Young-Ah Kim
100% Miami

The Good Neighborhood 1/6 : Miami Beach, paradis artificiels

Du sud au nord, cette île, en partie artificielle, est une véritable échelle à remonter le temps. Elle est devenue emblématique des hauts – mais aussi des bas – d’une société américaine en villégiature.

En 1870, un homme achète une île pour en faire une plantation de cocotiers. Le projet fait pschitt, et c’est finalement un certain John S. Collins qui met la main sur cette propriété et entreprend des travaux destinés à faire de cette terre plutôt inhospitalière un endroit habitable. Aidé des frères Lummus et de l’homme d’affaires Carl G. Fisher, le visionnaire fait appel à l’architecte Thomas Pancoast pour construire le premier pont reliant l’île au continent. Le Collins Bridge est inauguré en 1913 et, en 1915, la ville de Miami Beach est officiellement constituée, et devient une destination de villégiature. Pour happy few de la haute société, mais pas seulement.

Sur la plage de South Beach, les cabanes de sauveteurs font partie intégrante du décor. Originales et colorées, elles sont devenues une attraction touristique.
Sur la plage de South Beach, les cabanes de sauveteurs font partie intégrante du décor. Originales et colorées, elles sont devenues une attraction touristique. Young-Ah Kim

A la suite de l’ouragan de 1926, la densification de Miami Beach commence au sud (South Beach). L’Art Deco District sort de terre. Ce seront d’abord des hôtels de petites taille, puis, très vite et un peu plus vers le nord, ceux qui, plus luxueux, entretiendront le mythe – les Shore Club, National (1939), Raleigh ou Shelborne (1940)…

Après la Seconde Guerre mondiale, c’est au tour des resorts de prendre place sur le front de mer, en progressant toujours un peu plus vers le nord, dans ce qu’on appelle désormais Mid Beach, puis North Beach.

Une balade à South Beach permet d’observer les différentes périodes phares de l’île, en particulier le long de Lincoln Road. Les nombreuses tours ont peu à peu succédé aux constructions de style méditerranéen, Art déco et fifties.
Une balade à South Beach permet d’observer les différentes périodes phares de l’île, en particulier le long de Lincoln Road. Les nombreuses tours ont peu à peu succédé aux constructions de style méditerranéen, Art déco et fifties. Young-Ah Kim

En 1954, le Fontainebleau, dessiné par Morris Lapidus, donne le coup d’envoi d’une nouvelle génération d’hôtels : l’Eden Roc (1956), le Deauville (1957), le Carillon (1958). C’est également à Morris Lapidus que l’on doit, dans les années 50, le réaménagement de Lincoln Road, où il dispose des fontaines, des jardins et des follies (sortes de pergolas de style moderniste en béton blanc), toujours présents aujourd’hui – c’est d’ailleurs une bonne raison pour visiter cette rue piétonne. Le style MiMo (Miami Modernist Architecture) est né, et se décline alors dans toute l’île.

Jusqu’à la fin des années 70, la fête bat son plein à Miami Beach, même si on y trouve de plus en plus de retraités aux moyens toujours plus limités. Mais le quartier se dégrade, et le cœur n’y est plus.

Sur la plage de South Beach, les cabanes de sauveteurs font partie intégrante du décor. Originales et colorées, elles sont devenues une attraction touristique.
Sur la plage de South Beach, les cabanes de sauveteurs font partie intégrante du décor. Originales et colorées, elles sont devenues une attraction touristique. Young-Ah Kim

Les dealers s’installent, la violence aussi, cristallisée dans le film Scarface, sorti en 1983 et tourné sur place. Jusqu’à la renaissance, à la fin des années 80. D’une part, grâce au photographe Bruce Weber, qui met en images des corps parfaits sous la lumière floridienne ; d’autre part, grâce à la série télévisée « Miami Vice ».

Le glamour un peu sulfureux de Miami est de nouveau au rendez-vous. Les icônes des années 90 retrouvent le chemin de South Beach : Prince, Madonna, Sylvester Stallone, Mickey Rourke, Sean Penn… Ils y font la fête, y donnent des concerts, s’y font construire des villas. Gianni Versace achète, en 1992, la Casa Casuarina, une maison des années 30 de style méditerranéen – convertie en hôtel, la demeure attire aujourd’hui les touristes se faisant photographier sur les marches où le couturier a été tué, en 1997. Enfin, en 2002, la grande foire d’art contemporain Art Basel sort pour la première fois de son territoire et s’installe à Miami Beach. C’est la consécration.

South Pointe Park, 1 Washington Avenue.
South Pointe Park, 1 Washington Avenue. Jeff Greenberg / GettyImages

Au gré des époques

Aujourd’hui, le quartier a de nouveau perdu de son lustre. A de rares exceptions près, ce n’est plus qu’une succession de commerces bon marché, de restaurants pour touristes et de locaux vacants… Les boutiques-hôtels qui avaient, dans les années 2000, pris possession des bâtiments Art déco sont défraîchis et à bout de souffle. D’autres attirent les spring-breakers, ou sont fermés pour travaux.

