Pour répondre à la demande toujours plus pressante, les distilleries proposent régulièrement des nouveautés. Voici notre sélection.

• The Macallan Trilogy 12 ans Triple Cask Matured, trilogie. Au cœur de la région du Speyside, en Ecosse, coule une rivière, la Spey. Sur 172 kilomètres, elle rencontre de nombreuses distilleries sur son passage, avant de se jeter dans la mer. Macallan est l’une des plus importantes et des plus réputées du pays. Elle propose cette trilogie composée de trois flacons : Triple Cask Matured, Sherry Oak et Double Cask. Les trois whiskies ont vieilli douze années au minimum dans différents fûts. On retrouve dans chacun d’eux la touche qui a fait la notoriété de Macallan : le vieillissement dans des fûts de xérès. Sauf que ceux utilisés ici par le maître distillateur viennent des Etats-Unis. Ce whisky nous livre un nez sur la fraîcheur, avec des arômes mentholés et citronnés. La bouche, très délicatement toastée, se termine sur des notes de fruits exotiques et des épices. On perçoit également un léger boisé.

85 €.
85 €. DR

•  The Glenrothes Select Reserve, le méconnu. Cette distillerie écossaise, surtout connue des grands amateurs de whisky, s’est construit une solide réputation pour ses single malts. La distillation, délibérément très lente, apporte à cette eau-de-vie de la douceur et du fruité. Ce Select Reserve, exceptionnellement sans mention d’âge, est idéal pour se familiariser avec la marque Glenrothes. On suppose qu’il est relativement jeune. Après aération, il révèle des senteurs épicées qui se mêlent aux agrumes. C’est un whisky plutôt basé sur la tonicité. En bouche, ce sentiment est confirmé par les notes de gingembre. Sur la finale, on retrouve un peu de la douceur propre à Glenrothes. On ne renie jamais totalement d’où l’on vient…

42 €.
42 €. DR

• Woodford Reserve Kentucky Straight Malt Whiskey, conditions extrêmes. Welcome to the USA, dans le Kentucky plus précisément. Ici, les écarts de température très importants ont une véritable influence sur le vieillissement de ce bourbon. Les étés sont chauds et les hivers, extrêmement froids. En vieillissant, l’alcool s’ouvre, puis se resserre pour mieux entamer une longue sieste quand le climat est moins clément. Elaboré avec une forte proportion de seigle, le Woodford Reserve Kentucky Straight Malt Whiskey se veut alors généreux et souple. Il délivre avec gourmandise des pointes de miel accompagnées par le poivre. Le tout est bien fondu. Pour tous ceux qui recherchent la rondeur et la longueur.

36 €.
36 €. DR

• Highland Park Valknut, terre de légendes. La distillerie écossaise Highland Park est la plus septentrionale du pays. C’est un véritable parcours du combattant pour y accéder. Mais ses whiskies sont reconnus comme de grands single malts. L’archipel des Orcades, où elle est installée, fut envahi par les Vikings, d’où, sans doute, le nom étrange de certains flacons. Valknut est le dernier-né. Sa dénomination est étroitement associée au dieu nordique, Odin, lien entre la vie et la mort, qui aurait guidé les morts dans l’au-delà. Ce whisky porte une armure or clair, sa couleur naturelle – il n’y a pas eu d’adjonction de caramel. Au nez, il développe des arômes de vanille et exhale des notes tourbées. La bouche, puissante, se termine sur une touche de poivre noir.

90 €.
90 €. DR

• Royal Salute 21 ans Beach Polo Edition,  so unique. La marque écossaise Royal Salute a été lancée le 2 juin 1953 par Chivas Brothers, en l’honneur du couronnement de la reine Elisabeth II. La maison a la particularité de ne proposer que des whiskies qui ont longuement vieilli dans les chais. Dans la gamme, on trouve un 38-ans ainsi qu’un 62-ans-d’âge. C’est très rare ! Le 21-ans Beach Polo Edition se présente dans une bouteille en porcelaine bleu clair. Une autre originalité. Ce whisky rend hommage au polo, un sport dans lequel la marque est très investie – elle possède une équipe à son nom, et son ambassadeur, Malcom Borwick, est un joueur professionnel. Ce dernier parcourt le monde pour mieux présenter ce whisky, vif et ouvert sur des zestes d’orange. On perçoit également une touche d’abricot rôti. La bouche suave libère des senteurs de poire mature très légèrement toastées. La finale est douce.

250 €.
250 €. DR

• Jura Seven Wood, convivial. La distillerie Jura doit se sentir un peu seule sur son île éponyme, située en Ecosse, dans l’archipel des Hébrides. Elle est loin du monde et de ses tourments. Sur ce lopin isolé, les quelques centaines d’âmes côtoient des milliers de cerfs. Ensemble, ils affrontent les aléas météorologiques. On pourrait s’attendre à des whiskies toniques, voire légèrement révoltés. Il n’en est rien. Ils ont, au contraire, de la convivialité. Ce pur malt a été façonné à partir de sept fûts de chêne neufs de différentes origines : Amérique, Limousin, Allier, forêt des Tronçais, Bourgogne (forêt des Bertranges), Vosges et Pays de la Loire (forêt de Bercé, à Jupilles). Pourquoi ? Afin d’offrir de la complexité et de la profondeur à ce flacon. Le nez est plutôt suave, avec des saveurs affirmées de café. En bouche, l’attaque est souple. Le whisky révèle des notes de fruits confits et de pêche blanche compotée.

