Sur un vol Paris-New York,The Good Life a testé l’expérience « Ciel un Chef » d'Air France en compagnie de Régis Marcon, chef triplement étoilé.

En anglais, avec un accent si prononcé qu’il semble se forcer, le commandant de bord du vol AF010 en direction de New York au départ de CDG annonce la présence en cabine du « tree starze tchef » Régis Marcon. Celui dont le restaurant de Saint-Bonnet-le-Froid est auréolé de trois macarons Michelin est un partenaire de longue date d’Air France et il participe, pour la deuxième fois, à l’expérience « Ciel un Chef ».

Le temps d’un vol, ce spécialiste (entre autres) des champignons fait découvrir la carte qu’il a préparé pour la compagnie aux passagers de la classe business. Pour l’occasion il a concocté une entrée spéciale. Il en profite aussi pour serrer quelques mains, faire des selfies avec ses admirateurs et, lui aussi dans un anglais très auvergnat, remercier son public d’un jour au micro.

Régis Marcon, chef étoilé, et Frédéric Crépin, chef Servair, sur le vol AF010 d’Air France entre Paris et New York, le 27 novembre dernier.
Régis Marcon, chef étoilé, et Frédéric Crépin, chef Servair, sur le vol AF010 d’Air France entre Paris et New York, le 27 novembre dernier. DR

Méticuleux, il passe une bonne partie du vol avec les équipes de Servair, le prestataire d’Air France, à imaginer des améliorations qui pourraient être apportées à son menu. Le spectacle est déroutant. Dans sa veste de chef, coincé dans l’un des galets de la cabine – que l’on imagine beaucoup plus petit que sa cuisine en Haute-Loire – Régis Marcon goûte et dresse lui-même les assiettes. Voir un chef sexagénaire qui n’a plus rien à prouver jouer le jeu proposé par Air France, chapeau !

Le chef Marcon a joué à fond le jeu de l’expérience « Ciel un Chef ».
Le chef Marcon a joué à fond le jeu de l’expérience « Ciel un Chef ». DR

Gastronomie : Air France en bonne compagnie

Le chef Marcon n’est pas le seul grand nom à travailler avec la compagnie tricolore. Jean Imbert et Daniel Boulud, avant la fin de leur partenariat, Olivier Bellin et Michel Roth, entre autres, ont eux aussi participé à « Ciel un Chef ». Feu Joël Robuchon, Guy Martin, Anne-Sophie Pic, pour ne citer qu’eux, ont également conçu une carte, et Alain Ducasse, lui, a imaginé le menu dans le salon La Première de Roissy CDG. En tout, ce sont une dizaine de chefs qui accompagnent Air France dans la conception de ses cartes, en business ou première.

En 2017, c’est le chef Daniel Boulud qui participait à « Ciel un Chef ».
En 2017, c’est le chef Daniel Boulud qui participait à « Ciel un Chef ». DR

Le plus souvent, des artisans qui mettent en avant leur terroir. L’objectif ? Faire la plus grande place possible à la francité, la pierre angulaire de toute la communication de la compagnie. Donner un avant-goût d’hexagone aux passagers étrangers, les plus nombreux, cela passe par la gastronomie, et l’art de vivre à la française en général.

Le champagne dès la classe économie, les affiches rétro, une ligne de petite maroquinerie… jusqu’à la vidéo de sécurité, pleine d’autodérision et de clichés, tout est fait pour immerger le client dans le bain d’une France fantasmée. Et ça marche !

Olivier Bellin et Michel Roth, partenaire de longue date d’Air France.
Olivier Bellin et Michel Roth, partenaire de longue date d’Air France. DR

Symbole de la réussite de ce plan marketing bien huilé, une anecdote que l’on nous raconte au débotté. L’histoire de deux touristes chinois qui goûtent à du vin français, pour la première fois, lors de leur vol vers Paris. Et du bon. Pour sa carte des vins, Air France n’a pas fait les choses à moitié et s’est récemment offert les services de l’Italo-Suisse Paolo Basso, l’un des meilleurs sommeliers du monde.

Avec ces partenariats prestigieux et ces expériences immersives, Air France s’est positionnée sur le segment de l’art de vivre et relevé pleinement le défi. Prochaine étape ? La signature de nouvelles collaborations, notamment avec Emmanuel Renaut l’hiver prochain en première.

Le « tea time » du salon La Première à Roissy CDG, inspiré par le restaurant d’Alain Ducasse à Versailles. So French !
Le « tea time » du salon La Première à Roissy CDG, inspiré par le restaurant d’Alain Ducasse à Versailles. So French ! DR

Passionné par les challenges, le chef Régis Marcon, lui, n’a pas résisté à la proposition de la compagnie française et passera de la cabine business à la cabine première dès l’an prochain. Et, il nous l’a confié, il imagine déjà les premiers plats de la carte…


The good concept store A découvrir dans le concept store