Fondation Martell
The Good Playlists

The Good Playlist : MétaMusiques, le folklore revisité

Du 17 au 19 mai à Cognac, la Fondation Martell organise la première édition du festival MétaMusiques. Une douzaine de concerts gratuits entre musiques du monde et floklore aquitain.

David Sanson, ancien journaliste reconverti dans la direction artistique pour le Palais de Tokyo et le Collège des Bernardins, entre autres, a travaillé avec la Fondation Martell pour la programmation de la première édition du Festival MétaMusiques.

Pendant trois jours, du 17 au 19 mai, Cognac accueillera douze concerts gratuits par une quinzaine d’artistes. Le but ? Mêler folklore régional et musiques expérimentales des quatre coins du monde, de l’Inde à l’Italie.

Pour découvrir la programmation complète et réserver, c’est ici. En attendant, David Sanson a concocté, pour The Good Life, une « MétaPlaylist » planante et délicate.

La playlist de David Sanson, programmateur du festival MétaMusiques, pour The Good Life :

1/ John Cage, Dream (Ivan Ilić, piano)
« L’Américain John Cage (1912-1992) est à l’honneur de deux concerts de cette première édition de MétaMusiques. Une ‘parrainage’ dont je suis assez fier. La figure de ce compositeur à la fois iconoclaste et zen me semble très raccord avec l’esprit du festival. Dream, composée en 1948 et ici magnifiquement interprétée par le pianiste Ivan Ilić qui le jouera à Cognac le 18/05 lors d’un concert-fleuve qui promet d’être fort planant. L’une de ses pièces les plus accessibles et intemporelles. »

2/ Lhasa De Sela, Con Toda Palabra
« Cette sélection n’a pas été aisée car malheureusement, une bonne partie des musiciens que j’ai programmés cette année à MétaMusiques ne sont pas référencés sur Spotify… A défaut, j’ai choisi quelques morceaux qui, d’une manière ou d’une autre, peuvent faire écho à cette programmation. C’est le cas de celui-ci, de la chanteuse américano-mexicaine Lhasa. J’ai en effet – et bizarrement – pensé à elle en découvrant la folk syncrétique de Bi-Bi, le duo formé par Monsieur Gadou et le chanteur basque Pantxix Bidart… »

3/ Sourdure, La Jolie Flamande
« Sourdure, alias Ernest Bergez, en concert le 19/05, est proche du collectif La Nòvia : des gens qui réfléchissent intelligemment à la question du folklore, pour lesquels celui-ci est une source vivante, et non un patrimoine que l’on se contente d’embaumer et de reproduire. »

4/ Gabriel Fauré/Olivier Mellano, Requiem (feat. Kyrie Kristmanson)
« Olivier Mellano, encore un musicien-tête chercheuse, pluridisciplinaire et aventureux, dont l’univers musical va du rock au classique. Cette ‘chanson’ est un extrait du projet Ici-bas, dans lequel il reprend des mélodies de Gabriel Fauré, l’un des grands compositeurs français de la fin du XIXe siècle, en les adaptant pour des voix « pop ». Celles de Katerine, Camille, Etienne Daho, Dominique A, Rosemary Standley… ou encore Kyrie Kristmanson, qui l’accompagnera à Cognac. »

5/ Hans Otte, II, extrait de Das Buch der Klänge (Hans Otte, piano)
« Une autre pièce figurant au programme du récital d’Ivan Ilić. Et pour moi une des plus belles choses écrites pour le piano depuis l’après-guerre. J’adore ce cycle – Le Livre des sons, composé autour de 1980 par l’Allemand Hans Otte (1926-2007) – à la fois hypnotique et évocateur. Pour moi, c’est la synthèse parfaite entre la musique des compositeurs répétitifs américains et une tradition plus européenne. Une musique qui suspend le temps. Une notion qui est, avec la question de la tradition l’autre grand enjeu de MétaMusiques. »

