Julien Chassagne

Ruinart ouvre ses crayères aux visiteurs durant les journées particulières

La maison de champagne la plus ancienne est aussi l'une de celles qui reçoit le plus de visiteurs. Rien que pendant les journées particulières LVMH, les crayères de Ruinart accueilleront 1500 visiteurs en 3 jours.

Rendez-vous est pris sur la colline Saint-Nicaise, à Reims. Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2015, elle abrite plusieurs maisons de champagne, qui profite ainsi des crayères les plus profondes de la ville. Parmi elles, Ruinart, fondée en 1729, est la plus ancienne ; ses bâtiments sont construits sur une crayère de 38 mètres. C’est ce lieu que la maison ouvre toute l’année, sauf l’hiver, à quelques 12 000 visiteurs sur rendez-vous, et, de façon spontanée, lors des journées particulières LVMH. Plus de 1500 curieux sont attendus cette année, du 12 au 14 octobre.

Le premier livre de comptes tenu par Nicolas Ruinart lui-même, en 1729.
Le premier livre de comptes tenu par Nicolas Ruinart lui-même, en 1729. Julien Chassagne

Ils auront l’occasion de découvrir, par exemple, une copie (l’original est trop fragile pour survivre à un tel événement mais il est bien conservé sur le domaine) du premier livre de comptes de Nicolas Ruinart daté de 1729, alors drapier converti par son oncle, dom Thierry Ruinart, aux vins de Champagne. L’occasion de vérifier la passion de la maison pour l’art contemporain. On y trouve, entre autres, une œuvre de Maarten Baas, une série de photos signée Erwin Olaf ainsi que des pièces design de Ron Arad et India Mahdavi. Le tout réalisé spécialement pour Ruinart.

Marteen Baas pour Ruinart.
Marteen Baas pour Ruinart. Julien Chassagne

Tous les ans, Ruinart collabore avec un artiste différent. Cette année, c’est Liu Bolin, spécialiste chinois du camouflage, qui a travaillé avec la maison de champagne. Il a même mis a contribution certains salariés dans ses créations ! Certaines photographies, dont celles du making-of, seront ainsi exposées tout au long du parcours. 

La ligne de dégorgement, l’une des parties visibles de la chaîne de production lors des journées particulières.
La ligne de dégorgement, l’une des parties visibles de la chaîne de production lors des journées particulières. Julien Chassagne

L’artiste s’est ainsi « camouflé » dans les caves mais aussi sur la chaîne de production. Une ligne dont on peut apercevoir une partie à travers une vitre, mais qui est expliquée aux visiteurs grâce à une création artistique/éducative qui permet au guide de schématiser et vulgariser la « fabrication » d’un champagne.

La crayère la plus haute de la région, 38 mètres.
La crayère la plus haute de la région, 38 mètres. Julien Chassagne

Dans les sous-sols, justement, Ruinart a prévu un parcours sur le thème des cinq sens, au fur et à mesure que l’on s’enfonce dans les crayères. Le goût et l’odorat au moment de reconnaître les arômes spécifiques aux bouteilles de la maison (ananas, gingembre…), la vue lorsque l’on entre dans la crayère la plus haute, de 38 mètres, dans laquelle, fait rare, on arrive par le haut, l’ouïe sous une douche sonore composée de sons de fermentation et d’effervescence captée et le toucher en assistant à une séance de remuage.

Les caves Ruinart, ouvertes au public le temps des journées particulières, sans réservation.
Les caves Ruinart, ouvertes au public le temps des journées particulières, sans réservation. Julien Chassagne

Une visite dans les entrailles de Ruinart qui s’achève, pour ceux qui auraient réservé leur expérience, par un déjeuner Petit R, durant lequel, entre chaque plat, sont diffusés des films d’animation à l’aide de rétroprojecteurs au-dessus de la table. Un ballet digital millimétré et la confirmation que l’esthétique est au moins aussi importante que les arômes chez Ruinart.

Les journées particulières LVMH chez Ruinart
Du 12 au 14 octobre sans réservation.
4 rue des Crayères, Reims.
www.lvmh.fr/lesjourneesparticulieres


The good concept store A découvrir dans le concept store