La firme danoise, qui compte Bjarke Ingels dans ses rangs, diversifie son offre. Outre ses vélos au design épuré, Biomega se lance sur le marché de la voiture électrique. SIN, sa première citadine prendra la route, au plus tard en 2023.

A l’heure où les Français se divisent autour de la hausse des prix du carburant et l’abandon du diesel, tous les constructeurs se jettent sur l’électrique. Si, pour le moment, le grand public ne fait que toucher avec les yeux ce phénomène – l’autonomie, le poids et le coût des batteries, le temps de recharge et le nombre trop faible bornes effarouchent encore les clients potentiels – les groupes automobiles progressent vitesse grand V et l’avenir semble plus électrique (ou hybride) que jamais.

Mais ils ne sont pas seuls dans la course ! Biomega, la jeune firme scandinave connue pour ses vélos dont certains ont été dessinés par le starchitecte Bjarke Ingels a décidé, elle aussi, de se lancer, à son échelle, sur le marché. Début novembre, la start-up présentait SIN, en trois lettres, comme pour ses biclous, une petite citadine au look dépouillé et à l’habitacle minimaliste. Son nom ? Elle le tient de Singapour, une ville où conduire est une aventure.

Le concept Biomega SIN.
Le concept Biomega SIN. DR

Pour gagner en espace, Biomega ne s’est pas contenté de supprimer les fioritures. Les moteurs sont directement implantés dans les roues et le pack de batterie se glisse à l’arrière. Le châssis en fibre de carbone modulaire, façon « skateboard » et fabriqué en Europe, permet d’alléger le véhicule et compenser ainsi le poids des batteries et moteurs (200 kilogrammes). Avec une puissance maximale de 60 kw, la SIN pourra théoriquement passer de 0 à 100 km/h en 13 secondes et atteindre une vitesse maximum de 130 km/h.

Avec son intérieur épuré, la SIN ne pèse « que » 950 kg.
Avec son intérieur épuré, la SIN ne pèse « que » 950 kg. DR

Son autonomie ? 160 kilomètres. Loin des standards des derniers SUV présentés par les plus grands constructeurs, mais suffisant pour une petite citadine. Par ailleurs, les batteries sont interchangeables. L’utilisateur pourra donc en utiliser plusieurs en alternance entre deux charges. Aucun temps de recharge n’a été communiqué par Biomega, qui doit certainement travailler sur l’amélioration de celui-ci. La commercialisation de la SIN est prévue, selon son constructeur, entre 2021 et 2023, et son prix ne devrait pas dépasser les 20 000 €.

Visibilité maximale, batteries interchangeables, motorisation innovante. La SIN est prometteuse… à condition qu’en 2023, date de sa commercialisation, elle ne soit pas déjà dépassée !
Visibilité maximale, batteries interchangeables, motorisation innovante. La SIN est prometteuse… à condition qu’en 2023, date de sa commercialisation, elle ne soit pas déjà dépassée ! DR

 

 

The good concept store A découvrir dans le concept store