6/ L’Ocelle Mare, 6
« Une sorte de haïku sonore – j’adore les morceaux courts qui, comme celui-ci, semble laisser inachevés une multitude de possibles, qu’on a envie de réécouter dès qu’ils se terminent –, extrait du premier album de L’Ocelle Mare, alias Thomas Bonvalet, en concert le 19/05. Un musicien venu plutôt du rock expérimental, dont j’adore l’univers musical, les disques comme les concerts. Sur scène, c’est une espèce d’homme-orchestre, qui joue une multitude d’instruments, parfois de sa propre fabrication, avec une espèce d’urgence et une générosité enthousiasmante. »

7/ Antonio Vallente, Gallarda napoletana (par Jordi Savall et l’ensemble Hespèrion XXI)
« Encore un choix qui n’est pas directement liée à la programmation de cette édition. Mais c’est d’une part une manière de compenser l’absence, cette année, de la musique ancienne et baroque – il devrait y en avoir l’année prochaine – et d’autre part une belle illustration de la porosité des traditions. Cette pièce d’un compositeur napolitain du XVIe siècle m’évoque en effet furieusement… la musique cubaine ! C’est aussi un clin d’œil au concert de Taranta Lanera (17/05), qui revisite la tarentelle du Sud de l’Italie en mode électro-indien… »

8/ Charles Tournemire, Naissance de l’homme, extrait des 12 Prélude-Poèmes pour piano op. 58 (Lise Boucher, piano) 
« Pour MétaMusiques, six étudiants de la classe de piano du PESMD (Pôle d’Enseignement Supérieur de la Musique et de la Danse, NDLR) de Bordeaux-Aquitaine viendront interpréter ce cycle achevé en 1932 par le compositeur et organiste bordelais Charles Tournemire. C’est une façon de commémorer le 80e anniversaire de sa mort, et surtout de redonner vie à ce chef-d’œuvre rare, méconnu, et pourtant ô combien précieux. J’aime beaucoup cette pièce qui ouvre le cycle, avec ces premiers accords qui font presque penser à du jazz. »

9/ Julia Hanadi Al Abed, La Mer blanche du milieu 
Julia Hanadi Al Abed – dont c’est ici l’unique pièce disponible sur Spotify – est une compositrice électroacoustique basée à Bordeaux, dont l’univers possède une grande force poétique. On pourra s’en rendre compte à MétaMusiques (dont la programmation fait la part belle à la scène néo-aquitaine), à travers un concert où elle travaille sur une multitude d’enregistrements (d’archives ou non), le plus souvent sur cassette, documentant les traditions du Sud-Ouest – les patois, les instruments, les « environnements sonores », etc. Le fait de manipuler des cassettes donne une fragilité émouvante à ce travail d’un grand raffinement acoustique…

10/ Béla (Bartók), Luciano Berioextrait des 34 Duos pour deux violons (Alexandr Bulov / Ilya Gringolts, violons)

« Pour conclure cette playlist, un extrait des 34 Duos pour deux violons composés entre 1979 et 1983. Un double clin d’œil, d’une part à la figure de Béla Bartók, compositeur génial et l’un des pionniers de l’ethnomusicologie ; d’autre part à ce qui est finalement l’une des ambitions de MétaMusiques : permettre à tout le monde d’exercer sa curiosité, de vivre des moments d’écoute et de découverte, et surtout montrer que la musique contemporaine peut être passionnante, et tout sauf chiante ! »

• BONUS VIDEO : Chassol, Dosidomifa Pt. 1 (extrait d’Indiamore)

« J’ai découvert Indiamore lors de sa création à Reims, et j’avais été assez bluffé par cet alliage entre l’image et le son, la maestria avec laquelle Chassol parvient à harmoniser tous ces sons qu’il a prélevés en Inde, à magnifier toutes ces rencontres musicales… Bluffé aussi par la générosité de cet artiste, qui est un musicien non seulement talentueux, mais aussi érudit, curieux, et partageur, un vrai passeur – bien dans l’esprit du festival que nous avons envie de construire… »


Suivez The Good Life sur Spotify pour retrouver toutes nos playlists : @thegoodlifemagazine


Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store