Le rapprochement entre le monde de l’automobile et celui de l’horlogerie de luxe s’est fait naturellement. Cela a commencé par de simples chronométrages, ça s’est prolongé avec des échanges technologiques, avant de se poursuivre, parfois, avec des mariages un peu arrangés… Mais, au-delà de l’incroyable visibilité que de tels partenariats apportent, la tâche consiste surtout, pour les manufactures, à dénicher le « véhicule approprié ».

Un lien puissant unit montres et automobiles. Dès les années 30, les horlogers développent des chronographes spécialement conçus pour venir en aide aux pilotes de course. Ces garde-temps sportifs autorisent la mesure des temps courts. A leur suite, d’innombrables manufactures vont tout naturellement s’immiscer dans les stands ou derrière les volants. Aujourd’hui, la proximité perdure. Mais pour les marques, entre la compétition – rallye, formule 1, 24 Heures du Mans –, les supercars – Ferrari, Aston Martin, Bugatti, Lamborghini… –, les ambassadeurs ou les voitures classiques – concours d’élégance, rétrospectives de courses… –, la difficulté consiste surtout à trouver le bon cheval… mécanique. Et à le fidéliser, car rien n’est plus versatile que ces partenariats, dont les conditions financières sont, bien sûr, classées secret défense.

Des supercars pour des supermontres

Les horlogers aiment les supercars. Les lignes et les performances ultraspectaculaires de ces bolides attirent la lumière sur leurs montres. Hublot file le parfait amour avec Ferrari, Richard Mille, avec McLaren, et TAG Heuer, avec Aston Martin. Dernier mariage en date, la manufacture iconoclaste Roger Dubuis s’est alliée cette année à Lamborghini, l’une des dernières enseignes encore célibataires.

Rolex au Grand Prix de Singapour.
Rolex au Grand Prix de Singapour. DR

Parmigiani Fleurier fait preuve d’une belle fidélité dans un monde où les liens se nouent et se dénouent au gré des intérêts. « Nous sommes partenaires de Bugatti depuis une douzaine d’années. C’est la plus ancienne collaboration entre une manufacture et une marque automobile », se félicite son fondateur, Michel Parmigiani. Enfin, Frank Muller est lié à W Motors, constructeur basé aux Emirats arabes unis, histoire de séduire davantage la clientèle du Moyen-Orient, qui raffole déjà de ses créations.

En général, les horlogers amateurs de supercars sont inspirés par leurs lignes extrêmes. Ainsi, la boîte en 3D de la Bugatti Type 390 de Parmigiani reprend le dessin des flancs de la Bugatti Chiron, tandis que la Lykan de Frank Muller reprend les formes agressives de son égérie… Bien entendu, les manufactures rendent aussi hommage aux extraordinaires mécaniques de ces bolides. Ainsi, le mouvement LaFerrari de Hublot a été imaginé par le designer star de Maranello en collaboration avec les ingénieurs de Nyon.

Tag Heuer, partenaire de Pikes Peak.
Tag Heuer, partenaire de Pikes Peak. DR

Autos de légende pour montres iconiques

Certaines manufactures cherchent à sortir de cet amoncellement de supercars en empruntant des chemins moins fréquentés. Zenith a choisi de rapprocher son chronographe El Primero du mythique Range Rover, pionnier des tout-terrain de luxe. Ces icônes automobile et horlogère ont bien des points en commun. Elles sont toutes les deux nées en 1970. Le Range Rover Velar s’habille d’alu, tout comme le boîtier du mythique chronographe.

Breitling, montre officielle du Concours d’élégance suisse depuis 2018.
Breitling, montre officielle du Concours d’élégance suisse depuis 2018. DR

En outre, le bracelet de ce garde-temps reçoit le même cuir que la sellerie du SUV British. Tissot, marque du Swatch Group, s’appuie, pour sa part, sur Alpine, une autre légende qui a écrit parmi les plus belles pages du sport auto made in France. Enfin, la prestigieuse manufacture A. Lange & Söhne soutient le prestigieux Concours d’élégance Villa d’Este sur les rives du lac de Côme, en Italie. Cette manifestation concentre parmi les plus belles automobiles classiques du monde.

Incontournable formule 1

Discipline reine du sport auto, la formule 1 a toujours fasciné les horlogers. Les premiers liens ne datent pas d’hier. Ainsi, Heuer était déjà partenaire, dans les années 70 (avant de devenir TAG Heuer), de la Scuderia Ferrari. Aujourd’hui, l’horloger cumule. Il est allié à deux écuries : Aston Martin Racing et Red Bull Racing. Globalement, les maisons horlogères sont nombreuses à s’inviter dans les stands.

Chopard, partenaire de la Mille Miglia.
Chopard, partenaire de la Mille Miglia. DR

Certains rapprochements débouchent sur des échanges techniques. Les manufactures s’approprient parfois les matériaux dernier cri de la formule 1. Ainsi, Richard Mille, partenaire de l’écurie McLaren F1, habille sa RM 50-03 du même graphène que les monoplaces britanniques. Cette sorte de carbone est constituée de 600 couches de filaments. Il se révèle 6 fois plus léger que l’acier tout en étant 200 fois plus résistant.

Il procure à ce garde-temps, qui pèse moins de 40 g, bracelet compris, le titre envié de chronographe à rattrapante le plus léger du monde. Ces prochaines années, une partie des partenariats horlogerie- automobile pourraient migrer vers la formule E. L’équivalent électrique de la F1 véhicule une image plus « responsable ».

Chantilly Arts & Elégance Richard Mille.
Chantilly Arts & Elégance Richard Mille. DR

Visionnaire, Richard Mille a mis les watts dès 2015, en apportant son soutien à l’équipe Renault e.dams de son ami Alain Prost. TAG Heuer, pour sa part, sponsorise le championnat dans son ensemble. Alors, qui sera le prochain à craquer ?


Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store