Vincent Desailly

Paraboot fête ses 111 ans avec une collection capsule et un pop-up store

Le chausseur français célèbre son anniversaire jusqu’au 26 mai avec plusieurs éditions limitées de ses modèles les plus emblématiques, de la Michael à l’Avoriaz.

Généralement, les marques préfèrent mettre en avant leurs anniversaires qui atteignent un chiffre rond. Paraboot se démarque et fête cette année, en grande pompe – sans jeu de mots – ses 111 ans !

Pour l’occasion, le chausseur isérois revisite huit de ses modèles (quatre masculins et quatre féminins) les plus emblématiques, en édition limitée à… 111 exemplaires, forcément. Pour les hommes, on retrouve le mocassin Dax, les sandales Pacific, les chaussures de montagne Avoriaz et, bien entendu, l’iconique Michael.

Animated GIF

Toutes ces chaussures sont déclinées ici en version 100 % blanche ou noire. Une revisite radicale, qui s’accompagne de la création d’un pop-up store à Paris jusqu’au 26 mai.

On y retrouvera les paires « anniversaire » exposées comme des œuvres d’art sur des stèles imaginées par Martin Berger, au cœur d’un petit musée éphémère consacrée à l’histoire de Paraboot et une exposition du photographe de mode Vincent Desailly autour de la marque.

Animated GIF

Paraboot l’a échappé belle

Il s’en est fallu de peu pour que le célèbre chausseur ne fête jamais ses 111 ans. Créée en 1908 par Rémy Richard, fils de paysans et ouvrier-coupeur isérois, la marque devient « Paraboot » en 1927. Il s’agit de la fusion de « Para », le port amazonien d’où est importé le caoutchouc utilisé pour la fabrication de ses chaussures et « boot », le soulier américain dont s’inspire monsieur Richard.

Animated GIF

Le virage « montagne » pris dans les années 60 fait le succès de Paraboot jusqu’à la fin des années 70. A cette époque, proche de la banqueroute, Julien Richard, de la deuxième génération, donne les rênes à son fils Michel qui déposera le bilan en 1983…

Avant un sauvetage made in Italy quelques mois plus tard, alors qu’il négocie encore avec le Tribunal de Commerce ! Le distributeur italien WP Lavori in Corso cherche des chaussures qui changent du traditionnel mocassin pour accompagner la nouvelle mode du tweed/velours. Il jette son dévolu sur la Michael et tire Paraboot du pétrin.

Outre la collection capsule et le musée qui retrace l’histoire de la marque, le pop-up store Paraboot expose aussi les photographies de Vincent Desailly, réalisées pour l’occasion.
Outre la collection capsule et le musée qui retrace l’histoire de la marque, le pop-up store Paraboot expose aussi les photographies de Vincent Desailly, réalisées pour l’occasion. Vincent Desailly

Cette renaissance s’accompagne d’une nouvelle ligne directrice plus urbaine et du développement à très grande échelle d’un nouveau réseau de distribution. La marque compte aujourd’hui 800 points de vente à travers le monde.

En 2017, Paraboot a investi 8 millions d’euros pour réunir à Saint-Jean-de-Moirans, dans un nouveau lieu mais toujours en Isère, les collaborateurs de ses deux usines vieillissantes d’Izeaux et Fures. La marque fabrique plus de 100 000 paires par an, entre la France, l’Espagne et l’Italie, et continue d’en exporter près de la moitié.

Le pop-up store Paraboot se trouve au
54, rue Charlot, Paris 3e
jusqu’au 26 mai
www.paraboot.com


The good concept store A découvrir dans le concept store