70 €.
70 €. DR

• Haig Club ClubMan, dream team. Cette année, ce flacon à l’esthétique travaillée a fait une entrée remarquée sur le terrain des whiskies. Pour réussir ce coup de maître, le numéro 1 mondial de la distribution, Diageo, s’est associé au producteur anglais Simon Fuller et au footballeur David Beckham. Ensemble, ils souhaitent être une équipe digne de jouer dans la Ligue des champions. Pour cela, ce whisky est distillé dans l’une des plus vieilles distilleries écossaises. Il développe un style alerte, frais, avec une certaine gourmandise (toffee, caramel), afin que les spectateurs – ou plutôt les consommateurs – aient envie de revenir !

19,40 €.
19,40 €. DR

• Compass Box The Story of the Spaniard, touche espagnole. Compass Box est un embouteilleur indépendant appartenant au charismatique John Glaser. Cet homme a un don pour assembler les whiskies. Il est l’auteur des incontournables The Peat Monster, fortement tourbé, Spice Tree, ou encore Great King Street. Il nous livre cette année un flacon qui sent bon l’Espagne : The Story of the Spaniard. Le propriétaire n’est pas tombé sous le charme d’une Andalouse, mais sous celui des vins de Xérès. Il a donc décidé de faire vieillir son eau-de-vie dans différents fûts. Certains contenaient du vin rouge, d’autres du xérès. Le résultat est un whisky gourmand à souhait, avec des épices bien présentes sur la finale.

59 €.
59 €. DR

• Suntory Whisky Toki, élégant. Suntory est l’une des entreprises les plus réputées du Japon. Elle compte, dans son portefeuille, des distilleries reconnues, comme Hakushu, Yamazaki et Chita. Elle produit avec ces dernières des single malts remarquables, mais également des blends (assemblage de plusieurs distilleries), dont le plus célèbre est Hibiki. Révélé par le film de Sofi a Coppola Lost in Translation, il a par ailleurs remporté de nombreux prix. Rien ne vaut une dégustation du nouvel opus, Toki, dans un « ice ball », assis au bar du Park Hyatt de Tokyo, avec vue sur la ville. Très frais avec des notes végétales, il se révèle subtilement sucré (miel) en bouche, avec une touche de vanille. La finale est salivante, avec une succession de senteurs, comme la pomme verte, le poivre blanc et, enfin, le gingembre. Le tout s’harmonise avec élégance.

34,50 €.
34,50 €. DR

• Kavalan Solist Oloroso Sherry Cask, édition limitée. Taïwan est récemment apparue dans l’univers des whiskies grâce à cette distillerie. Fondée en 2005, Kavalan s’est très vite imposée en raflant de nombreuses médailles dans les différents concours. En quelques années, en raison du climat particulier du pays qui accélère le vieillissement, ce whisky est devenu la nouvelle attraction des « whisky lovers », et c’est mérité. Ce dernier opus, édition limitée à 489 bouteilles, est proposé en exclusivité par la Maison du whisky. Le spiritueux a été élevé dans des fûts de xérès oloroso. Affichant une couleur naturelle, il démontre une vraie recherche d’authenticité, avec un nez riche, puissant, aromatique à souhait. La bouche est complexe, sur les fruits secs et les épices.

155 €.
155 €. DR

• Ichiro’s Malt & Grain Blended Whisky, exclusifAujourd’hui, Ichiro Hakuto est l’un des distillateurs japonais les plus talentueux. Il est le propriétaire de la distillerie Chichibu. Avec bienveillance et attention, il veille également précieusement sur les derniers stocks des légendaires whiskies de Hanyu et de Karuizawa, hérités de ses ancêtres. Son indépendance lui permet de laisser libre cours à son imagination. Il multiplie les expériences de maturation et de production. C’est le cas ici avec ce blend, pour la première fois commercialisé en dehors du Japon. Le produit est brut, il n’a pas subi de filtration afin de préserver sa richesse et son caractère affirmé. Bien que jeune, il reste suave.

Ichiro’s Malt & Grain Blended Whisky.
Ichiro’s Malt & Grain Blended Whisky. DR

• Glenfiddich Fire & Cane, tourbé. Cette marque de whisky est certainement l’une des plus connues au monde. Elle est située en Ecosse, dans la vallée de la Spey, à Dufftown, petite ville autoproclamée « capitale du whisky » – elle compte pas moins de sept distilleries. Avec son parcours de visite bien étudié, une boutique, un restaurant… le centre de Glenfiddich est un modèle de « spiritourisme », une expérience sensitive et gustative. Tout est pensé pour retracer l’histoire de la marque fondée par William Grant, en 1887. En cette fin d’année, Glenfiddich sort ce whisky tourbé, assez original, car le style de la maison est plus axé sur le fruit et la légèreté. Ce Fire & Cane est une association équilibrée entre la gourmandise et la tourbe. Des senteurs boisées tapissent la bouche. Sur la finale, on perçoit des notes très discrètes de vanille. La finition dans des fûts de rhum n’y est pas étrangère.

49 €.
49 €. DR

• Glen Grant 12 ans, suave. Fondée en 1840, cette distillerie a la particularité de posséder de magnifiques jardins. Il est bon de s’y arrêter quand on se trouve dans le Speyside. C’est un peu comme être hors du temps. Glen Grant affiche beaucoup d’ambition. Lors de la dernière décennie, la marque a sorti des flacons intéressants, notamment le Glen Grant 16 ans. Aujourd’hui, on découvre avec plaisir ce 12-ans-d’âge – le plus jeune whisky de sa composition. Arborant une robe de couleur or pâle, le breuvage est un mix entre la floralité et le fruité. Il y a une recherche de suavité affirmée qui se termine sur des épices. La note exotique est apportée par le gingembre sur la finale.

39 €.
39 €. DR

Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store