Robert Mapplethorpe Foundation. Used by permission.

The Good Exhibition : Mapplethorpe en grand format au Guggenheim

Le musée Solomon R. Guggenheim de New York consacre une exposition en deux parties à l'œuvre controversée du photographe Robert Mapplethorpe.

En 1989, Robert Mapplethorpe disparaissait laissant derrière lui pléthore de clichés tantôt sulfureux, tantôt pleins de poésie, le plus souvent les deux à la fois. Très vite, une première exposition pour lui rendre hommage est organisée à Washington, donnant le coup d’envoi d’une « guerre culturelle » au cœur d’une Amérique puritaine, angoissée à l’idée que des financements publics puissent servir à promouvoir des « obscénités ».

Autoportrait, 1985.
Autoportrait, 1985. Solomon R. Guggenheim Museum New York Gift The Robert Mapplethorpe Foundation 96.4372 Robert Mapplethorpe Foundation. Used by permission.

Trente ans après sa mort, le travail de l’artiste new-yorkais, notamment son regard sur les corps (masculins surtout), est l’une des références majeures de la photographie. Tout naturellement, le musée Guggenheim, qui a reçu en 1993 plus de 200 clichés et objets de la Mapplethorpe Foundation, a décidé de « privatiser » 2019 et lui consacre deux expositions.

Patti Smith, 1976.
Patti Smith, 1976. solomon-r-guggenheim-museum-new-york-gift-the-robert-mapplethorpe-foundation-93.4278-robert-mapplethorpe-foundation-used-by-permission

La première, du 25 janvier au 10 juillet, est une rétrospective « classique » des plus belles photos de l’artiste, depuis ses débuts sur Polaroïds dans les seventies aux portraits et natures mortes plus consensuelles de la fin de sa carrière dans les années 80, en passant par sa période la plus sulfureuse, celle des plongées pleines de stupre dans le milieu sado-masochiste new-yorkais. On y retrouve, entre autres, des portraits de Patti Smith, sa compagne/confidente/amie, et son premier modèle.

Louise Bourgeois, 1982.
Louise Bourgeois, 1982. solomon-r-guggenheim-museum-new-york-gift-the-robert-mapplethorpe-foundation-96.4367-robert-mapplethorpe-foundation-used-by-permission

La seconde, du 24 juillet prochain au 5 janvier 2020, se concentrera sur l’impact du travail de Mapplethorpe sur l’évolution des portraits et auto-portraits et  sur les débats qu’il a ouvert – malgré lui ? – aux Etats-Unis. Une sélection de ses clichés les plus novateurs voisineront ainsi avec ceux  d’artistes contemporains aux styles différents, comme Paul Mpagi Sepuya, Catherine Opie et Glenn Ligon, mais tous inspirés par le grand photographe américain, sur la forme ou sur le fond.

Ajitto, 1981.
Ajitto, 1981. solomon-r-guggenheim-museum-new-york-gift-the-robert-mapplethorpe-foundation-95.4322-robert-mapplethorpe-foundation-used-by-permission

Mapplethorpe, ses inspirations multiples, son style reconnaissable et son irrévérence valaient bien une rétrospective de cette ampleur. Un an, c’est presque trop court pour cerner le personnage…

Ken and Tyler, 1985.
Ken and Tyler, 1985. solomon-r-guggenheim-museum-new-york-gift-the-robert-mapplethorpe-foundation-96.4373-robert-mapplethorpe-foundation-used-by-permission

Implicit Tensions : Mapplethorpe Now
Du 25 janvier au 10 juillet 2019, puis du 24 juillet 2019 au 5 janvier 2020.
Solomon R. Guggenheim Museum,
1071 5th Avenue, New York.
www.guggenheim.org


The good concept store A découvrir dans le concept store