en plus large ?

S.P. : Nous avons créer une catégorie. L’entreprise n’a que 13 ans, c’est jeune pour un constructeur moto, mais très ancien pour une marque 100 % électrique. Je pense que nos millions de miles d’expérience pèsent dans la balance face à la concurrence.

TGL : Même face aux constructeurs historiques comme BMW ou Harley-Davidson qui se lancent dans l’électrique ?
S.P. :
Zero ne se bat pas pour écraser la concurrence, simplement pour se différencier. Et c’est le cas, nous sommes différents de 99 % des constructeurs moto. Notre dernière création, la SR/F, dont la conception a duré une trentaine de mois, est la meilleure moto électrique du monde. Puis, nous ne nous attendions pas à rester seuls sur le segment… Plus il y a de marques, plus la conscience du public s’éveillera sur la moto électrique. C’est forcément bon pour nous. Plus de concurrence, c’est un plus gros marché. Je suis donc ravi qu’ils arrivent ! Maintenant, il faut se poser les bonnes questions. Prennent-ils vraiment l’électrique au sérieux ? Sont-ils réellement engagés ? S’ils le sont, tant mieux, plus de motos électriques, c’est un monde meilleur.

La SR/F, dernière création de Zero Motorcycles.
La SR/F, dernière création de Zero Motorcycles. DR

Réserver un essai → www.zeromotorcycles.com


The good concept store A découvrir dans le concept store