Le fabricant de pneus japonais Bridgestone a profité du Mondial de l’auto, début octobre à Paris, pour dévoiler deux nouvelles offres à destination des particuliers.

C’est en France, son premier marché en Europe, que le pneumaticien japonais a choisi de dévoiler deux nouvelles offres qui permettront aux automobilistes de suivre l’état de leur véhicule.

A l’occasion du salon parisien qui avait ostensiblement décidé, cette année, de mettre l’innovation à l’honneur, le groupe fondé au Japon en 1931, et toujours basé à Tokyo, a d’abord dévoilé une offre d’abonnements mensuels baptisée Mobox, calquée sur le principe de celles proposées en téléphonie.

Grâce à ces forfaits, dont les prix commencent à 7 €, l’automobiliste obtient la garantie d’un remplacement de ses pneus gratuitement en cas de détérioration ou de crevaison. L’abonnement peut évoluer pour intégrer des services supplémentaires, comme l’installation de pneumatiques été ou hiver.

Grâce à «My Speedy» de Bridgestone, l’automobiliste peut, depuis son smartphone, surveiller l’état d’usure de son véhicule : freins, batterie, pneus… et bénéficier de services en fonction de son abonnement.
Grâce à «My Speedy» de Bridgestone, l’automobiliste peut, depuis son smartphone, surveiller l’état d’usure de son véhicule : freins, batterie, pneus… et bénéficier de services en fonction de son abonnement. DR

L’autre offre de Bridgestone s’appelle « My Speedy ». En s’appuyant sur le réseau de 480 garages Speedy rachetés en 2016, Bridgestone veut proposer aux automobilistes d’améliorer la maintenance de leur voiture en la connectant grâce à un boîtier. « Le consommateur est perdu pour suivre l’état de son véhicule. Cette application permet de surveiller les freins, la batterie, les pneus… » explique Tom Adams, directeur général de Bridgestone en France et au Benelux.

Le conducteur est tenu au courant de la « santé » des différents éléments grâce à une application qui lui envoie des alertes sur son smartphone, ainsi que des propositions de résolutions.

Cap sur la mobilité de demain

Bridgestone n’est pas le premier de sa catégorie à proposer des pneus ou des véhicules connectés. En revanche, le groupe se distingue de ses concurrents par son offre multimarché. « L’offre multimarché, c’est notre force », précise Tom Adams. Cette présence aussi bien auprès des véhicules légers, de ceux du génie civil ou des poids lourds a permis à Bridgestone de tester des produits très innovants pour certains marchés avant de les étendre à d’autres.

Ainsi, le groupe a développé sa première offre de pneus connectés à destination des véhicules du génie civil. Et d’ici à 2019, l’entreprise lancera, pour les poids lourds, les premiers modèles connectés dotés d’une puce RFID.

Tom Adams, directeur général de Bridgestone en France et au Benelux.
Tom Adams, directeur général de Bridgestone en France et au Benelux. Bridgestone

Trouver de nouveaux concepts

Le numérique n’est pas le seul secteur dans lequel le groupe innove. Il y a quelques années, Bridgestone avait frappé un grand coup en dévoilant un concept de pneu sans air, baptisé Air free. Cette technologie réduit la résistance au roulement. Plus récemment, Bridgstone a lancé un pneu, le Driveguard.

Il permet à chaque véhicule équipé de capteurs de pression des pneus de rouler jusqu’à 80 km après une crevaison, ou encore un pneu quatre saisons, le Weather Control A005, idéal pour les flottes professionnelles de voitures. Mais les évolutions de la mobilité obligent le groupe à repenser de manière plus radicale l’usage de ses produits.

« Nous estimons qu’à l’avenir il y aura moins de véhicules en circulation, mais ils seront utilisés plus souvent. Aujourd’hui, nous avons recours à nos véhicules, 5 % du temps. Ce sera près de 70 % d’ici à quelques années », prévient Tom Adams.

Grâce à «My Speedy» de Bridgestone, l’automobiliste peut, depuis son smartphone, surveiller l’état d’usure de son véhicule : freins, batterie, pneus… et bénéficier de services en fonction de son abonnement.
Grâce à «My Speedy» de Bridgestone, l’automobiliste peut, depuis son smartphone, surveiller l’état d’usure de son véhicule : freins, batterie, pneus… et bénéficier de services en fonction de son abonnement. DR

Cette tendance aura des conséquences importantes pour les fabricants, qui devront être capables de proposer des pneus plus robustes. Cette évolution va se conjuguer avec l’émergence rapide de la mobilité électrique, qui demandera aux voitures davantage d’adhérence et de résistance.

Etre proactifs

Le groupe a commencé à travailler sur ces nouvelles conditions de conduite. Sa solution Ologic propose un pneu doté d’une bande de roulement étroite et d’un grand diamètre, permettant ainsi de réduire les frottements et, par là même, la consommation énergétique du véhicule. Elle équipe, entre autres, le modèle électrique de BMW baptisé « i3 ».

A plus long terme, pour anticiper l’évolution des usages, le japonais veut renforcer ses compétences dans l’étude de données. « Les pistes d’amélioration consistent à se doter d’une meilleure analyse des informations, pour aller plus loin. Nous connaissons différents exemples d’usure. Mais si nous maîtrisons des modèles de suivi de batterie, de frein, nous serons plus proactifs », résume Tom Adams.

L ’usine de production du japonais Bridgestone à Béthune, en France.
L ’usine de production du japonais Bridgestone à Béthune, en France. DR

Son centre de R&D de Rome a déjà été à l’origine de la création d’une plate-forme de gestion des flottes professionnelles lancée l’année dernière. La même année, le groupe a investi dans la start-up Xee, spécialisée dans l’analyse des données automobiles.


The Good Spots Destination Tokyo

The good concept store A découvrir dans le concept store