Ça bouge quand même du côté de Washington Street et de Collins Park, avec la construction de bâtiments résidentiels et l’arrivée d’hôteliers prometteurs. Le centre des Congrès vient tout juste d’être rénové et agrandi. De quoi imaginer un nouveau visage à ce quartier, d’ici à deux ou trois ans. Les grands projets du moment ne se trouvent toutefois plus du côté de l’océan – exception faite de North Beach –, mais plutôt dans la partie ouest de l’île, celle ouverte sur la baie de Biscayne.

Bass Museum of Art, 2100 Collins Avenue. Tél. +1 (305) 673-7530. www.thebass.org
Bass Museum of Art, 2100 Collins Avenue. Tél. +1 (305) 673-7530. www.thebass.org Young-Ah Kim

Les propositions sont beaucoup moins limitées que dans l’Art Deco District. C’est là que Jean Nouvel construit le complexe résidentiel de luxe Monad Terrace, dont la livraison est prévue pour l’été 2019. Avec ses hauts et ses bas, Miami Beach aurait donc conservé son pouvoir d’attraction. Un attrait qui incite finalement à se déplacer, du sud au nord et d’est en ouest, au gré des époques, des modes et des projets… Agréable !

 

Les musées et attractions de Miami Beach :

• Bass Museum of Art. Posé sur le Collins Park, ce musée a ouvert ses portes en 1964. Il est installé dans un bâtiment Art déco construit par Russell Pancoast, petit-fils du pionnier de Miami Beach, John S. Collins. Il a rouvert en 2017, après d’importantes rénovations. Ses espaces d’exposition se révèlent particulièrement agréables, lumineux et rafraîchissants quand la chaleur devient trop intense. Y sont présentées des expositions de haut vol, à l’image de celle du moment, dédiée à Paola Pivi, visible jusqu’au 10 mars : cette artiste italienne pluridisciplinaire sait, à chaque étape du parcours, nous surprendre, nous amuser ou nous émouvoir. 2100 Collins Avenue. Tél. +1 (305) 673-7530. www.thebass.org

• Wolfsonian-FIU Museum. Pour prolonger le plaisir d’une balade sur le thème de l’Art déco, une visite au Wolfsonian s’impose. L’université internationale de Floride (FIU) dont elle dépend en a fait l’un de ses atouts. Le bâtiment est une pièce montée qui, à elle seule, cumule deux styles architecturaux de Miami Beach : le méditerranéen de 1926, et l’Art déco de 1939. Le lieu se démarque également par quelques éléments originaux, comme la grande fresque murale du hall représentant une fontaine – un motif récurrent sur les nombreuses façades Art déco de la ville. Sans oublier les expositions. Celle du moment, Deco : Luxury to Mass Market, illustre toutes les déclinaisons de ce grand courant artistique, à l’aide d’oeuvres, d’objets et d’affiches.

Wolfsonian-FIU Museum, 1001 Washington Avenue. Tél. +1 (305) 531-1001. www.wolfsonian.org
Wolfsonian-FIU Museum, 1001 Washington Avenue. Tél. +1 (305) 531-1001. www.wolfsonian.org Lynton Gardiner

A voir :

• South Pointe Park. Ce parc, situé à l’extrême pointe sud de Miami Beach, constitue l’épilogue idéal d’une promenade à pied, à vélo ou d’un jogging matinal à la fraîche. Joliment aménagé, il est bordé d’un côté par une plage, de l’autre par une promenade qui longe la mer. Constitué d’une plage, d’une place avec gradins, de quelques commerces, de chemins qui s’enroulent autour de palmiers, il est aussi un excellent poste d’observation pour assister aux entrées et sorties des gigantesques bateaux de croisières qui font escale quotidiennement dans le port de Miami. 1 Washington Avenue.

• Sunset Harbour. Voilà un quartier qui échappe aux clichés, où l’on peut marcher, faire du shopping, s’attabler à une terrasse tranquille et où l’on croise des locaux. Le week-end, les amateurs de kayak (loué chez South Beach Kayak) s’adonnent à leur sport favori dans la marina. Ils se détendent ensuite en savourant des sushis chez Pubbelly, une viennoiserie chez True Loaf Bakery ou un cappuccino au Panther Coffee. Sunset Harbour est situé dans l’ouest de Miami Beach, bordé, au sud, par Dade Boulevard et, à l’est, par Alton Road.

Sunset Harbour, accès facile avec la ligne de trolleys gratuits South Beach Loop.
Sunset Harbour, accès facile avec la ligne de trolleys gratuits South Beach Loop. Young-Ah Kim

Thématiques associées